Profile picture
Atlantis☨ @atlantis_9193
, 37 tweets, 13 min read Read on Twitter
Un petit thread (en mode chômeur😅) sur pourquoi la rivalité Strasbourg-Metz est une des plus fortes et en même temps une des plus sous cotées du foot français👇🏽
En fait impossible de saisir l'importance et la puissance de cette confrontation sans se pencher sur la riche histoire de l'Est de la France, de l'Alsace et de la Lorraine. A peu près tout sépare l'Alsace de la Lorraine et tout a toujours séparé les alsaciens des lorrains
D'abord en 1525 la première guerre des paysans éclate simultanément dans toute l'Alsace et contamine les territoires lorrains contrôlés par le duc Antoine de Lorraine. Il rassemble très vite tout un bataillon venu de Lorraine et de Champagne comptant jusqu'à 15k hommes
Après une première rencontre perdue par les troupes ducales, le mouvement progresse et l'armée lorraine se renforce à Sarrebourg et Vic de bataillons hollandais et all. Le coeur de la guerre se situe autour de la région de Saverne qui devient elle aussi favorable aux révoltés.
Les bataillons de Sarrebourg parviennent jusqu'à Saverne et y investissent le château du Haut-Barr. Des violentes bagarres éclatent tout autour de Saverne mais Antoine exige non pas une simple fuite des révoltés mais leur réddition et la libération de prisonniers loyalistes
Assez vite les troubles à Saverne dégénèrent, les armées lorraines pillent, détruisent et massacrent toute la zone de Saverne,, Neuwiller et Lupstein. On compte 20k alsaciens massacrés. Les révoltés se recroquevillent autour de Barr et Sélestat en espérant se venger
Les batailles sont sanglantes. On y comptera environ 15000 alsaciens tués. Les troupes lorraines regagnent Nancy mais les exactions locales se poursuivent en Basse-Alsace où le mouvement se terminera. C'est environ 30% de la population d'Alsace qui a été décimée en quelques jours
Au delà de la répression autoritaire, cette guerre est analysée en Europe comme une guerre de croisés locales entre le duc Antoine très catholique et les révoltés alsaciens protestants. Ce hiatus religieux se retrouvera bien plus tard d'ailleurs.
Au moment de la fin de la guerre de 1871, dans une volonté d'humiliation de la France battue, l'opinion allemande exige l'annexion des terres frontalières alsaciennes et lorraines pour des raisons culturelles mais surtout militaires.
Le tracé des nouvelles frontières intègre territoires lorrains (Metz, Chateau-Salins) totalement francophones en 1871. La motivation qu'on peut retenir est plutôt largement militaire, afin d'éloigner les frontières jusqu'en Meuse, et économiques (mines, fer...)
En fait ce qu'on appelle "l'Alsace-Lorraine" est le seul moment d'histoire commune entre une partie de l'Alsace (sans Belfort) et la Moselle. Elle reste une période très douloureuse et qui marque un désamour fort entre ces territoires et l'Allemagne, surtout en Alsace.
De cette épisode naîtra aussi une bonne partie de ce qui fonde la grande rivalité entre Metz et Nancy, beaucoup de nancéiens d'aujourd'hui étant des messins ayant fui la Moselle à l'annexion (d'où les surnoms de "traîtres" qui existent contre les meurthe et mosellans)
La germanisation forcée est brutale: peuplement par des allemands, interdiction de l'usage du français, construction d'édifices d'inspiration germaniques qui existent encore (quartier Nouvelle Ville à Strasbourg et quartier Foch-Gare à Metz)
Surtout, les allemands aiment à faire s'opposer alsaciens et mosellans, fortement armés d'un grand ressentiment contre l'occupant: octroi d'emplois favorables dans l'administration aux protestants alsaciens, déplacement de la capitale du Reichstag à Strasbourg....
Les alsaciens sont en plus bien davantage germanophones que les mosellans, dont plus de la moitié des territoires parlaient le français ou des patois locaux français. Même si le sentiment français anime les deux, il l'anime bien différemment. Nouveau point d'opposition.
De manière générale, l'Alsace et la Lorraine n'ont aucune raison de collaborer. L'Alsace s'est développé vers l'autre côté du Rhin, la Moselle autour de son bassin sidérurgique. Historiquement, l'Alsace se présente en région riche accolée à la Lorraine, pauvre et industrielle
Cette opposition sociologique est énormément ressortie au moment de la fusion de la région Grand-Est en Alsace notamment chez certains partis régionalistes alsaciens. La fameuse blague du pauvre lorrain aux oreilles pointues est aussi un classique (qui existe aussi en Lorraine)
Pour en revenir au football, ne dit-on pas que le stade est un miroir de la société ? Strasbourg et Metz ont à peu près 10 ans d'écart, un palmarès similaire. Dès les années 20 ils dominent leurs championnats amateurs régionaux puis se rencontrent régulièrement en D1 dès 1933.
En 1978, le match aller RCS-Metz au stade de la Meinau oppose deux favoris pour le titre et le large succès de Strasbourg va asseoir l'image du grand favori qui sera champion quelques mois plus tard, Metz terminant seulement 4è.
La vraie rivalité en tribunes entre les deux clubs naît ensuite. Metz et Strasbourg se retrouvent souvent en Coupes dans les années 90. Une banderole moqueuse déployée en 1995 contre un supporter strasbourgeois sera vue comme un affront pas vraiment digéré encore.
De nombreux incidents émaillent les matchs entre Metz et Strasbourg: pétard contre un arbitre en 2001 à la Meinau, bagarres à Saint Symphorien en 2007...
leparisien.fr/sports/l-arbit…
L'image du grand club lorrain et du grand club alsacien transcende la rivalité historique Alsace-Lorraine, rivalité qu'on ne retrouve pas entre Strasbourg et Nancy, qui se sont parfois retrouvés sous un fameux Front Anti FCM, drapeau qu'on retrouve régulièrement avant les matchs.
Cette rivalité est belle et forte. D'autant plus que Strasbourg et Metz partagent souvent leurs années de gloire et de galère. D'autres matchs, d'autres enjeux viendront, la passion ne s'éteindra pas ni d'un côté ni de l'autre. Car nos deux clubs sont eux aussi des monuments💪🏽
Quelques tifos historiques pour finir #FCMRCSA #RCSAFCM
Autre élément historique souvent méconnu et qui lie le FC Metz au RC Strasbourg, leur passage en Bundesliga entre 1940 et 1944
Quand en 1939 la guerre éclate, Metz se fait une place dans le monde du foot français et reste sur une mémorable finale de Coupe de France face à l'OM, perdue 2-1 avec un arbitrage douteux. Au sifflet du match: un alsacien..
Strasbourg quant à lui occupe déjà les premières places des débuts des championnats professionnels et s'est lui aussi illustré en s'inclinant en finale de la Coupe de France en 1937 face à Sochaux
Le début du conflit frappe durement les deux clubs: le FCM voit partir au front certains de ses joueurs phares intégrés au 126è RI de Metz et dispute une série de matchs amicaux face à des équipes militaires sous le nom de FC Metz Renforcé ou Entente FC Metz
La ville de Strasbourg est quant à elle évacuée et son équipe reconstituée à Périgueux où elle remporte le championnat de Dordogne 1940 (!)
(en photo: Strasbourg totalement vidée de ses habitants: kuriocity.fr/30-photos-de-s…)
A l'été 1940, l'Alsace et la Moselle redeviennent allemandes. Comme en 1870, la germanisation impose la renomination des deux clubs: le Fussball Verein Metz et le Rasensportclub Strassburg. Metz évolue en Gauliga Westmark, Strasbourg en Gauliga Elsass
Le nouveau FV Metz est décimé et la fédération allemande doit lui envoyer des joueurs supplémentaires. Pour autant le club mosellan manque de peu 3 années de suite la qualification en finale du championnat national, finissant 2nd derrière Kaiserslautern puis Sarrebruck
le RS Strassburg se voit lui imposer un rival dans sa ville avec l'actuel SCR Strasbourg, anciennement Red Star Strasbourg, club contrôlé par les SS. Ce petit derby politique hautement symbolique tourne à l'avantage du club SS, champion en 1942. (merci à @Mr_Logou pour les docs!)
A la fin de la guerre, l'Alsace et la Moselle réintègrent la France et leurs deux clubs réintègrent les championnats nationaux (faveur de la FFF)
Le retour du RCS dans le monde pro est honorable: Strasbourg finit 12è en 1945 puis 3è en 1946 avec une finale de Coupe de France
Pour Metz, les choses sont plus difficiles: le club doit renoncer à la saison professionnelle 1944-1945 tant la ville a souffert de la bataille de Metz (juillet-décembre 1944): les ponts des Iles Saint Symphorien, Saulcy et Chambière sont détruits et le stade hors d'usage
Certains joueurs du club sont morts ou ont été dispersés mais la volonté de Raymond Herlory et les faveurs de la fédération permettent à Metz de revenir en Coupe de France en janvier 1945 puis en D1 en juin 1945 sans pour autant s'y stabiliser et descend en D2 en 1950.
Tellement à lire sur cette époque: So Foot en a fait un très bon article sofoot.com/il-y-a-75-ans-… et le club y consacre une partie de son documentaire historique
De manière générale, la Bataille de Metz avait fait l'objet d'un excellent docmentaire republicain-lorrain.fr/moselle/2013/1…
Côté Strasbourg, demandez à @Mr_Logou c'est l'expert😂
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Atlantis☨
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member and get exclusive features!

Premium member ($30.00/year)

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!