, 29 tweets, 8 min read Read on Twitter
Ce 28 septembre 1918, le général Louis Franchet d’Espèrey, commandant en chef du corps expéditionnaire français de Salonique, est inquiet : ça fait déjà plusieurs jours qu’il n’a plus aucune nouvelles de sa cavalerie. #Thread
Pourtant, jusqu’ici, tout se passait merveilleusement bien. Quelques jours plus tôt, le 15, les forces françaises et serbes ont réussi à percer le front germano-bulgare à Dobro Polje et remontent vers le nord par Bilota (Monastir) et Prilep.
La manœuvre, soit dit en passant, était brillante : en passant par les montagnes, Franchet d’Espèrey a ciblé le point faible des défenses de l’axe et s’épargne la remontée de la vallée du Vardar, laquelle est non seulement défendue mais aussi facile à défendre.
Ci-dessous, voilà à quoi ça ressemble, par exemple, à Démir Kapou :
Évidemment, en France, tout le monde s’en fout : le seul front qui intéresse la hiérarchie militaire comme la presse, c’est le front occidental. Les exploits de l’armée française d’Orient en Macédoine, c’est juste un non-sujet.
Le plan de Franchet d’Espèrey, c’est tout l’inverse de ce qui se fait dans les tranchées en France : il veut exploiter cette percée rapidement et foncer droit sur Uskub (actuelle Skopje, en Macédoine du Nord) pour couper les forces de l’Axe en deux.
Prendre Skopje, c’est priver la XIème armée allemande de Von Steuben (à l’Ouest) de ses bases arrières et c’est aussi leur interdire toute communication avec leurs alliés Bulgares (à l’Est) — lesquels sont déjà à deux doigts de signer l’armistice.
Bref, c’est la priorité et c’est urgent. Pour ça, Franchet d’Espèrey peut compter sur sa cavalerie et en particulier sur les 1er et 4ème chasseurs d’Afrique et un régiment de spahis marocains, tous placés sous le commandement du général François Léon Jouinot-Gambetta.
(Le Régiment de marche de spahis marocains est une unité de cavalerie composée d’un millier d’hommes, les trois quart étant des marocains. C’est aussi, et notamment grâce à ce qui suit, le régiment de cavalerie le plus décoré de l’armée française.)
Du coup, une fois Prilep prise, Franchet d’Espèrey demande à Jouinot-Gambetta de foncer sur Skopje avec environ 3 000 hommes et autant de canassons — mais sans artillerie lourde pour aller plus vite.
Les ordres initiaux précisaient que la cavalerie devait passer par l’Ouest (notamment parce que la plaine du Vardar était encore tenue par les germano-bulgares) mais Jouinot-Gambetta a vite compris que c’était injouable.
Du coup, il a informé Franchet d’Espèrey qu’il allait quand même tenter le coup à l’Est, en passant par Vélès et en espérant que le reste des troupes alliées auraient fait tomber ce point de résistance de l’axe.

Bref, la cavalerie s’enfonce dans le défilé de la Babouna.
Et depuis, plus aucune nouvelle.

Rien.

Nada.

La cavalerie s’est volatilisée dans les montagnes de Macédoine...
… Jusqu’à ce qu’elle réapparaisse, comme par enchantement, le 29 septembre à l’aube.

Jouinot-Gambetta et ses trois régiments sont à Skopje et, manifestement en pleine forme, ils sont en train de prendre la ville.
En fait, arrivé au sud de Vélès, Jouinot-Gambetta avait vite compris que le passage ne serait pas libre avant un moment.

Ses ordres lui disaient d’aller vite, du coup… et bah du coup il a fait ça en tirant tout droit.
Sauf que tout droit, en l’occurrence, c’est le massif de la Yakoupitsa et que ledit massif est réputé infranchissable par une armée à pieds… alors à cheval, vous n’y pensez même pas.

Sauf Jouinot-Gambetta et ses gars. Eux, ils y vont. #YOLO
Alors là, mes lapins, il faut bien mesurer le délire de Jouinot-Gambetta : une marche forcée de 3 jours et 3 nuits, sur des sentiers à peine visibles, avec des dénivelés de malade (de 300 à plus de 1 700 mètres) et le tout sans ravitaillement et des cartes pourries.
(Les cartes du 2ème bureau de l’Armée Française d’Orient disaient que c’était praticable en voiture… en vrai, même les mulets avaient du mal à passer. #lolilol)
Ils vont avoir droit à peu près tout : chaleurs torrides, pluies diluviennes, autochtones moyennement sympathiques et même un énorme incendie qui va les obliger à faire un détour monstrueux.
Il faut imaginer le tableau : 3 régiments de cavalerie qui marchent à pied, à la queue leu-leu, en tenant leurs chevaux par la bride sur des sentiers prévus pour des chèvres.

Quand ils sont tous ensembles, la colonne s’étire sur plus de 6 kilomètres !
Et malgré tout ça, les gars y arrivent : le 28 septembre au soir, ils sont prêts à envahir Sokpje…

... Où les attendent pas moins de 50 000 germano-bulgare en pleine forme et solidement équipés. Bref, il va y avoir du sport.
Sauf que le truc magique, c’est que quand ils s’apprêtent à charger le 29 septembre au petit matin, PERSONNE ne sait qu’ils sont là. Personne ne peut même l’imaginer, pas même leur propre commandant en chef.
Alors évidemment, quand, à 5 heures du mat’, les spahis chargent les germano-bulgares de Skopje sabre au clair, c’est la panique totale : MAIS D’OÙ ILS SORTENT CES EMPAFÉS ?
Du coup, la prise de Skopje est presque une formalité : les allemands s’enfuient à toutes jambes dans leur train blindé et les bulgares, qui de demandaient déjà depuis un moment ce qu’ils fichaient dans ce merdier, rendent les armes.
Le jour même, la Bulgarie signe l’armistice et la XIème armée allemande, coincée, fini par se rendre purement et simplement : ils font — excusez du peu — près de 70 000 prisonniers. UNE ARMÉE ENTIÈRE (et tout le matos qui va avec) !
Pour les empires de l’Axe, c’est une catastrophe : non-seulement ils souffrent sur le front occidental mais les voilà menacés sur leurs arrières. Ce n’est pas la première fois qu’ils songent à capituler mais là, ils savent qu’ils n’ont plus le choix.
C’est donc une des toutes dernières charges de la cavalerie française, probablement une des plus héroïques mais aussi une des moins connues, qui a grandement contribué à mettre fin de la Grande Guerre.
Quant à la cavalerie de Jouinot-Gambetta, ce n’est qu’avec quelques jours de retards qu’ils apprendront l’armistice : ils étaient déjà arrivés au Danube après une charge de 800 km en 60 jours sans interruption. #Fin
Je signale qu’@odieuxconnard a déjà raconté cette histoire ici :
unodieuxconnard.com/2018/11/16/la-…
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Guillaume Nicoulaud
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Follow Us on Twitter!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3.00/month or $30.00/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!