Profile picture
secret @jjalmad
, 45 tweets, 5 min read Read on Twitter
Bon, vidage de crâne comme dirait @Nordengail
Faut il s'étonner ?
Faut-il s'étonner que notre gouvernement fasse tirer à coups de flashballs et de gazs lacrymogènes sur les lycéens qui bloquent leurs établissements ?
Que ça ne lui pose manifestement aucun problème de faire utiliser, sur des adolescents, un arsenal répressif dont on sait qu'il mutile, dont on sait qu'il peut tuer, et dans des circonstances où l'on sait ce type d'incident absolument inévitable ?
Et qu'au bout du compte le Ministre de l'éducation ait le toupet d'affirmer « ils se sont blessés » ?
A dire vrai, ça ne m'étonne même plus ; ça me fout la rage, oui, mais ça ne m'étonne même plus. Car ça fait belle lurette qu'il n'y a plus beaucoup d'enfants, et encore moins d'adolescents, dans ce pays, aux yeux de celles et ceux qui nous gouvernent.
Ceux, étrangers, qui débarquent après un périple et des histoires toutes plus traumatiques les unes que les autres, n'en sont plus depuis un bon moment. Des MIE, maintenant des MNA. On les appelle par des sigles, on dit des « mineurs » et non pas des enfants ou des adolescents.
Et on nie leur existence, parce que tout ce qui compte, c'est d'en avoir « le moins possible ». Alors on leur fait passer des test osseux et médicaux dégueulasses et on les dit majeurs.
Même les juges des enfants se font engueuler s'ils ont le malheur de les trouver un peu trop souvent mineurs.
On les fout dehors et on les condamne pénalement. Bientôt on va les ficher. Même ceux reconnus mineurs, l'Etat n'en assure plus toujours la charge.
Et s'ils sont en France avec leur famille, on peut les enfermer en centre de rétention. Pour leur bien il paraît. Il ne faudrait pas les séparer de leur famille !
Ils ne sont plus perçus comme des enfants ni des adolescents. A peine comme des êtres humains.
Les enfants et adolescents, français ceux-là, qui sont victimes de maltraitances ou de carences éducatives suffisamment graves pour qu'un juge des enfants s'en mêle ?
Abandonnés. Ils ne comptent pas. Les faits divers sordides s'enchaînent les uns après les autres.
Les anciens enfants placés essayent de faire entendre leur voix et d'aligner les chiffres : ces enfants là finissent beaucoup plus souvent SDF, se suicident...
Les juges des enfants écrivent des tribunes, les travailleurs sociaux font grève pour crier le manque de moyens et les mises en danger que cela génère.
Toujours aucun scandale national qui se profile. Niquez vous avec vos demandes de hausse des budgets de protection de l'enfance.
Les gamins qui ont besoin de soins psychiques ? Inexistants également. Circulez il n'y a rien à voir. La pédopsy se meurt dans l'indifférence générale.
Souvenir de la fois où j'ai décroché mon téléphone et menacé, oui, MENACE un chef de service pédo-psy, de lui confier un enfant par le biais d'une ordonnance de placement s'il ne se démerdait pas pour trouver une place adaptée pour cet enfant psychotique de 10 ans.
« on peut la faire à la manière douce ou à la manière forte, c'est vous qui voyez. »
11 lits pour le département, avec fermeture annuelle de 3 semaines l'été.
Une autre fois j'ai dû faire hospitaliser en urgence un gamin de 15 ans en service psychiatrie adulte fermé. En violation d'environ 12000 conventions des droits de l'enfant.
J'ai su qu'on lui avait mis des contentions. J'en ai chialé.
Quant aux suivis pédo-psy en milieu ouvert, juste un exemple pour que vous compreniez où nous en sommes.
Placement en urgence de toute une fratrie victime de violences physiques, psychiques et viols depuis des années, et dont les parents partent en détention provisoire : 6 mois d'attente avant un début de prise en charge au centre médico social pour enfants et adolescents du coin,
pour des soins qui ne seront sans doute pas assez intensifs, spécialisés et adaptés à leurs besoins.
Les adolescents délinquants ? Des années qu'on nous explique qu'ils ne « sont plus comme à l'époque de l'ordonnance de 45 » et que les juges des enfants sont trop laxistes.
Ils sont l'incivilité, l'insécurité. On multiplie les centres éducatifs fermés et on tue les autres types d'accompagnements. On demande qu'ils soient traités comme des majeurs.
Des agressions graves à la sortie d'un bahut ? Mettons un gendarme dans le personnel de direction dudit bahut. Parce qu'après tout, les élèves étaient ici victimes, mais...sait-on jamais, avec des adolescents...
Cerise sur le gâteau du PJL Justice : on nous annonce une réforme de l'ordonnance sur l'enfance délinquante par voie d'ordonnances. Par voie d'ordonnances. Le mépris est total.
Parfois je me demande s'il reste dans ce pays des politiques qui savent ce qu'est un adolescent.
Depuis 15 ans nous dépassons chaque année le chiffre précédent du nombre d'enfants vivant sous le seuil de pauvreté. Nous en sommes à 3 millions.
3 millions qui ont faim, qui ont froid l'hiver, qui ont des carences alimentaires, qui vivent avec des parents (le plus souvent unE parent) totalement envahis et stressés par leur situation matérielle.
Vous avez déjà fait établir un bilan médical pour un enfant en état de carences alimentaires tellement avancées qu'on en est à un gros retard de croissance ?
Moi, oui.
Parlons un peu des enfants qui ont un handicap.
L'inclusion scolaire reste un combat. Il se passe des choses atroces dans les institutions auxquelles certains de ces enfants sont confiés. Ils sont davantage encore que d'autres victimes de violences sexuelles.
Des familles en sont réduites à mettre leur enfant dans des institutions à plusieurs centaines de kilomètres de chez eux, voire à l'étranger.
Nous en sommes au je sais plus combientième plan autisme, et toutes les personnes sérieuses impliquées sur la question nous disent que malgré tout c'est la cata.
Ici, depuis 1 an, on attend tjrs le compte rendu écrit, après 4 RDV d'1 heure chacun. Mais on nous l'a dit oralement « oh, non, il est pas franchement franchement autiste, mais bon, c'est limite. Faudra peut-être refaire le dépistage dans qqes années. » Ah bah très bien, merci !
Metoo. Le Président se flatte que la France avait "anticipé" le phénomène. Mais toujours pas un putain de génie pour lancer un plan sérieux de lutte contre l'inceste et les violences sexuelles intrafamiliales.
Pourtant depuis quelques années, on nous en jamais autant parlé, de « l'intérêt de l'enfant ».
Ah ça, pour faire chier les homos, d'un seul coup, on s'y intéresse, aux enfants. Et on leur donne une tribune et une légitimité, à tous ces gens qui en ont à redire sur l'intérêt de l'enfant mais n'ont que la haine à la bouche.
Et tant pis si au passage ça détruit psychiquement les enfants qui vivent au sein d'une famille homoparentale, les ados homosexuels ou lesbiennes.
Cette ado dans mon bureau, qui m'explique s'être jetée du toit de son bahut et en restera entravée dans la marche à vie, parce qu'elle n'osait pas révéler son homosexualité à sa mère, parce qu'elle l'avait entendue, avec son beau père, rire gras de blagues homophobes à la télé.
Quant aux gamins intersexes qui ne rentrent pas dans leur schéma simpliste H-F, les mutiler c'était sans doute aussi dans leur intérêt ?
Et ensuite il faut se les taper, leurs foutaises débitées sur les plateaux télés d'un air inspiré sur « les enfants rois », le manque d'autorité, l'éducation soixante huitarde, les parents démissionnaires et que j'te sucrerais toutes les allocs, et gnagnagna.
En boucle. Depuis 15 ans, putain. Ces mêmes discours.
Non mais vraiment, pourquoi s'étonner aujourd'hui qu'il est absolument acceptable et logique sinon nécessaire pour tout un tas de personnes qu'on tire à vue, au risque de les mutiler voire de les tuer, sur des adolescents qui expérimentent la contestation politique ?
Depuis quand on s'intéresse réellement aux enfants dans ce pays ?
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to secret
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member and get exclusive features!

Premium member ($30.00/year)

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!