, 37 tweets, 7 min read Read on Twitter
[THREAD] Comment de l'acharnement à coups de subtweets peut constituer un travail de sape redoutablement efficace, te faire perdre confiance en toi et te bloquer dans la création de vidéos : exemple concret.
Je vais vous parler d'un vidéaste qui s'acharne sur moi depuis un brave moment, ici, publiquement, et qui m'a menée à avoir des crises d'angoisse rien qu'à l'évocation de ma chaîne (oui, de ma propre chaîne).
Je ne parle pas de harcèlement dans son cas, mais d'acharnement. Peut-être ai-je tort. Dans tous les cas, il n'est pas seul responsable du blocage vis-à-vis de ma chaîne. Il vient juste, en goutte d'eau qui fait déborder le vase, après beaucoup d'autres (harceleurs, trolls, etc).
Si je vous en parle aujourd'hui, c'est parce que je me suis rendu compte que j'avais fait exactement les mêmes erreurs qu'à l'époque de la Ligue du LOL : je n'en ai parlé à personne, je suis restée isolée, et un jour quand je me suis levée, il était trop tard. Donc...
Ce vidéaste (appelons-le Gédéon) m'a prise en grippe fin 2016, quand j'ai eu l'outrecuidance de lui signifier que ses propos étaient bordeline. Visiblement, il n'a pas supporté. S'en sont suivis plusieurs subtweets malveillants étalés sur plus d’un an.
Les attaques avaient un objectif affiché : me diffamer. Gédéon n'a cessé de me décrire comme ceci : ego démesuré, mépris de mon audience, assoiffée d'argent et de célébrité, dénuée de passion pour mes sujets, pourvu d'une éthique et d'une morale douteuses.
J'ai fait la même erreur qu'avec la ligue du LOL : je n'en ai pas parlé. Au début, parce que je ne savais pas que ça allait durer. Ensuite, parce que je ne savais pas à quel point ça allait m'affecter. Enfin, pour toutes les bonnes raisons suivantes :
- "J'ai vécu bien pire"
- "C'est juste un mec aigri, il mérite pas que je m'attarde sur lui"
- "Je soûle déjà assez mes amis avec ce que je me prends dans la gueule sur Internet, je vais pas en rajouter une couche"
- "C'est pas si grave, franchement"
À toutes les personnes qui vivent mal des (sub)tweets répétés : parlez-en. Ne restez pas seules avec ça en boucle dans votre tête. Ne restez pas isolées. Parce que quand on garde ça pour soi, un jour on se réveille, et on se rend compte qu'il est trop tard.
"Trop tard", ça veut dire quoi ? Dans le cas des subtweets de Gédéon, il y a eu deux étapes de "trop tard" : la première, c'est qu'un jour, je me suis rendue compte que je n'arrivais plus à écrire de vidéos, parce que je sentais sa présence malveillante qui me bloquait.
J'ai réalisé 6 épisodes de CQFD en décembre 2017, tout allait encore bien - j'ai étalé la diffusion sur 3 mois. Et puis ça a commencé à se casser la gueule : arrêt de LFHDU en février. Sursaut avec un épisode de CQFD sur Starman quelques jours après.
J'avais les thèmes de 6 CQFD suivants, j'avais trop envie de les écrire, mais le travail de sape de Gédéon m'obsédait et je bloquais. Alors j'ai fait 2 vidéos qui ne parlaient pas de nos sujets de prédilection : j'ai fait des vidéos de simples lectures de livres.
Début mai, au terme d'efforts qui m'ont paru insurmontables, j'ai réussi à finaliser mon script sur le boson de Higgs, et j'ai tourné, monté et mis en ligne la vidéo dans la foulée. Mais depuis : plus rien. Enfin... pas tout à fait.
Quand j'ai ouvert ma chaîne en 2012, en plein pendant les années ligue du LOL, j'ai créé LFHDU en voix off sur des images pour éviter de me montrer à l'écran à cause de l'expérience (violente) du CV-vidéo, et pour ne pas donner plus de raisons aux LOLeurs de me troller.
J'ai reproduit le même schéma l'année dernière : j'avais toujours envie de faire des vidéos, mais en me montrant le moins possible. Et en parlant d'autre chose que des sujets que Gédéon et moi traitons, parce que... blocage. Parce que son travail de sape avait atteint sa cible.
Alors j'ai fait mon tuto Rubik's Cube. Puis la vidéo sur le climat (j'avais proposé un sujet martien au début, mais j’ai bloqué ensuite). C’était une commande sur laquelle je m'étais engagée avant de prendre conscience que je n'arrivais plus à écrire de script.
Puis la série "Mars, 8ème continent", qui est un projet très cher à mon coeur, mais qui a pu aboutir parce que je ne suis "que" co-autrice et comédienne, que tout le reste est géré par une équipe et que c'est moins lourd pour moi. (La suite arrive, btw ! :D)
Mais les vidéos de vulgarisation sur ma chaîne sur mes sujets de prédilection, je n'y arrive plus depuis le boson de Higgs. De temps en temps, je reprends mes brouillons et la liste des sujets de CQFD, mais rien à faire. Gédéon tourne en boucle dès que j'essaye d'avancer.
Le deuxième "trop tard", c'est quand je me suis rendue compte que je ne pouvais plus me trouver physiquement dans la même pièce que lui. En 2017, c'était encore possible : on a fait une table-ronde ensemble, je n'ai rien dit aux organisateurs, j'ai été courtoise avec lui.
Mais depuis 2018, ce n'est plus possible. A chaque invitation, je demande qui sera présent : s'il est là, je décline. Parce que je ne veux plus que mon nom soit associé au sien - mais ça va au-delà : je ne peux plus le croiser sans faire une crise d'angoisse.
(Ni voir son @ sans shoot d'adrénaline, par ailleurs, ce qui est très compliqué parce que même si je l'ai bloqué, je suis souvent mentionnée dans les mêmes tweets que lui. Du coup, j'ai réduit ma présence sur Twitter, aussi.)
Pendant que je m'enfonce dans mes angoisses et mes blocages (j’ai même pensé pendant plusieurs mois à arrêter la vulgarisation), Gédéon avance, sa chaîne se développe, et il a récemment quitté son travail pour vivre de ses vidéos.
Même si on ne peut pas comparer l'acharnement de Gédéon au harcèlement des LOLeurs, je constate que ça m'affecte profondément et que ça me freine, pendant que lui avance. Le schéma est répété. C'est insupportable.
Si j'ai décidé de faire ce thread, c'est pour rappeler que si vous vous sentez mal par rapport à ce qu'on peut dire de vous sur les réseaux sociaux, PARLEZ-EN À VOS AMIS. Je n'arrive pas à croire que j'aie été assez stupide pour faire la même erreur une deuxième fois.
Je fais également ce thread pour expliquer comment on passe insidieusement, sans s'en rendre compte, de "il me fait chier lui" à "il va peut-être falloir que je change de métier". C'est la fable de la grenouille. Je me suis encore fait avoir sous couvert de "j'en ai vu d'autres".
En fait, je pensais que mes expériences précédentes m'avait rendu le cuir si épais que plus rien ne pouvait m'atteindre. J'ai pris conscience que c'est tout l'inverse : je suis d'autant plus fragilisée. Je comprends mieux pourquoi Gédéon m'affecte autant.
Et c'est une chose à ajouter à la liste des effets de la ligue du LOL qui ont encore cours aujourd'hui : ils m'ont fendillée (irrémédiablement ?), et malgré l'énergie que je mets à colmater tout ça, le moindre coup de marteau refragilise d'autant l'ensemble.
Je fais tout pour régler le problème, hein, je fais une psychothérapie. Ça fait vraiment un bien fou. Mais rendez l'argent (et le temps), les gars.
Il y a néanmoins une erreur que je n'ai pas commise à nouveau : ne pas garder de traces. Dans le cas de Gédéon, j'ai tout. Je vous ai résumé l’essentiel dans ce document. (Il n’y a pas tout, juste le plus gros.) florenceporcel.com/gedeon.pdf
Si vous l’avez identifié, je vous demande de :
- ne pas l'insulter
- ne pas le harceler
- ne plus me mentionner à ses côtés
Par ailleurs, je ne vous demande pas de l'unfollower ou de vous désabonner. Vous êtes libres.
J'ai fini par en parler à des amis, par hasard. Ça m'a soulagée d'un gros poids. (Mais il était trop tard.) Et puis surtout, comme souvent avec ce genre de personnalité, j'ai appris que son comportement est problématique pour d'autres aussi. J'ai une liste longue comme le bras.
C'est aussi la raison pour laquelle il faut en parler : il y a des chances pour que vous ne soyez pas les seul·e·s concerné·e·s. Ne vous enfoncez pas dans votre isolement.
Et surtout, son comportement ne s’est pas limité à Twitter. On m’a rapporté des paroles malveillantes qu’il aurait tenues à mon sujet IRL. Peut-être à de potentiels clients ou employeurs ? Ce ne serait pas étonnant.
Je n'arrive pas à parler de harcèlement dans le cas de Gédéon (étant donné mon passif). Mais le résultat reste très lourd. Même si d'autres raisons pour mes questionnements (et mon burn-out de l'année dernière) sont en cause, Gédéon a pesé pour beaucoup quand même.
J'ai envie de réaliser les CQFD qui attendent depuis plus d'un an. J'ai envie. Et vraiment, je vais les faire. Ça arrive :-) Ensuite, je poursuivrais mes projets en collaboration. Mais les vidéos que je fais toute seule… je crois que je vais arrêter.
Mon CV-vidéo va avoir 10 ans. Ma chaîne va avoir 7 ans.
Être une femme sur internet, c'est DUR. (Cette réflexion n'inclut pas Gédéon.)
Je m'en prends plein la gueule. (Celle-là oui par contre.)
Je suis humaine.
J'ai mes limites.
Je suis fatiguée.
Ça impacte ma santé.
Prenez soin de vous.
Ne harcelez pas. N'insultez pas.
Si vous vous sentez mal, ne restez pas seul·e·s.
Je vous embrasse.
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Florence Porcel
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Follow Us on Twitter!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3.00/month or $30.00/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!