Profile picture
, 60 tweets, 9 min read Read on Twitter
Bon, j'ai beaucoup hésité à faire ce thread, sur cet article concernant l'ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel s'agissant des faits de viol qui ont été dénoncés par Edouard Louis. #thread liberation.fr/france/2019/01…
Aussi, je vais essayer d'être claire : il ne s'agit pas, ici de dire si ces faits de viols sont ou non réels ; la justice est saisie, elle livrera sa vérité judiciaire (rappel : qui n'est pas nécessairement la vérité, et ça vaut dans les 2 sens !).
Il ne s'agit pas non plus, de dénier à la presse le droit d'écrire sur cette affaire, et de livrer, notamment, le point de vue de la défense.
C'est une chose sans doute un peu difficile à expliquer, mais autant l'article de Libé me pose pb sur plusieurs points,
autant, par exemple, cet article là (reprise de la dépêche AFP) ne me pose pas de problème alors même que substantiellement, il reprend les mêmes éléments, apportant certains détails supplémentaires sur certains points, et moins sur d'autres. lepoint.fr/culture/edouar…
J'ai donc essayé de comprendre ce qui m'avait tant gênée dans l'article de Libération.
Cela tient déjà à l'emploi d'un certain ton, comme l'ont très justement relevé d'autres avant moi
Ou comme l'a lui-même relevé Edouard Louis dans le court texte en réaction qu'il a écrit. facebook.com/10000164973965…
Nous sommes je crois nombreuses et nombreux à ne plus accepter que des faits de viol soient évoqués avec un ton badin, sensationnaliste ou autres effets de style qui cadrent mal avec la gravité du sujet et les conséquences que l'on connaît.
Donc oui, les accroches bien réductrices du type "c'est l'histoire d'un télescopage entre deux univers", oui le jeux de mots avec le titre d'un de ses livres "Eddy Bellegueule qui n'en avait pas fini avec son patronyme", oui parler de "frisson dans le Landerneau littéraire"
c'est inapproprié et ressenti, par Edouard Louis d'abord, ses proches sans doute, mais aussi toutes les victimes ou personnes qui prennent au sérieux les violences sexuelles, comme un crachat en plein visage.
Et si il y avait eu du reste des gens pour avoir "frissonné" de façon malsaine en apprenant l'affaire judiciaire en cours et le mis en cause interpellé pour les faits justement évoqués dans son livre par Edouard Louis, c'est avec désolation qu'il aurait fallu l'évoquer.
Mais je crois que la gêne tient aussi tout à la fois de la construction de l'article, de l'appropriation et la distillation par son auteure d'un certain nombre d'éléments et raisonnements propres à la culture du viol,
là où il y a un énoncé sobre et distancié des éléments factuels et des discours des avocats d'Edouard Louis comme celui de la Défense dans l'article du Point.
Dans l'article de Libé, il y a une façon de vouloir faire de cette affaire de viol une affaire tout à fait exceptionnelle, de pointer des éléments comme devant éveiller la curiosité, devant sonner étrange (et donc faux ?).
Pourtant, s'il s'agit évidemment d'une affaire singulière comme elles le sont toutes, ces mêmes éléments ainsi pointés se retrouvent dans de nombreuses affaires de viol,
et entendre en tirer argument dans un sens nécessairement défavorable au plaignant relève banalement de la culture du viol, car reposant sur des stéréotypes bien ancrés.
Ce qui m'a frappée d'emblée, ce sont toutes ces mentions sur le "nouveau statut social" d'Edouard Louis. Son changement de patronyme pour un patronyme "très chic", ses habitudes à une brasserie "très chic" elle aussi, le fait qu'il soit un "auteur prodige", un "Prince" etc.
A première vue, on ne voit pas très bien le rapport avec les faits de viol dont il est question ni donc l'intérêt d'apporter ces précisions avec ce vocabulaire choisi et tellement connoté.
Cela instille qu'Edouard Louis serait quelqu'un qui ne dédaigne pas l'apparat, la renommée, voire l'argent. Qu'issu de la classe populaire, porteur d'un discours de la gauche radicale, il pourrait faire preuve de duplicité, en quelque sorte ?
Ceci est très précisément ce qu'on prête quasi-systématiquement comme "mobile" aux femmes dénonçant un viol contesté : vouloir se faire de l'argent, vouloir exister grâce au viol, assouvir un besoin de reconnaissance ou une vengeance.
Il y a également, et la sélection opérée est bien celle de la journaliste, cette phrase relevée dans l'expertise psychologique d'Edouard Louis : "une intelligence fine, il sait être stratège et utiliser tous les grands outils intellectuels".
En vérité, j'espère bien que c'est mon cas, intelligence fine, stratège, capable d'utiliser les outils intellectuels. Et c'est en tout cas très probablement le cas de tous les intellectuels ou politiques par exemple, même Finkielkraut ou Macron.
Autre morceau de l'expertise sélectionné : "il joue avec l’imaginaire au point de risquer de se perdre". Le type est écrivain, bon.
Je ne sais pas, moi, ce qu'impliquent ces morceaux d'expertise hors de tout contexte et sans avoir accès à la totalité de l'expertise.
Ce que je sais en revanche, c que ds ce type d'expertise il est demandé s'il est relevé chez le sujet des signes de mythomanie ou d'une tendance à l'affabulation ; on imagine que s'il y avait un oui franc, avec différents "signes" annoncés, cela aurait été relevé...
Mais on voit bien, là encore, ce que cette sélection dans l'expertise énonce en sous-texte : il est pas net net, le Louis ; intelligent, stratège... manipulateur ?
Puis il y a cette histoire de "désintérêt" d'Edouard Louis pour son affaire pendant 4 ans. Il ne prendra pas de nouvelles, etc. Comme si c'était un signe de quelque chose.
Comme si c'était incohérent avec la position qu'il a énoncée très rapidement : sa difficulté à déposer plainte, puis son souhait qu'il n'y ait pas de suite. Comme si tout ceci était nécessairement un comportement devant mettre la puce à l'oreille.
Et puis il y a cette histoire de refus de confrontation ; idem, refuser une confrontation serait nécessairement quelque chose d'un peu suspect.
Et puis il y a cet élément "rebondissement" qu'on cite tout en précisant que la personne qui disait que Louis mentait a reconnu finalement avoir menti. Ah oui, c'est louche quand même cette histoire.
On distille des informations sans livrer aucune clef de compréhension. Du coup c'est suspect.
En réalité aucun de ces éléments n'est en soi suspect, et peut s'expliquer assez aisément ; et ce sont des éléments qu'on voit régulièrement dans les procédures (et même dans des procédures où les faits de viol sont reconnus puis sanctionnés judiciairement).
Une victime dépose plainte, et faute d'enquête évoluant dans les mois suivants, poursuit sa vie, essaye de passer à autre chose, voire ne veut plus entendre parler de sa plainte après plusieurs mois.
Une victime révèle les faits subis à un proche qui l'incite à déposer plainte, l'accompagne en ce sens, puis elle regrette sa plainte, pour X ou Y raison sans lien avec la véracité des faits dénoncés, et déserte la procédure.
Une victime énonce sa crainte que la personne dénoncée (souvent, rappelons-le, un proche) aille en prison, ou dit se désintéresser de la sanction pénale, qui finalement lui est moins importante que la déclaration de culpabilité.
Une victime ne veut pas, ne PEUT pas s'imaginer en présence physique de son agresseur. Certaines ne vont pas au procès, ou y vont au prix d'un effort extrêmement coûteux.
(un jour je ferai un thread juste sur la confrontation et les fantasmes autour de ce qui peut résulter d'une telle confrontation, tiens...)
Et vous seriez surpris d'apprendre le nombre de témoignages fantaisistes, ou haineux, ou juste basés sur des rumeurs, qu'on trouve dans les procédures ; en général, plus l'affaire a "fait du bruit", et plus on en trouve.
Ce que je veux dire, c'est qu'ici on sélectionne et on distille plein de petits éléments qui épousent absolument la lecture selon laquelle Edouard Louis ment, tout simplement. Sans l'énoncer comme tel.
Que la Défense soutienne cette position, pas de problème, c'est son travail de défendre son client. Que la presse cite les avocats de la Défense, et expose des éléments d'un dossier, pas de problème non plus.
Mais là la difficulté, ce sont tous les impensés de cet article (je n'ai pas de raison, moi, de penser que l'auteure ait sciemment envie de nuire à Louis) dans lesquels se niche la culture du viol, et qui servent sur un plateau la version de la Défense à venir.
Mais, à vrai dire, en y réfléchissant, en imaginant d'autres réponses ou attitudes d'Edouard Louis, rien n'y changerait. Car on peut toujours tout retourner en tout sens, et au fond, il n'y a jamais de "bonne attitude" de victime de viol.
Nous avons tout de même ici quelqu'un qui, tout de suite après les faits, en parle à des proches, va déposer plainte, et subit des examens médico-légaux qui révèlent des traces.
C'est à dire précisément ce qu'on nous a répété être la "bonne attitude" à avoir, celle qui serait estimée la plus "crédible" quand on est victime de viol, post #balancetonporc.
Que lui aurait-on dit s'il ne l'avait pas fait ? Imaginez qu'il décide de le faire ultérieurement à la publication de son premier livre, pire, son second qui parle de ces faits ?
"Alors, on veut booster ses ventes, Monsieur Louis ?"
Ou s'il ne l'avait pas fait du tout, et, interrogé sur son livre déclaré que c'est une histoire vrai : "mais, vous n'avez pas déposé plainte ? mais enfin, avez vous pensé à d'autres éventuelles victimes Monsieur Louis ?"
Il a écrit un livre à partir de cette histoire, on s'interroge : quelle est la part de réalité et de fiction ? (il s'est expliqué là dessus, ces éléments seront à l'appréciation du tribunal, sachant qu'il y a surtout tous les actes de procédure...)
S'il n'avait pas écrit sur cette histoire, que l'arrestation et l'affaire eurent été rendues publiques, n'y aurait-il eu personne pour s'étonner qu'il n'en tire rien sur le plan littéraire, lui qui a écrit un précédent livre autobiographique, qui est politiquement engagé ?
"Vous n'avez pas songé à écrire sur ce sujet, Monsieur Louis ? pour quelle raison ?". Peut-être parce que c'est faux et qu'il n'a pas vécu ce qu'il décrit dans les PV de police et n'a donc pas matière en réalité, je ne sais pas ?
Il dépose plainte, puis exprime son souhait que finalement l'affaire se solde par un non-lieu, en lien avec son point de vue politique sur le système étatique de répression, c'est "étonnant".
Mais s'il réclame une condamnation, vu ses positions politiques, ne va-t-on pas s'étonner d'un manque de cohérence, peut-être d'être animé d'un esprit de vengeance, ou encore de duplicité ?
C'est absolument sans fin.
La sélection, la présentation de ces éléments ne sont pas neutres et montrent sur quoi l'intérêt et les interrogations de la rédactrice de l'article portent (l'attitude, la personnalité d'Edouard Louis, victime désignée, focale habituelle propre à la culture du viol)...
et ne portent pas du tout.
Car ici, d'un autre côté, on passe finalement très vite sur les éléments à charge qui ont conduit, balance faite de tous les éléments, le juge d'instruction à renvoyer devant un tribunal.
C'est évacué en une phrase dans l'article, plus une mention tout de même des traces médico-légales, idem, en une phrase.
Et on ne va pas essayer de titiller d'éventuelles incohérences dans la version du mis en cause, ou s'interroger sur ce qui pourrait le pousser à mentir.
Franchement, je peux vous en aligner 10, sur la base des mêmes éléments factuels, des questions qui mettent à mal ses dénégations ou l'hypothèse selon laquelle Louis ment pour X ou Y raison, ou permettant de pointer des éléments de sa personnalité sous un jour assez défavorable.
Mais ça non plus, ce ne serait pas le rôle de la presse... Et on s'offusquerait à juste titre d'un papier construit à charge, et d'une violation de la présomption d'innocence.
On pourrait dire que je chipote. Que toutes celles et ceux qui se sont offusqué de "chipotent" ou sur-interprètent. Mais pourquoi s'offusquer de CET article et non pas de celui du Point cité tout à l'heure, ou d'autres, alors ?
Tout simplement parce que, lorsqu'on en connaît les mécanismes, pour les voir régulièrement à l'oeuvre, qu'on sait donc les repérer, on comprend bien qu'il y a une journaliste qui a lu l'ordonnance de renvoi avec les lunettes de la culture du viol, et pas l'autre.
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to secret
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Follow Us on Twitter!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3.00/month or $30.00/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!