(1/13) Une tribune parue dans @LObs (@BibliObs, 14/11) affirme que les interventions militaires sont une cause majeure des attentats sur notre sol. Certains commentateurs ont pu hausser le sourcil en découvrant la liste de ses auteurs, romancières et actrices en tête…
(2/13) …mais nous -sept universitaires ou think-tankers spécialistes des questions de défense et de sécurité internationale- avons préféré, constatant que cette tribune circulait beaucoup, leur opposer des arguments de fond.
(3/13) Car s’il est légitime pour tout citoyen de participer à ce débat important, encore faut-il procéder sur la base des faits, de la logique et du droit – non sur celle des a priori, de la rhétorique et de l’idéologie.
(4/13) Sans compter que si cette tribune se pare des atours de la respectabilité intellectuelle, certaines des références scientifiques convoquées (un spécialiste du « capitalisme racial », une professeure d’études de genre…) peuvent laisser perplexe.
(5/13) Nous mettons en avant six arguments, développés dans le texte. nouvelobs.com/idees/20201121…
(6/13) (i) Non, les bombardements ne sont pas un « terrorisme de l’air » (sic). Les armées occidentales (contrairement à d’autres, suivez notre regard) ne visent pas délibérément les civils qui ne participent pas aux combats. Une différence juridique et surtout éthique majeure.
(7/13) (ii) L’immense majorité des attentats djihadistes dans le monde sont commis hors de tout contexte d’intervention militaire. C’est vrai en France, en Europe, et encore plus dans le reste du monde, où les musulmans sont les premières victimes du terrorisme contemporain.
(8/13) (iii) Les mouvements djihadistes ne sont pas nés des interventions militaires. Même Daech n’aurait pas connu un tel succès sans la désastreuse gouvernance anti-sunnite du président irakien Al-Maliki.
(9/13) Et nous n’oublions pas la responsabilité criminelle de certains régimes autoritaires du monde arabe et musulman en matière de terrorisme, directement (organisation, soutien) ou indirectement (répression de la contestation).
(10/13) (iv) Au risque de rappeler une évidence, il ne faut pas inverser la causalité : ce sont des actes de terrorisme qui ont conduit un pays tel que la France à intervenir en Afghanistan, au Mali ou en Syrie, non l’inverse.
(11/13) (v) Les attentats revendiqués au nom des interventions militaires sont rares, et la plupart du temps opportunistes. Le discours de la « vengeance » est de la propagande visant à entretenir les divisions dans les sociétés démocratiques. Ne tombons pas dans le panneau.
(12/13) (vi) En revanche, en France et en Europe, les valeurs libérales ou républicaines sont explicitement mises en causes par les auteurs d'attentats. Ne nous y trompons pas : nous sommes beaucoup plus ciblés pour ce que nous sommes que pour ce que nous faisons à l’étranger.
(13/13) Nos arguments rejoignent ceux d’autres experts d’horizons divers tels que @Michel_Goya @JosephHenrotin
@SimNasr @diplocharlie @ThomasS67223527
.

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with Bruno Tertrais

Bruno Tertrais Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @BrunoTertrais

15 Sep
[mini-fil] J'avais lu avec grand intérêt les ouvrages passionnants de Clark et de MacMillan sur 1914. Je pense que l'analogie n'est pas pertinente pour au moins cinq raisons:
(2/4) (i) la différence de nature des alliances (ex., aucun équivalent au "chèque en blanc" du Kaiser), (ii) l'absence de nationalisme exacerbé dans la partie occidentale de l'Europe, (iii) une vision et une culture de la guerre très différentes de ce qu'elle étaient en 1914...
(3/4) (iv) des mécanismes d'engagement des forces qui n'ont rien à voir avec ceux de 1914 (mobilisation etc.) et de plus (v) un contrôle politique sur les armées infiniment plus assuré.
Read 4 tweets
29 Jul 18
1/4 An @ARTEfr is working on a documentary on nukes in Europe. They asked me that question. I declined to answer: the probability so small that not worth thinking about. Real, important questions for today are...
2/4 Should the Europeans rethink their relation with deterrence and expectations from the US, UK, FR? (Yes). Can we hedge against sudden perceived deterioration of US nuclear guarantee? (Yes). Are there ways to do this without damaging the transatlantic relationship (Yes)...
3/4 A supplementary or complementary nuclear insurance can be devised in several different ways w/o breaking NATO arrangements. Concepts to implement this have been put forward in many position papers (and some public pieces) over the past 25 years. No "new ideas" are required.
Read 4 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!