, 18 tweets, 4 min read Read on Twitter
Les campagnes pour les élections européennes prolifères et tous les partis ont en commune une chose déconcertante : dès que ça touche à un sujet scientifique, on baigne dans le populisme et on en fait un objet de débat comme un autre. Que ce soit sur les #vaccins, le #climat...
Des rappels s'imposent.

Contrairement à ce qu'on peut penser, les scientifiques sont rarement d'accords entre eux. Ils discutent chaque affirmation établie par chacun de leurs pairs. Comprenez donc que lorsqu'il y a ce qu'on appelle un consensus scientifique, ce n'est pas banal.
Un consensus scientifique, ce n'est pas 20 scientifiques dans une salle qui discutent pendant 4h pour se mettre d'accord sur ce qui est vrai et ce qui est faux, pour ensuite se serrer la main, publier leur compte-rendu de réunion et l'envoyer à qui veut bien lire.
Un consensus scientifique, ce n'est pas non plus le contenu d'un article scientifique publié dans un journal à comité de relecture, ni la conclusion des auteurs de cet article eu égard aux résultats d'expériences qu'ils ont menées sur un sujet.
Un consensus scientifique, ce n'est toujours pas dépendant de celui qui aura mis les plus gros moyens, celui qui aura le plus d'influence financière, celui qu'on nomme "lobby BigMachin". Ce n'est pas toujours facile, mais on essaie de les combattre tant bien que mal.
Un consensus scientifique, ce n'est pas forcément l'unanimité. C'est important de le noter pour ce qui va suivre.
Un consensus scientifique n'est pas remis en cause dès la première étude qui montre un résultat contradictoire, ou dès qu'un scientifique médiatise son désaccord. Ce n'est pas un choix politique mais un choix rationnel et méthodique que de ne pas le remettre en cause à outrance.
Enfin un consensus scientifique ce n'est pas l'absence de doute. Ce serait malhonnête de dire que le consensus équivaut à être certain à 100%. Mais le scepticisme scientifique est méthodique, pas pyrrhonique. Sa remise en cause ne relève pas de l'opinion d'une majorité citoyenne.
N'oubliez pas que si vous pouvez aborder dans une discussion, une tribune ou un débat politique les problématiques de la biodiversité, du réchauffement climatique, de la cancérogénicité d'un produit et de la crise des antibiotiques, c'est parce que des scientifiques l'ont dit.
Lorsqu'il y a consensus scientifique sur le fait que le #glyphosate n'est pas risqué dans son usage actuel, que les #vaccins sont nécessaires pour la santé publique et que le #nucléaire est indispensable pour un mix énergétique décarbonné, n'invoquez pas des faits alternatifs.
Si vous les discutez, c'est de l'ordre de l'éthique.

Si vous estimez que le nucléaire n'a rien à faire dans un mix énergétique décarbonné, c'est que vous faites un choix moral, pas écologique.
Si vous estimez que les vaccins sont sujets à débat parce que BigPharma ou parce que c'est pas "naturel", c'est un choix moral, pas de santé.

Si vous préférez prendre le risque qu'une maladie décime toute une culture agricole parce que c'est naturel, c'est un choix moral.
Vous ne pourrez pas occulter raisonnablement le fait que ces positions auront des répercussions considérables sur l'avenir du genre humain, si vous les défendez et les appliquez par quelconques moyens. Ce sont des positions dogmatiques, ni plus ni moins.
Si vous avez des doutes, des craintes ou des idées reçues, référez-vous à l'ensemble de la communauté scientifique, posez des questions aux experts (c'est leur métier), croisez les sources. C'est normal de douter, mais c'est primordial de bien s'informer.
Mais si en tant que représentant politique de n'importe quel bord vous décidez d'instrumentaliser les craintes sur ces sujets pour des fins électorales, vous ne valez pas mieux que ces "lobbies" que vous fustigez tant.

Bonne journée.
*prolifèrent

Diantre...
Ajour vu que le thread est rediffusé : je n'appelle pas pour autant à tomber dans une dérive scientiste. Simplement que la politique dont l'objet touche aux sciences naturelles, sociales ou humaines devrait se baser sur l'expertise des sciences naturelles, sociales ou humaines.
Mais une idéologie politique ne se limite évidemment pas un corpus scientifique. Cependant il y a des enjeux qui nécessitent de prendre en compte le consensus scientifique, pas de l'inventer et le déformer pour pêcher un électorat (ou pour gérer ses dissonances cognitives).
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Omar El Hamoui
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Follow Us on Twitter!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3.00/month or $30.00/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!