, 30 tweets, 11 min read Read on Twitter
La loi #Egalim avez-vous dit ? Parlons-en. Après le long processus de consultations en 2018, les premiers effets se font sentir et les mécontents sont toujours légion. Voilà un peu pourquoi. Allez #Déroule c’est le #thread du mercredi.
Alors la distribution et les produits agricoles, c’est toujours compliqué. Il y a la différence d’échelle entre un secteur très concentré (la distribution) et un autre, ses fournisseurs de produits agricoles, encore très éclaté en de multiples entreprises.
Il y a aussi bien sûr l’extraordinaire ingéniosité de la distribution, le plus souvent bardée d’une mauvaise fois sans égale, pour maintenir sa rentabilité et ses profits. Mais ça c'est pas un scoop c'est du business.
Il y a aussi cette course permanente de l’État et du Politique pour tenter de freiner, sinon corriger, les dégâts de cette puissance de la distribution dans le tissus agricole et industriel alimentaire français.
Avec en point de discorde : LES MARGES. C'est une question qui revient en gros presque une fois tous les dix ans, un peu comme une comète un peu distante, qui a chaque passage donne lieu à un débat, des cris d'orfraie et l’écriture d’une loi
On fait la liste ? En 1963, création du seuil de revente à perte, en 1973, loi Royer, en 1996, loi Galland, en 2005, loi Dutreil puis la loi Chatel en 2008. Et enfin 2018 la loi #egalim donc. Chaque loi essayant tant bien que mal de corriger les biais des précédentes.
Donc en 1996, la loi Galland avait interdit les reventes à pertes (qui existent depuis les années soixante), rapidement contournée dans la distribution toujours innovante avec la création des marges arrières. journaldunet.com/management/mar…
Très vite la presse spécialisée s'était emparée du sujet, dénonçant même des dérapages. Au début des années 2000, les marges arrières elles étaient parvenus à représenter de 25 à 45 % du prix des produits. lsa-conso.fr/derapages-sur-…
Si cette histoire vous intéresse, plongez-vous dans ce papier fort instructif de la revue Viandes et Productions Carnées (vol 25) qui enquête sur 10 années de dispositifs. bit.ly/2E7cp0h (.PDF)
On pensait avoir vaincu l'hydre en 2008 avec la Loi Chatel, parce qu'au delà des marges et de la répartition de la valeur ajoutée, il y a aussi la question du prix des produits pour le consommateur.
leparticulier.lefigaro.fr/jcms/c_41992/l…
Mais non. La loi court toujours après son temps. Badaboum donc en 2017, rien n’a changé, ou presque, la crise est dans le lait. La problématique de captation de la valeur par le distributeur au détriment du producteur reste entière.
C’est là qu’on voit naître la Marque du consommateur, qui fait réfléchir le grand public sur la question de la rémunération des producteurs et de tous les maillons de la filière. Histoire de confirmer qu'il y a bien un problème sérieux depuis 1966. lamarqueduconsommateur.com
Le gouvernement convoque les États généraux qui aboutissent à une loi un peu fourre-tout : on y trouve de quoi favoriser une alimentation de qualité, la réduction de l’utilisation du plastique, une meilleure prise en compte du bien être animal… Détail agriculture.gouv.fr/egalim-ce-que-…
Mais la question des marges, essentielle, n’est pas oubliée ! La loi #Egalim contient une modification des modalités d’application du seuil de revente à perte.
agriculture.gouv.fr/egalim-compren…
Si jamais vous n’êtes pas familier avec ce bon vieux SRP (seul de revente à perte) qui nous hante depuis les années soixante, c’est par là.
inc-conso.fr/content/le-seu…
Bien sûr du côté des distributeurs ça grogne. Celui qui cause le plus, c’est Michel-Édouard Leclerc. Pape des prix bas sur lequel repose son modèle économique. lsa-conso.fr/lobbies-le-cou…
Mais tout le monde n’est pas sur la même longueur d’onde. Serge Papin, l’ancien patron de Système U navigue sur une ligne complètement différente.
lexpansion.lexpress.fr/actualite-econ…
Tous les deux se sont notamment opposés au moment des États généraux de l’alimentation sur… Je vous le donne en mille : la question du seuil de revente à perte !
ladepeche.fr/article/2017/1…
Plus récent dans cette arène, même Michel Biéro, de Lidl France, mettait en garde « La loi alimentation profitera aux distributeurs plus qu’aux agriculteurs » ultimedia.com/api/meta/minif…
Michel Biéro avait posé les bases de sa réflexion dans une tribune au Monde arguant qu’il n’y avait que les producteurs pour être légitimes pour définir un prix de revient… #bonsens lemonde.fr/idees/article/…
Bref, tout cela est bien compliqué, chacun défend son bout de gras et le consommateur est prié de passer à la caisse, il y a fort à parier qu’il ne comprend pas grand chose à tout ce tintouin.
lemonde.fr/les-decodeurs/…
Vous avez dit compliqué ? Voilà comment fonctionne la contractualisation, un des outils de la loi qui doit sécuriser les relations entre les producteurs et leurs clients. Vue par un avocat
Et donc ? Quelques jours après l’entrée en vigueur d'une partie de la loi, les premières évaluations sont assez pessimistes à l’heure où se terminent les négociations commerciales annuelles. La distribution n’a pas perdu son inventivité. lemonde.fr/economie/artic…
Le Sénat, qui avait voté contre la loi #Egalim, a même organisé un débat le 6 février avec sa commission économique pour mener une 1ère évaluation de la loi. Débat qui signale que seul le secteur laitier semble avoir pu tirer profit du dispositif videos.senat.fr/video.1020894_…
C’est un débat qui vaut qu’on l’écoute. On y parle de la nécessité des contrôles prévus par la direction de la concurrence, du peu d’accords encore signés, et de la notion de déséquilibre significatif qui pourrait devenir l’outil juridique d’arbitrage… dalloz-avocats.fr/documentation/…
Mais en bout de ligne, il y a aussi le spectre d’une hausse des prix sensibles dans les linéaires. liberation.fr/checknews/2019…
Hausse des prix qui viendra percuter les pouvoirs d'achat les plus modestes. leparisien.fr/economie/conso…
@Novethic sous la plume de @fabre_marina détaille ce pari osé du gouvernement que de renchérir la pâte à tartiner pour mieux rémunérer les producteurs en France.
novethic.fr/actualite/envi…
Et quand bien-même ça marcherait, #optimisme, rien n’est prévu pour encadrer le ruissellement de cette marge préservée jusqu’aux producteurs. Il faut s’en remettre à la bonne foi des distributeurs…Même l’UFC Que Choisir estime que c’est une gageure.
Et vous ? Vous en pensez quoi ?
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Revue Sesame
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Follow Us on Twitter!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3.00/month or $30.00/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!