Le Bismarck coulera le 27 Mai 1941 sous les assauts de l’aéronavale et de la marine Britannique
Nous allons revenir dans ce thread sur la carrière opérationnelle de ce cuirassé.⤵️
1/88 Image
Contrairement à ce que j’avais prévu, je ne parlerai pas ici de la carrière opérationnelle du Bismarck et du Tirpitz mais seulement de celle du Bismarck, car elle est très fournie.
2/88
Je traiterai de la carrière opérationnelle du Tirpitz et des conclusions sur l’utilisation de ces deux navires la semaine prochaine.
3/88
Afin de mieux comprendre les aspects techniques je ne peux que vous enjoindre à lire le thread précédent :

4/88
Sommaire de ce thread :
Introduction : Tweet 6 à 6
L’opération Rheinübung : Tweet 7 à 16
Le Bismarck durant la bataille du détroit du Danemark : Tweet 17 à 44
Poursuite et fin du Bismarck : Tweet 45 à 71
Fin du Bismarck en détail : Tweet 72 à 88
5/88
Introduction :
Nous allons dans ce thread évoquer les tournants et fin de la carrière opérationnelle du Bismarck, je me concentrerai ainsi seulement sur les grands moments du service de ce navire afin que ce thread ne devienne pas démesurément long.
6/88
L’opération Rheinübung :
Cette opération désigne la sortie dans l’océan Atlantique du Bismack accompagné du croiseur Prinz Eugen, le but de cette opération était d’opérer une pression sur les navires marchands alimentant la Grande Bretagne…
7/88
Et ainsi mettre à genoux l’empire britannique pour que celui-ci demande à négocier un armistice avec le IIIème Reich ou même une demande de paix.
Ceci aurait permis à l’Allemagne d’utiliser les îles britanniques comme une base d’opérations maritimes.
8/88 Image
Le Bismarck partira le 18 Mai 1941 du port de Gotenhafen pour rallier l’atlantique nord en longeant la Norvège puis en passant au-dessus de l’Islande.

9/88 Le départ du Bismarck vu de...
Les anglais surveillent le secteur, et le 21 Mai à 13H15, un Spitfire du Coastal Command parvient à photographier la formation Allemande au mouillage à Bergen afin de ravitailler les destroyers accompagnant le Bismarck.

10/88 ImageImage
Après avoir repéré une intense activité aérienne Allemande dans le secteur Islande-Groenland l’Amirauté Britannique avait déjà dépêché le croiseur Lourd Suffolk le 18 mais puis le Norfolk peu après afin de surveiller une éventuelle incursion par le détroit du Danemark.

11/88 LE HMS Suffolk
Le 22 Mai à 16H00 s’y rajoute le croiseur de bataille HOOD ainsi que le cuirassé Prince of Wales et cinq destroyers.

12/88 Le HMS HOODLe HMS Prince of wales
Finalement le 22 à 23H45 c’est le gros de la Home Fleet qui lève l’ancre de Scapa Flow avec le cuirassé King Georges V les croiseurs Aurora, Galatea, Kenya, Hermione, Neptune, six destroyers et le porte-avions Victorious.

13/88 Le cuirassé HMS King Georges VHMS Victorious
Le vent se lève à l’approche du Groenland, la mer est assez forte et la visibilité variable.

14/88 Image
23 Mai, le cuirassé Repulse se joint au reste de la flotte Britannique pour aller chasser le Bismarck.
C’est finalement le 23 Mai vers 19H22 que les choses sérieuses vont débuter, les hydrophones et les radars de conduite de tir avant du Bismarck détectent…

15/88 Un cuirassé de la classe Re...
Un contact par bâbord avant. Puis désormais c’est le radar du château arrière qui confirme la présence d’un navire s’approchant.
16/88
Le Bismarck durant la bataille du détroit du Danemark :
23 MAI, 19H22, Un bâtiment fait route à grande vitesse vers la formation Allemande, soudain il vire de bord, il a repéré le Bismack et le Prinz Eugen et transmet un message que le Prinz Eugen arrive à décrypter :

17/88 Le Prinz Eugen
« Un cuirassé, un croiseur en vue à 20°, distance sept nautiques, route au 240 », la partie commence.
18/88
Contrairement à ce qu’imaginaient les services de renseignement Allemands les Britanniques disposent aussi de radars embarqués, et le HMS Norfolk qui vient tout juste de les détecter en a allègrement fait usage.

18/88 Au premier plan le HMS Norfolk
A 20H00 c’est l’alerte, un PBY Catalina est repéré, mais il disparait aussitôt, de son côté ; l’amiral Holland à bord du HOOD vient de réceptionner le message du Suffolk et ordonne à son escadre d’accélérer le rythme pour prendre une route d’interception…

19/88 Un Pby catalina
Qui l’emmènera au contact tôt dans la matinée.
Pour ce faire le HMS HOOD et Prince of Wales vont à la vitesse de 27kts distançant les destroyers qui les accompagnent, qui eux ne sont pas capables de tenir aussi efficacement cette mer agitée.

20/88 Le HOOD et son équipage
20H30, le radar avant détecte un navire, c’est le Suffolk qui caché par la brume arrive à surgir à 6400 mètres du Bismarck, celui-ci tir 5 salves de 38CM, et le Suffolk repart se cacher de toute urgence dans le banc de brume avec quelques égratignures.
21/88
Il n’aura été touché que par quelques éclats.
Pendant l’engagement le souffle des canons du Bismarck a endommagé ses deux radars de conduite de tir avant.
22/88
(Le souffle de ses propres canons !)
Le Prinz Eugen prend donc la tête de la formation, mais alors qu’il passait sur le flanc tribord du Bismarck celui-ci voit ses safrans se bloquer mystérieusement en position « tribord toute » !
23/88
Ernst Lindemann le capitaine du Bismarck parviendra à rapidement appeler la timonerie pour éviter une collision.

24/88 Image
22H00, des relevés indiquent que le HOOD et le Prince of Wales se situent désormais à une centaine de miles de la position de la formation Allemande.
25/88 Image
Samedi 24 Mai, 02H47, le la Division Lütjens n’est plus qu’à seulement 35 nautiques au nord-ouest du Hood et du Prince Of Wales 5H10 le branle-bas de combat est ordonné pour les navires anglais.
26/88
05H47, poste de combat pour le Bismarck.
05H50 le Prinz Eugen estime que la formation anglaise est à 17 nautiques de distance, ils sont en réalité à seulement 13 Nautiques, les Britanniques ont ordre de grouper les tirs sur le Bismarck.
27/88
05H52, le Hood ouvre le feu à 22 800 mètres de distance grâce à ses tourelles avant bientôt rejoint par une salve du Prince of Wales 2 Minutes plus tard, lui aussi ne peut qu’utiliser ses tourelles avant car c’est sa proue qui pointe vers la formation Allemande.

28/88 Des obus du HOOD Touchent p...
Les tirs du Prince Of Wales touchent l’eau 1500 mètres derrière le Bismarck. Le Bismarck rétorque à son tour à 05H55 alors que les Anglais ont déjà tiré 7 salves. Cependant le Bismarck est placé de manière à pouvoir faire feu avec toutes ses pièces.
29/88 Image
C’est le HOOD qui est visé par le Prinz Eugen et le Bismarck, et leurs obus frappent la mer à 400 mètres de distance du croiseur.
30/88
Entre temps les anglais se sont approchés à une distance de 20 200 mètres pour le HOOD et 22 000 mètres pour le Prince of Wales, qui arrive finalement à atteindre le Bismarck à sa sixième salve.

31/88 Image
C’est la proue qui est touchée créant une brèche de 1.50 mètres qui embarquera en un peu plus de dix minutes 2000 tonnes d’eau, enfonçant l’avant du navire dans l’eau et créant une gîte avant de 3°.

32/88 Gîte vant du Bismarck
05H56, le Prinz Eugen Atteint le HOOD puis c’est au tour du Bismarck de le viser à 05H57,un de ses obus détruit la direction la direction de tir du HOOD.
Un obus de 20CM du Prinz Eugen touche au pied du château arrière et tue 200 membres d’équipage.
33/88
Entre temps le Prince of Wales a réussi à barrer le T et peut désormais utiliser toutes ses tourelles, il est à 18 000 Mètres de distance de la formation Allemande.
Il arrive à toucher le Bismarck au niveau de la tranche XIV sous la ligne de Flottaison.

34/88 Image
Noyant en partie la chambre des écubiers ainsi que le turbo générateur bâbord et la centrale électrique n°4 réduisant la vitesse max du Bismarck à 22kts.
35/88
05H59 : Une troisième salve du Prince Of Wales touche le Bismarck et détruit la proue d’une vedette de bord mais l’obus n’explose pas et retombe dans l’eau.

36/88 Image
Le Bismarck tire sur le HOOD avec toutes ses pièces à 15700 mètres de distance, les obus des tourelles A et B n’atteignent pas le HOOD, cependant ceux des tourelles C et D touchent à l’avant de la direction de tir arrière.

37/88 Image
06H00, le Hood explose, à 800 mètres de là le Prince of Wales se retrouve sous une pluie de débris.
06H02, le Bismarck tire sur sa 8ème salve sur le Prince of Wales et touche la passerelle compas en y tuant quasiment tous les hommes présents sauf le commandant.

38/88 Image
Le Norfolk ouvre le feu sur la formation Allemande mais ne touche pas. Le Hood de son côté à totalement coulé et il ne reste de lui que du carburant en feu et une nappe de mazout, 3 des 1431 hommes d’équipage ont survécu.
39/88 Image
06H04 : Des obus du Bismarck arrivent à mettre HS la tourelle secondaire tribord du Prince of Wales, le Prinz Eugen tire sur la poupe et enfin une dernière salve du Bismarck détruit la grue bâbord du Prince Of Wales.

40/88 Image
Celui-ci émet un nuage de fumée et commence à prendre de la distance pour s’éloigner de la formation Allemande. Après cet engagement le Bismack souffre d’un gîte de 9° Bâbord et 3° sur l’avant.

41/88 Le Prince of Wales et son n...
Les pales de l’hélice tribord, à cause de la gîte, sortent partiellement de l’eau et l’ordre est donné d’effectuer un ballastage dans les tranches II et III, en plus de cela il laisse derrière lui un sillage de mazout.
42/88
Le 24 Mai à 8H00 les croiseurs Suffolk et Norfolk continuent de suivre la formation Allemande, et désormais il est décidé que le Bismarck ne pourra pas continuer sa mission.
43/88
Le Prinz Eugen devra continuer seul tandis que le cuirassé devra rejoindre les côtes françaises pour réparation.

44/88 Image
Poursuite et fin du Bismarck :
10H00, un Sunderland suit le groupe Allemand, aidé par la longue trainée de mazout s’échappant du flanc du cuirassé. De son côté le Prince of Wales engage la poursuite avec les croiseurs anglais.

45/88 Un Short Sunderland
A 18H46 le Prince of Wales l’engage à la distance de 28 500 mètres, les deux navires se tirent dessus jusque peu après 19H00 mais aucun coup n’atteint sa cible.
50/88
Cependant la manœuvre a réussi et le Prinz Eugen peut aller ravitailler en toute sécurité, ce qu’il fera le 26 Mai, mais peu après des soucis mécaniques l’obligeront à abandonner la mission.
51/88
23H30 : Durant la journée le Victorious a manœuvré pour se positionner à 100 nautiques de la position Allemande afin de préparer une opération de torpillage sur la division Allemande.
52/88
Ainsi à 22H10 neufs Swordfish du 825th Squadron décollent, puis à 23H00 ils seront rejoints par 3 Fulmar de protection et d’éclairage.

53/88 Un Swordfish au raz des flo...
Et c’est à 23H30 qu’ils arrivent à se présenter en face du Bismarck, celui-ci manœuvre en zigzag pour éviter les torpilles mais rien n’y fait une d’entre elle atteint tout de même le Bismarck à tribord au niveau de la section IX.

54/88 Fairey Fulmar
Elle ne provoque que peu de dégâts frappant à l’endroit où la cuirasse est la plus épaisse, cependant le souffle tuera un armurier. Les Swordfish et Fulmar retournent vers le Victorious.
55/88
Les manœuvres grande vitesse ont aggravé la brèche à la proue du navire et noyé encore un peu plus la salle des machines n°2 ; le bâtiment doit réduire à 16kts pour réparer.
56/88
Dimanche 25 Mai, à 01H31 le Prince of Wales profite de la lenteur du Bismarck pour s’approcher à la distance de 15 000 mètres et il échange deux salves sans effets avec lui.
57/88
Ensuite durant la journée du 25 Mai il n’y aura plus de combat, les navires Anglais poursuivant le Bismarck commencent à effectuer des changements de bord pour éviter les torpillages, en effet ils sont dans une zone où les U-boote opèrent.

58/88 La flotte anglaise à la rec...
Durant une de ces manœuvres le Bismarck arrive même à semer le Suffolk et le reste du groupe britannique qui l’avait pris en chasse. De toute façon le Suffolk et Norfolk doivent se rendre en Islande pour mazouter.
59/88
Le Prince of Wales rejoint lui aussi l’Islande mais pour réparations. A 10H30 un message envoyé par le Bismarck est intercepté, le King Georges V essaye de le trianguler mais se trompe complètement.
60/88
La triangulation semblait indiquer que le Bismarck faisait route pour rentrer en Allemagne par la Norvège. L’escadre anglaise met donc le cap au nord-est alors que le Bismarck fait route au sud-est.
61/88
A 12H00 L’amiral Lütjens informe l’équipage de sa décision de rallier Saint-Nazaire pour réparer.
62/88
Durant l’après-midi les manœuvres du Bismarck et des escadres anglaises amènent, sans qu’aucun des camps ne le sache, le Bismarck à croiser à moins de 50 nautiques de distance la route du Rodney et du croiseur Edinburgh.
63/88 Le HMS Rodney
Et même une flottille de destroyers à peine à 25 nautiques !
Lundi 26 Mai, la mer est très agitée, le vent souffle assez fort et le ciel est fortement couvert.
64/88
Mais à 10H30 Un PBY Catalina arrive à repérer le Bismarck.
Les anglais découvrent que le Prinz Eugen n’est plus avec le Bismarck et qu’il est sur le point d’échapper aux forces anglaises.
Seule la force H à 150 nautiques du Bismarck peut encore l’intercepter.
65/88
C’est désormais sur l’aviation embarquée que vont reposer les espoirs des anglais. Le Sheffield est détaché de la force H et prend une route parallèle au Bismarck.
66/88 Image
A 15H40 des avions torpilleurs prennent pour cible le Sheffield en croyant avoir à faire au Bismarck car ils ne savaient pas que celui-ci avait pris une route parallèle au cuirassé.

67/88 Image
Une partie des torpilles est évitée tandis que les autres torpilles ont toutes explosé à l’impact des vagues à cause d’un défaut au niveau de leurs fusées magnétiques.

68/88 Image
A 19H15 l’Ark Royal fait décoller 15 Swordfish qui arrivent à portée du cuirassé à 20H47, ils s’approchent à 700 mètres de distance et larguent leurs torpilles. Deux frappent le milieu du navire au niveau de sa ceinture blindée sans causer de dégâts.
69/88
La dernière frappe l’arrière du navire, elle atteint l’étambot ouvre une brèche sous la poupe et fausse le gouvernail. Les safrans se bloquent avec un angle de 12° bâbord.
70/88
21H40 Lütjens envoie un message à la Gruppe West indiquant que le bâtiment ne peut plus manœuvrer et que l’équipage et lui se battront jusqu’au bout.
Durant la nuit des Destroyers anglais engagent le Bismarck et tirent 16 torpilles, aucune n’atteindra le navire.
71/88
Fin du Bismarck en détail :
Mardi 27 Mai, mer démontée, vent fort, ciel nuageux.

72/88 Le Victorious en haute mer ...
08H30, Alerte, deux cuirassés sur bâbord avant, le King Georges V et le Rodney naviguent l’un et l’autre sur une route de collision avec le Bismarck.

73/88 HMS Rodney vu du dessus
Alors qu’à chaque bordée les deux navires tireront 19 tonnes d’obus le Bismarck lui ne pourra en tirer que 7, le combat sera des plus déséquilibré.
08H47, le Rodney tire sa première salve d’obus de 406MM sur le Bismarck.
74/88
Une minute plus tard le King George V ouvre le feu avec ses pièces de 356MM. A 08H46 le Bismarck répond aux assauts. 08H54, le Norfolk rejoint la danse, il ouvre le feu à 20km de distance sur le Bismarck.
75/88
Entre 08H59 et 09H10 le Bismarck encaisse 4 coups de 406MM, cinq de 356MM et deux de 203MM comme cela n’est pas suffisant le croiseur Dorsetshire vient de se joindre à la fête. Le HMS Dorsetshire
Les tourelles Anton et Bruno sont mises hors de combat ains que les directions de tir avant, détruisant la passerelle et même le Blockhaus tuant probablement l’amiral Lütjens et déclenchant des incendies sur le pont supérieur.
77/88
A 09H00 La direction de tir principale est évacuée à cause de la fumée, les lignes téléphoniques sont soit sectionnées soit victimes de court-circuit : on utilisera des messagers pour transmettre les ordres.
78/88
La direction de tir arrière prend la relève mais elle est emportée par un obus du King Georges V qui se situe à 11KM de distance.
A 09H16 le Rodney tire des torpilles qui manquent leur cible.

79/88 Les tourelles triples du Ro...
09H30, l’ordre de saborder le navire est donné, les charges sont réglées pour exploser 9 minutes plus tard afin de laisser le temps à l’équipage de rejoindre le pont supérieur.
80/88
A 09H31 le seul et unique canon encore en état de fonctionnement de la tourelle Dora arrête ses tirs.
Les charges de démolition détonnent, l’eau s’engouffre dans les salles des machines mais le cuirassé ne semble pas vouloir sombrer.

81/88 Image
A 10H00 les anglais s’impatientent, ils manquent de mazout et veulent en finir au plus vite, toutes les pièces britanniques font feu sur le Bismarck à courte distance. Le Rodney tire trois bordées de 406MM à seulement 2700 mètres de distance.

82/88
Il tire deux nouvelles torpilles qui n’atteindront pas le navire. 12 Swordfish arrivent mais ne peuvent pas engager à cause de la présence à courte distance des navires anglais et de leurs tirs à faible élévation.

83/88 Image
10H15, Le Bismarck gîte à bâbord, à un point tel que le bas des tourelles de 15CM touche régulièrement les flots. Le Rodney et le King Georges V rentrent au port et laisse le soin aux navires présent de terminer le travail.
84/88
10H22, le Dorsethire tire une salve de deux torpilles à tribord et une autre à 10H30 à bâbord. La gîte du Bismarck est si forte que la troisième torpille atteint la catapulte à hydravion.
10H38, le cuirassé chavire, il sombrera une minute plus tard par 4790 mètres de fond.
85/88 Image
800 hommes d’équipage sautent à l’eau, le Dorsetshire et le Maori seront les seul s à aller secourir les marins Allemands.

86/88 Image
Ils arriveront à remonter 110 Marins.
En début de soirée le sous-marins U-74 arrivera à repêcher trois marins de plus tandis que le lendemain le navire météo Sachsenwald sauve deux autres rescapés du naufrage.

87/88 ImageImageImage
C’est donc la fin de ce thread, je vous laisse avec le thread de @Damkyan_Omega sur Sam l’Insubmersible et les sources :

88/88
Livres :
The Royal Navy's Home Fleet in World War II
The Naval warfare of World War II
German Battleships of World War Two in Action
Power At Sea The Breaking Storm 1919-1945
Big Gun Battles Warship Duels of the Second World War
World War II At Sea an Encyclopedia
The German Navy In World War II
Smithsonian World War II Map By Map
Total Germany The Royal Navy's war against the axis powers 1939-1945
Bismarck The Final Days of Gemrany's Greatest Battleship
The Battle of the Atlantic How the allies Won the war
Die Letzte Farht der Bismarck
Hunt the Bismarck, The pursuit of Germany's Most famous battleship
I Sank The Bismarck
Killing The Bismarck Destroying the pride of Hitler's Fleet
Hunting the bismarck
Sink the Bismarck!
Sunk By the Bismarck, The life and Death of The Battleship HMS HOOD.
The Destruction of the Bismarck
Stringbags in action Taranto 1940 & Bismark 1941
The Discovery of the Bismarck
World War II At Sea a global History
Battleship Bismarck a Survivor's Story
The Sea and the Second World War
Pour les photos :
Naval Heritage Command, Bundesarchives, US NARA.
@threadreaderapp unroll !

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with Bodefivanov78

Bodefivanov78 Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @Bodefivanov78

10 Oct
Un bateau ayant un port en lourd de 53 490 Tonnes, 6 canons de 38CM qui peuvent tirer des obus de 800KG à 36 520 mètres de distance ?
C’est la classe Bismarck et nous allons en parler dans ce thread, en commençant par sa genèse et ses caractéristiques techniques :
1/53 Le Bismarck à Hambourg
Comme pour les derniers threads celui-ci sera découpé en deux parties, aujourd’hui nous nous concentrerons sur la genèse et les caractéristiques techniques de la classe Bismarck, pour l’usage opérationnel ce sera la semaine prochaine.
2/53 Le Bismarck tirant sur le HMS HOOD
Au sommaire de ce thread :
Contexte et introduction à la vision dogmatique de la Kriegsmarine : Tweet 5 à 30
Construction de la classe Bismarck : Tweet 31 à 32
Introduction aux caractéristiques : Tweet 33 à 33
3/53
Read 58 tweets
25 Sep
Le Musashi coulera le 24 octobre 1944 après avoir été touché par 16 bombes et 15 torpilles ; le Yamato lui sombrera le 7 Avril 1945, après l’impact de 7 bombes et de 12 torpilles. Nous allons revenir dans ce thread sur la carrière opérationnelle de ces deux mastodontes.
⤵️
1/86 Le Yamato attaqué, sa tourelle arrière de 155MM est en feu
Nous allons aborder ici succinctement la carrière opérationnelle du Musashi et du Yamato et pour ce faire nous parlerons, rapidement, des engagements durant lesquels ils ont combattu.
2/86
Puis nous allons décrypter les raisons du naufrage de ces deux navires et enfin nous porterons des réflexions sur leur utilisation et leur construction.
3/86
Read 95 tweets
19 Sep
Un bateau avec un port en lourd de 72809 Tonnes, possédant 9 canons de 460MM capable de projeter des obus de 1460KG à 42025 Mètres ?
C’est la classe Yamato et on va en parler dans ce thread, en commençant pas sa genèse et ses caractéristiques techniques :
⤵️
1/70 Le Musashi
Afin d’éviter de se retrouver avec un thread de 1627Tweets il sera divisé en deux parties, la première aujourd’hui se concentrera sur la genèse de la classe Yamato ainsi que ses caractéristiques techniques tandis que le prochain thread reviendra sur l’usage opérationnel de…
2/70
…la classe Yamato et portera des conclusion et réflexions sur l’engagement de ces super-cuirassés.
3/70
Read 75 tweets
16 Sep
USS Iowa en 1944 vs USS Iowa en 1984 :
Via le livre Anatomy Of The Ship : The Battleship USS IOWA. ImageImage
Différence en terme d'armement entre la version 1944 et celle de 1984 :
Artillerie principale en 1944 : 9x16"/50 Mk7 (3 x III)
Armement secondaire en 1944 : 20x5"/38 Mk12 (10xII)
Artillerie antiaérienne en 1944 : 76x40MM/46 MK,MK2 (19xIV); 52x20MM/70 Mk4 (52xI)
En 1984
Armement principal en 1984 : 9x16"/50 Mk7 (3 x III)
Armement secondaire en 1984: 12x5"/38 Mk12 (6XII)
Missile de croisière : 32xBGM-109 (8xIV)
Missile air-mer : 16xRGM-84 (4xIV)
CIWS : 4x20MM/76 M61A1 (4XI)
Contre-mesure : 48xMK36 SRBOC (8xVI)
Saluting guns: 2x40 MM (2xI)
Read 4 tweets
14 Sep
Imaginez un avion capable de voler 18000KM avec 20 Tonnes de bombes et tout cela à la vitesse de 679KM/h grâce à six moteurs Ha-54 de 5000CV ?

C’est le Nakajima G10N Fugaku, un projet Japonais de la seconde guerre mondiale et on va en parler dans ce thread :
1/24 Nakajima G10N Fugaku
Les centres industriels des USA, voilà une cible que les Japonais rêvent de pouvoir atteindre, en effet depuis le 7 décembre 1941 et l’attaque de Pearl Harbor toute la puissance industrielle américaine est désormais utilisée afin de soutenir l’effort de guerre…
2/24
Contre l’Allemagne et le Japon.
Plutôt que de s’engager dans une guerre industrielle que la Japon n’a pas la possibilité de gagner l’idée de construire un bombardier lourd capable de traverser le pacifique afin de frapper au cœur la puissance industrielle Américaine ainsi…
3/24
Read 27 tweets
6 Sep
Effectivement, ça peut paraître étonnant mais beaucoup de chars auront expérimentés la motorisation par moteur d'avion, les exemples les plus étonnants et impressionnants sont bien sûr l'usage de moteurs 9 Cylindres en étoile dans des tanks!
Un mini thread pour en parler :⤵️
1/9
L'idée était de trouver à quel avion appartient ce moteur à la base :
2/9 Image
C'était donc un moteur de Maurane Saulnier 317, mais saviez vous qu'une version de ce moteur, le Continental R-670 a motorisé des M-3 Stuart ?
Ainsi que des LVT !
3/9 M3 StuartLVT-4
Read 11 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!