fipaddict Profile picture
15 Sep, 17 tweets, 4 min read
(1/n) Certains contestent de façon étrangement véhémente les nouvelles prévisions de la Banque de France, qui anticipe une croissance de 7,4 % en 2021, après une chute du PIB de 8,7 % en 2020. Ce rebond est pourtant une conséquence quasi-mécanique du profil de la croissance 2020.
Commençons par la base : de quoi parle-t-on quand on dit que la croissance 2021 sera de X % ? C’est en réalité une comparaison entre le niveau du PIB sur l’ensemble de l’année 2021 et le niveau du PIB sur l’ensemble de l’année 2020.
Contrairement à ce que l’on pense souvent à tort, on ne compare donc pas le niveau du PIB au dernier trimestre 2021 avec le niveau du PIB au dernier trimestre 2020.
Pourquoi ? Car c’est le niveau du PIB sur l’ensemble de l’exercice qui importe pour les finances publiques : les recettes fiscales et sociales d'un exercice budgétaire dépendent de l'activité économique tout au long de l’année (et non au seul dernier trimestre).
Cela a une conséquence majeure, qui n’est souvent pas comprise : la croissance de l’année N dépend du profil de la croissance de l’année N-1 et on ne peut pas additionner les taux de croissance trimestriels de l’année N pour obtenir la croissance de l’année N.
Pour bien comprendre ce point, il est utile de présenter une autre notion : l’acquis de croissance. Ce terme barbare désigne le niveau de la croissance en année N qui serait obtenu si la croissance de était nulle tout au long de l’exercice N.
Comment pourrait-on obtenir une croissance annuelle positive en année N alors même que le PIB serait resté identique au niveau atteint au quatrième trimestre de l’année N-1 ? Parce que le PIB a progressé en N-1 !
Pour bien comprendre le mécanisme, il est utile de le représenter graphiquement : ici, le PIB du 4ème trimestre 2018 est reconduit à l'identique pour les quatre trimestres de l'année 2019 afin de calculer l'acquis de croissance à l’issue de l’exercice 2018.
Comme vous le voyez, même si le PIB n’avait progressé à aucun des trimestres de l’année 2019, on aurait quand même obtenu une croissance annuelle de 0,7 % à l'issue de l'exercice ! Pas mal, non ?
Vous l’aurez donc compris : plus le profil de la croissance de l’année N-1 est ascendant, plus l’acquis de croissance pour l’exercice suivant est grand.
Or, c’est exactement ce qui va se passer l’an prochain car le PIB a chuté de 19 % au premier semestre 2020 (du jamais vu !) et est déjà beaucoup remonté depuis.
Au troisième trimestre2020, le PIB se situe 6 % en-dessous de son niveau d’avant-crise. Si l’on restreint l’analyse au mois de septembre, la perte d’activité se réduit même à 5 %.
Même si la reprise s’arrêtait aujourd’hui, ce qui n’est pas le scénario privilégié par la Banque de France, on aurait donc déjà mécaniquement un taux de croissance très important en 2021.
De combien ? On peut l’estimer facilement en calculant le fameux « acquis de croissance ».
Si le PIB restait 5 % en-dessous de son niveau d’avant-crise (= son niveau actuel) au dernier trimestre 2020 et tout au long de l’année 2021 (= si l’économie restait à l’arrêt complet), la perte de PIB s’élèverait à 9 % en 2020 et la croissance serait de + 4,4 % en 2021.
On voit bien que même en cas d’arrêt de la reprise, la croissance sera historiquement élevée en 2021. Et si la reprise continue à un rythme modéré, on se rapprochera du taux de croissance anticipé par la Banque de France, qui n'a rien d'étonnant !
Il faudrait en réalité faire l’hypothèse d’une deuxième vague épidémique avec de nouvelles mesures de confinement pour arriver à un taux de croissance significativement inférieur, ce qui n’est pas l’hypothèse de la Banque de France.

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with fipaddict

fipaddict Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @fipaddict

2 Sep
(1/n) Un travail extrêmement précieux dont je recommande chaudement la lecture à tous ceux qui s'intéressent aux inégalités, à la gestion d'actifs ou à l'épargne. J'en retiens notamment 3 idées fortes.
1/ Plus on a un patrimoine élevé, plus on arrive à obtenir une rentabilité importante. L'écart de rendement annuel entre le ménage médian et les plus aisés atteint ainsi près de 5 points !
Si l'on ajoute à cela le fait que les plus aisés épargnent davantage (cf. données ci-jointes pour la France), on a là deux moteurs très puissants pour que les inégalités de patrimoine "multiplient" les inégalités de revenus du travail, surtout en période de faible croissance.
Read 14 tweets
29 Aug
(1/n) Comment la prise en compte des services publics a gravement faussé la comparaison des taux de croissance des pays européens au premier semestre.
De nombreux articles ont comparé ces derniers jours la chute du PIB observée au sein des différents pays européens. La presse anglaise a par exemple largement commenté la très mauvaise performance du Royaume-Uni. ft.com/content/c8b172…
Si l’on compare l’évolution du PIB sur l’ensemble du premier semestre, l’Espagne enregistre la pire performance, suivie de peu par le Royaume-Uni.
Read 22 tweets
28 Aug
(1/n) Qui supporte jusqu'à présent le coût de la crise ? L'Insee a publié ce matin les résultats détaillés du 2ème trimestre, avec des éléments très intéressants sur la répartition des pertes de revenu entre les administrations publiques, les ménages et les entreprises.
Par rapport au 2ème trimestre 2019, la perte de revenu pour l'ensemble de l'économie française s'élève à 90 Md€. Le "tableau économique d'ensemble" nous indique sa répartition entre les ménages, les entreprises et les administrations publiques (ligne "revenu disponible brut").
Le gros de la perte de revenu (50,9 Md€, 56 % du total) a été supporté par les administrations, qui ont joué leur rôle d'amortisseur en période de crise. Cela résulte des moindres impôts et cotisations mais aussi d'une forte hausse des prestations sociales (+ 14,9 Md€).
Read 11 tweets
13 May
(1/n) Suite du feuilleton juridique sur la décision de Karlsruhe : la parole est à la défense, avec l'interview du juge allemand Peter Huber dans Faz, rapporteur de l’affaire, que je vous propose de mettre en perspective pour mieux comprendre le débat. faz.net/aktuell/politi…
Premier argument formulé par Peter Huber : les critiques de la décision font semblant d’ignorer que la plupart des cours constitutionnelles nationales considèrent que le « noyau dur » de la Constitution prime sur le droit européen en cas de conflit.
C’est assez vrai, comme je l’expliquais dans un précédent thread : le Conseil constitutionnel français, la Cour constitutionnelle italienne ou encore le Tribunal constitutionnel espagnol sont par exemple sur la même ligne.
Read 34 tweets
11 May
(1/n) Je vous propose un thread sur les conséquences possibles de la décision de Karlsruhe concernant le programme d’achat de titres publics de la BCE, car je suis un peu inquiet de l’optimisme ambiant.
Commençons par l’ordre juridique européen. Tout le monde semble se satisfaire de la réponse de la Commission européenne, qui a rappelé la primauté du droit de l’Union européenne et laissée entendre qu’elle pourrait poursuivre l’Allemagne.
Il est vrai que la Commission pourrait former un « recours en manquement », puis pour « manquement en manquement », afin d’imposer sous astreinte à l’Allemagne de respecter la décision de la CJUE, qui a jugé le programme de la BCE parfaitement légal.
Read 37 tweets
29 Apr
(1/n) Pourquoi la crise du Covid-19 risque de provoquer une nouvelle divergence des économies européennes… au risque de fragiliser la construction européenne et la zone euro. Thread d’un européen de plus en plus inquiet.
Les pays européens sont entrés dans la crise dans une situation très différente. Ce fait est connu mais je crois qu’il faut rappeler quelques chiffres pour en prendre pleinement conscience.
Sur le plan économique, la croissance potentielle italienne est estimée à 0,6-0,7 % à moyen terme par le FMI et l’OCDE. C’est deux fois moins qu’en France ou en Allemagne.
Read 28 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!