, 39 tweets, 14 min read Read on Twitter
Allez, plongeons dans le monde effrayant des #ravageurs contre lesquels nous sommes pour l’instant forts démunis, ou du moins pas bien outillés. Bactéries, scarabées, punaises, mouches, il y en a pour tous les goûts ! C’est le thread du mercredi.
L’extrême polarisation du débat sur les pesticides, qui réduit une famille de produits fort différents et aux usages très divers sous un seul nom, fait parfois oublier que ces produits sont utilisés contre quelque chose, et non contre les consommateurs.
Maintenir des cultures en bon état nécessite des traitements d’appui contre les insectes, les champignons et les adventices, les « mauvaises herbes ». Les jardiniers amateurs utilisent eux même des anti-limaces, il n’est pas rare de trouver de l’antipuceron sur les balcons.
Sans faire de l’histoire à deux balles, mais pour aller vite, c’est en partie cet outillage qui a permis à l’agriculture des pays occidentaux de progresser aussi rapidement, et d’atteindre la productivité qu’elle connaît aujourd’hui. Et il évolue.
Le développement de la science et l’inventivité du monde agricole, ont permis depuis d’envisager des solutions alternatives. Il y a par exemple la confusion sexuelle dans les vignes. La technique progresse et représente 30 000 hectares en France.

departements.fr/lutte-biologiq…
On nous annonce même une solution de mise en œuvre bien moins contraignante et coûteuse que celles prévalant aujourd’hui avec ces 500 dispositifs à installer par hectare.

reussir.fr/vigne/la-confu…
Mais revenons à nos moutons. Malgré la science et ses progrès, nous sommes aujourd’hui toujours confrontés à des impasses techniques, des ravageurs pour lesquels aucune solution n’existe encore. Un peu comme pour la Peste porcine africaine. Revue de détail.
Bien connue des producteurs de cerises, il y a Drosophila suzukii, apparue en France en 2009. Cette petite mouche, 2 à 3 mm seulement, a un pouvoir de nuisance important sur les petits fruits et provoque des dégâts importants dans les vergers.
fr.wikipedia.org/wiki/Drosophil…
On en parle chaque année avec l’arrivée des premières cerises, parce que le produit qui permettait de contenir la mouche le #diméthoate, a été interdit en France en 2016. Alors qu’il est toujours utilisé dans d’autres pays #concurrence
leparisien.fr/societe/insect…
Cette interdiction a obligé les producteurs à utiliser deux autres familles de molécules, mais les risques d’apparition de résistance, face à un spectre si resserré, sont importants. Si vous voulez en savoir un peu plus sur cette molécule c’est par là
fr.wikipedia.org/wiki/Diméthoate
Bref, pour ce moucheron, qui s’attaque aussi aux olives, les solutions de lutte pérennes sont encore à l’étude. Les travaux se dirigent notamment vers une lutte biologique avec introduction d’un parasitoïde venu d’Asie, la région d’origine de la mouche.
spe.inra.fr/Toutes-les-act…
D’autres ravageurs posent des problèmes encore plus complexes, en étant transportés par des insectes. C’est le cas de #Xylella Fastidiosa, la « bactérie tueuse d’oliviers ». Qui peut s’inviter dans plus de 300 espèces, arbres fruitiers, agrumes, vigne…
gd.eppo.int/taxon/XYLEFA/d…
Sur la vigne, elle provoque la maladie de #Pierce, et la mort du cep en moins de cinq ans. Elle est très présente aux États-Unis en Californie. Elle a été découverte là bas à la fin du XIXe siècle et est devenue un problème à partir de 1996.
fr.wikipedia.org/wiki/Xylella_f…
La problématique est telle que les chercheurs américains cherchent à introduire une résistance dans Vitis Vinifera, comme on peut le faire dans nos contrées pour le mildiou. Les muscats semblent naturellement résistants à son action délétère.
piercesdisease.org
Mais en Europe, c’est surtout sur les oliviers qu’elle créé des inquiétudes, largement relayées par les médias. Apparue en 2015 en Corse, elle ravage surtout les Pouilles en Italie depuis 2013 où des milliers d’oliviers sont morts.

nationalgeographic.com/science/2018/0…
Elle a fait son chemin en Europe. Il n’y a pas de moyen curatif pour l’instant, la seule solution, comme pour la peste porcine africaine, c’est la prophylaxie. Par abattage des arbres malades et la création de zones tampons pour empêcher sa propagation.

efsa.europa.eu/fr/press/news/…
La difficulté c’est de détecter l’infestation des arbre, la période asymptomatique, lors de laquelle la bactérie est présente sans signes extérieurs est longue. Le plan de lutte adapté à la France, concernée en Corse, est là agriculture.gouv.fr/telecharger/89…
Après Xylella, revenons aux insectes avec la punaise diabolique, qui semble bien porter son nom. Halyomorpha halys est une punaise asiatique qui a débarqué dans nos contrées en 2012 par l’Est de la France.

fr.wikipedia.org/wiki/Halyomorp…
Depuis elle a fait son bonhomme de chemin.

actu.fr/societe/la-pun…
C’est un problème aussi aux États-Unis et au Canada, où elle a attrapé son surnom de diabolique.

courrierinternational.com/article/linvas…
En 2018, sa présence est avérée partout en France et son acclimatation peut faire craindre le pire, surtout pour [spoil] les zones urbaines, cette punaise ayant tendance à se déplacer en bandes importantes et à vouloir entrer dans les maisons.
isyeb.mnhn.fr/fr/actualites/…
Si cette punaise n’est pas dangereuse pour l’homme elle fait peser une menace certaine sur les cultures

anses.fr/fr/system/file…
Elle produit parfois des dégâts considérables dans les cultures, comme en Géorgie sur les noisettes dont elle raffole ainsi que le raconte National Geographic. Mais aussi plus près de chez nous sur les kiwis.

nationalgeographic.com/environment/20…
Et les moyens de luttes ? Il sont limités compte tenu de la nature de l’animal et de sa pullulation.
www7.inra.fr/opie-insectes/…
Un GIS est consacré à cette problématique, il a tenu un colloque en début d’année pour faire le point sur cette punaise et d’autres ravageurs des arbres fruitiers.

gis-fruits.org/Evenements-du-…
Mais pour notre punaise diabolique, on est encore au début des recherches en lutte biologique.
gis-fruits.org/content/downlo…
Au Canada, la lutte chimique s’est aussi organisée, mais les produits spécifiques sont aussi ceux qui laissent le plus de résidus dans les fruits. mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollection…
Il est important de signaler la présence de ces punaises, notamment dans les jardins. L’INRA a développé une appli spécifique pour la dénoncer, ainsi que la pyrale du buis, le frelon asiatique et la chenille processionnaire (Android et iOS)

ephytia.inra.fr/fr/CMS/78/AGIIR
Pour finir, faisons au saut (de puce ? ) jusqu’en Afrique du Sud où sévit #Euwallacea fornaticus qui met à mal une grande forêt dans la ville de Johannesburg. Mais ce petit scarabée venu du Vietnam a déjà sévit aux États-Unis et en Israël.

francetvinfo.fr/replay-radio/e…
Hors de son milieu d’origine, ce scarabée n’a pas de prédateurs et les produits chimiques n’ont pas l’air efficace. Il faudrait donc, seule solution à moyen terme, acclimater les ravageurs d’Asie qui en raffole pour contrôler les populations

rtbf.be/info/monde/det…
Nous aurions pu parler également du #Citrus Greening, provoqué par une bactérie fort virulente, qui s’est répandu dans le monde des agrumes à partir de l’Asie.
fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_d…
Avec une situation assez emblématique aux États-Unis. Les producteurs de Floride ont eu le droit d’utiliser deux antibios, streptomycine & oxytetracycline pour contenir la bactérie. Depuis, l’agence a étendu l’autorisation à plus de 300 000 hectares de vergers.
Ce qui représente la bagatelle de près de 300 tonnes annuelles quand l’ensemble du pays utilise 6 tonnes d’aminoglycoside, la famille de la streptominicine. L’Europe a interdit l’utilisation de ces produits, le Brésil également par souci pour la santé humaine.
Les autorités sanitaires américaines ont crié fort pourtant ! Attention, une telle utilisation gare au développement de résistances ! Les agents pathogènes résistants aux antibiotiques tuent déjà chaque année 23 000 personnes dans le pays…

nytimes.com/2019/05/17/hea…
Bref, tout ça pour dire qu’on n’a pas sorti les ravageurs des ronces ! La mondialisation des échanges permet aux hommes de voyager et offre aux différentes terreurs des cultures de faire de même en faisant du stop, dans nos bagages ou nos marchandises.
Rajoutez une petite couche de changement climatiques et voici des bactéries ou des insectes qui peuvent coloniser de nouveaux espaces, maintenant adaptés à leur métabolisme et vierges de leurs prédateurs habituels. #easy
Rajoutez une petite couche de retrait de molécules anciennes parce que leur danger est aujourd’hui avéré, et vous avez un combo complexe, voire inquiétant. Et du boulot pour des équipes de chercheurs qui doivent faire preuve d’une grande inventivité pour trouver des solutions.
@threadreaderapp unroll please
Nous en parlions donc dans ce #thread, en Espagne, Xylella serait présente depuis 30 ans dans la région d'Alicante et l'abattage massif des amandiers improductif. Partie perdue ? (via @Tgarciaazcarate) agroinformacion.com/nueva-controve…
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Revue Sesame
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Follow Us on Twitter!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3.00/month or $30.00/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!