Je vous propose un fil Proust & linguistique!
7 concepts linguistiques qu'on peut retrouver représentés par Marcel dans "A la recherche du temps perdu" ⬇️
1. Les ponctuants, ces petits mots dont on ponctue nos phrases et qui sont souvent appelés "tics de langage".Albertine dit TOUT LE TEMPS "C’est vrai?" quand on lui dit "Voilà une heure que nous sommes partis", elle répond "c'est vrai?". Quand on dit "Il pleut" : "C’est vrai ?"
Le narrateur ne pense pas qu’Albertine parle mal, mais part dans des interprétations prousto-psychologiques si elle dit sans cesse "C'est vrai" c'est pcque "elle avait dû recevoir dans sa vie encore si courte beaucoup de compliments, de déclarations et les recevoir avec plaisir"
2. La prononciation ! Comme marqueur de classe. Ainsi, Mme des Laumes dit "C'est chcharmant", elle ressent double ch au commencement du mot comme "une marque de délicatesse" qui lui donne l'impression d'avoir les lèvres "romanesquement froissées comme une belle fleur" 😏
3. La manière dont le débit et la prosodie peuvent jouer sur le sens de la phrase.
Par exemple, Legrandin dit une phrase toute simple « Non je ne connais pas les Guermantes ». MAIS il la dit très lentement, en appuyant sur les mots, en secouant la tête...
Le personnage explicite verbalement ce jeu de débit, d'intonation et de geste par la suite : "Non, reprit-il, expliquant par ses paroles sa propre intonation, non, je ne les connais pas, je n’ai jamais voulu, j’ai toujours tenu à sauvegarder ma pleine indépendance"
4. L'insécurité linguistique!(le sentiment de crainte de faire des erreurs de la part d'un locuteur ou d'une locutrice personne qui a intégré l'idée que son parler ne correspond pas aux normes en vigueur) On a deux exs différents et frappants à mon avis d'insécurité linguistique.
Première manifestation: qd la locutrice (Françoise, la bonne) s'auto-dénigre "Françoise disait en riant "Madame sait tout; madame est pire que les rayons X (elle disait x avec une difficulté affectée et un sourire pour se railler elle-même, ignorante, d’employer ce terme savant)"
Deuxième manifestation de l'insécurité linguistique : l'hypercorrection. C'est quand une locutrice comme Mme Verdurin essaie d'imiter les variantes de prestige, qu'elle associe au "bon parler", mais qu'elle ne sait pas les identifier et les employer en respectant la norme.
Par exemple, Mme Verdurin a remarqué que Swann ne prononce pas la particule pour parler de "Mme de La Trémoïlle". Elle veut les imiter: "Ne doutant pas que ce fût pour montrer qu'ils n'étaient pas intimidés par les titres, elle souhaitait d'imiter leur fierté", mais...
... elle n'y arrive pas bien et sort des formes comme "les d'La Trémoïlle", qui ressemble plutôt à une "abréviation en usage dans les paroles des chansons de café-concert" pas du tout distinguée. C'est vraiment l'hypercorrection, qd on croit respecter la norme et qu'on se plante.
5. La fonction poétique du langage, tout ce qu'on peut projeter d'extérieur sur les sonorités des mots, notamment quand il s'agit de nom propre! (La poésie des noms propres dans Proust a notamment été analysée par Barthes dans "Proust et les noms"). Quelques exemples.
Par exemple le narrateur voit et une couleur dans le nom "Guermantes" dans lequel il entend "orange" et "amarante". Qd on lui parle des Guermantes, il les imagine toujours "baignant, comme dans un coucher de soleil, dans la lumière orange qui émane de cette syllabe, «ante»".
Autre ex, "Parme": le narrateur parle d'un nom propre "compact, lisse, mauve et doux". Il imagine la ville "à l'aide de cette syllabe lourde du nom de Parme, où ne circule aucun air, et de tout ce que je lui avais fait absorber de douceur stendhalienne et du reflet des violettes"
6. La fonction cryptique du langage, dans les argots codés d'amoureux par exs. Par exemple pour Swann et Odette, "faire catleya" "un bon catleya" renvoie non plus aux fleurs mais à leur première fois, et par extension au fait de faire l'amour ou plus largement à leur relation.
7. Pour finir, la puissance du langage, l'effet d'un simple mot quand il entre dans un système de jalousie dévoratrice (très présent dans Proust). Par exple, quand Swann cherche à faire avouer ses aventures à Odette et qu'elle lui répond que ça lui est arrivé "deux ou trois fois"
Commentaire sur l'effet des mots: "Chose étrange que ces mots « deux ou trois fois », rien que des mots, des mots prononcés dans l’air, à distance, puissent ainsi déchirer le cœur comme s’ils le touchaient véritablement, puissent rendre malade, comme un poison qu’on absorberait."
Voilà c'est terminé, bon dimanche à vous!
(mais n'hésitez pas à compléter / développer / rebondir, je suis loin bien sûr d'avoir épuisé "La Recherche !")
Bon, puisque cela vous intéresse, un point 8. Les figures de style! La métaphore. Swann fait, pour la flatter, tout un portrait de la duchesse de Guermantes en "jolie mésange" qui est venu tout droit de Guermantes, sauf que Mme de Sainte-Euverte le prend au sens propre...
Bévue qui l'exclut de la conversation "distinguée": "Swann, qui avait gardé des habitudes galantes de langage, de dire des choses délicates que beaucoup de gens du monde ne comprenaient pas, ne daigna pas expliquer à Mme de Saint-Euverte qu’il n’avait parlé que par métaphore"
9. L'anglomanie et les anglicismes (déjà 😉) Par exemple Odette déclare "je ne suis pas fishing for compliments", elle reçoit pour le "five o'clock", parle anglais à sa fille (ce qui désespère le narrateur qui ne parle pas anglais et voit dans cette langue un "génie malfaisant")!
10. La liaison : la faire ou ne pas la faire comme marqueur de distinction! (cc @sofilajiraf !) Qd le narrateur va chez les Swann, il remarque qu'ils disent "Comment allez-vous" sans faire la liaison du "t", et bien sûr il les imite de suite, "incessant et voluptueux exercice"!
Sur l'anglais comme "bien de distinction" dans "La Recherche": " Proust ethnographe et policier symbolique
Diffusion de l'anglais et maintien des écarts linguistiques" par Marie-Pierre Pouly cairn.info/revue-actes-de…
référence via @sofilajiraf

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with Laélia Véron

Laélia Véron Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @Laelia_Ve

18 Oct
Les témoignages de profs ayant subi, dans divers contextes, des menaces, des agressions verbales, physiques se multiplient à nouveau. Où sont leurs hiérarchies, les politiques, les médias, quand il faut les soutenir au quotidien? #PasDeVague #jesuisprof
Suite à des remarques : dans les témoignages que je lis certains profs parlent d'incidents plus ou moins graves, quelquefois elles et ils ont été soutenus par leurs hiérarchies, pas du tout.
Bien sûr qu'on ne peut pas mettre tous les agents d'encadrement dans le même sac, idem pour les politiques et pour les médias. Mais n'empêche qu'il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, à un niveau pas forcément toujours individuel mais systémique, depuis longtemps.
Read 6 tweets
17 Oct
On parle souvent d'éducation et d'émancipation. Mais la liberté n’est pas la facilité. Apprendre, c'est forger de nouveaux horizons et cela passe qqfois par des remises en cause (très) inconfortables. Apprendre, c’est tout l’inverse de la flatterie confortable de nos habitudes.
Quand on apprend, on n'ingurgite pas juste des connaissances, on se confronte à l'ailleurs, on change. Soutien à toutes et à tous les profs qui essaient de bien faire leur travail.
Pour que l'école reste un lieu de liberté, il faudra accepter l'idée qu'apprendre, c'est aussi quelquefois inconfortable, ça peut bousculer. Il faudra donner aux profs les moyens d'enseigner en toute sérénité.
Pensées émues et accablées pour ce professeur de #Conflans
Read 4 tweets
16 Oct
Grande joie de vous annoncer que notre podcast "Parler comme jamais" avec @MarCandea va reprendre pour une saison 2! 🥳🎧 Avec 2 grandes nouvelles: il sera co-produit par @BingeAudioFr et @LeRobert_com et il y aura non pas un mais deux épisodes par mois!😀
binge.audio/podcast/parler…
Plus précisément, chaque épisode comprendra 2 volets : on était un peu frustrées, on avait l'impression de ne pas assez entrer dans les détails, dans l'analyse d'exemple, maintenant on va pouvoir se lâcher! Et le 1er volet du prochain épisode sortira le mercredi 28 octobre.
Nous avons vraiment hâte avec @MarCandea d'explorer plein de nouveaux sujets ! Pour le premier épisode de cette seconde saison, on a choisi un sujet qui nous a été beaucoup demandé, une question que tout le monde se pose... mais laquelle??? 😉🤫
Read 8 tweets
10 Oct
Bon, j'ai enfin lu Bégaudeau "Histoire de ta bêtise". Alors je ne connais pas les autres oeuvres de Bégaudeau (à part "Entre les murs") et peut-être que certaines sont intéressantes, mais là c'est vraiment très faible, j'ai l'impression que ça se détruit en deux lignes. ⬇️
On pourrait critiquer plein de petites choses, les contradictions, la mise en scène qqfois grotesque –j’aime Bigard, les meufs à gros sein donc je suis populaire– ou son narcissisme de type « je m’aime faisant ça et j’aime qu’on m’aime m’aimant faisant ça » (il dit vraiment ça !)
Son dilettantisme intellectuel (quand il dit qu’il adorerait que son interlocuteur lui cite Gramsci, même juste quelques mots – quel est l’intérêt à part une posture ? si on n’a pas derrière une réflexion ? pourquoi souhaiter cela à part une volonté de distinction ?)
Read 16 tweets
3 Oct
Comment se positionner comme femme qui écrit dans un monde littéraire masculin et svt misogyne? Le cas ambigu de G.Sand, entre reprise de clichés négatifs et affirmation de sa valeur et de son intégrité. Fil à partir du fascinant article de B. Diaz "L'écrivain et ses pouvoirs" ⬇️
On n'imagine souvent pas la quantité d'attaques et d'injures sexistes que Sand a subies. Proudhon par exemple l'a décrite ainsi «hypocrite, scélérate, peste de la République, fille du marquis de Sade, digne de pourrir le reste de ses jours à Saint-Lazare» journals.openedition.org/rief/1473
Barbey d'Aurevilly était obsédé par Sand. L'article "Madame George Sand" est une litanie d'insultes sexistes et racistes : il la traite de "vache" de "brebis" ou de "pagode chinoise ou japonaise, aux gros yeux hébêtés [sic] d’une rêverie sans bout, aux grosses lèvres de négresse"
Read 20 tweets
29 Sep
Critique de Camille Laurens sur "Le Temps gagné" de Raphaël Enthoven dans @lemondefr
C'est moins une critique qu'une exécution! Mais elle soulève pas mal d'enjeux importants, quand il s'agit de littérature qui se situe entre roman et autobiographie. ⬇️lemonde.fr/livres/article…
Peut-on utiliser ses proches comme "matériau" d'un roman? C'est fait depuis longtemps, c'est le principe du roman à clef, plus ou moins codé, plus ou moins explicite. Ca pose des enjeux éthiques, juridiques et littéraires.
Des enjeux éthiques et juridiques: contrairement à ce qu'on croit, la littérature passe souvent en procès, et Enthoven est attaqué par son ex beau-père pour diffamation. Ce n'est pas le premier PPDA, Angot, Iacub, Jauffret ont été condamnés pour diffamation.
Read 19 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!