Il est cocasse de voir Jean Quatremer expliquer, mal, ce que les critiques de l'euro, Stiglitz par exemple, disent depuis 20 ans. Par contre, Frédéric Farah développe un point essentiel, et qui reste très méconnu.
UN FIL ! 1/25
Avant l'euro, il y avait des monnaies nationales, notamment le Deutschemark et le Franc Français. L'Allemagne exportait plus qu'elle n'importait : elle avait un excédent commercial. La France, c'était l'inverse : elle avait un déficit commercial. 2/25
Prenons le cas de Renault, qui achetait une machine-outil allemande pour fabriquer la R18 de mon papa. Le commerce international a une spécificité qui change tout : il implique des monnaies de pays différents. 3/25
Renault ne peut pas acheter la machine allemande avec des Francs Français. C'est impossible. Car l'entreprise allemande, mettons qu'elle s'appelle Motor, a besoin de Deutschemarks pour payer ses salariés, ses fournisseurs, ses impôts. 4/25
Que fait donc Renault ? Elle achète des Deutschemarks, en vendant en échange des Francs. (Si, pour une raison quelconque, Renault n'avait pas la possibilité d'acheter des Deutschemarks, elle ne pourrait pas acheter la machine de Motor, en tous cas pas légalement.) 5/25
Conséquence : la demande de Deutschemarks (DM) augmente, tandis que l'offre de Francs (FF) augmente. La loi de l'offre et de la demande s'appliquant, la valeur du DM augmente, tandis que celle du FF diminue. On dit que le DM "s'apprécie", tandis que le FF "se déprécie". 6/25
Autrement dit encore, le taux de change du DM augmente, tandis que celui du FF baisse. Car qu'est-ce que le taux de change ? C'est le prix d'une monnaie nationale exprimé dans les autres monnaies nationales. 7/25
Les personnes âgées comme moi ont connu le Système Monétaire Européen, ou SME. Dans ce système, les taux de change étaient fixés. Ils étaient décidés par les ministres des finances. C'était une décision administrative, politique, appelez ça comme vous voulez. 8/25
Mais il s'agissait donc de ce que nous économistes appelons un "faux prix", c'est-à-dire un prix qui ne résulte pas du "libre" fonctionnement du marché. (Par exemple, aujourd'hui, le prix du timbre postal est un faux prix ; ou le SMIC, etc.). 9/25
Les faux prix ne sont pas - du tout - forcément un problème. Là où le problème peut survenir, c'est lorsque une autorité administrative impose un prix pour un bien qui est librement acheté et vendu sur un marché, aux prix que souhaitent les acteurs privés. 10/25
Ce qui était précisément le cas du FF et du DM. Même si les marchés des changes étaient beaucoup mieux contrôlés à l'époque qu'aujourd'hui, ils étaient libres. Le taux de change entre le DM et le FF changeait donc tout le temps, chaque jour. 11/25
Vous voyez le problème ? Mettons que selon les règles du SME, le taux de change DOIT être de 1DM=3FF.
Mais si, sur le marché des changes, on constate que 1DM=4FF, que se passe-t-il ?
La règle imposée par le SME est enfreinte. 12/25
Le prix réel diffère du prix officiel. Mais les États ne peuvent pas interdire les transactions. Leur seule solution est de mettre le taux de change officiel au niveau du taux de change réel : la mine blème, le ministre des finances vient annoncer la terrible nouvelle : ... 13/25
"Le Franc a été dévalué !". "Encore", pensent les Français des années 1980. Eh oui, nouvelle blessure dans l'orgueil national, qui "justifiera" les politiques de lutte contre l'inflation pour stabiliser le taux de change avec le Deutschemark. (Mais c'est une autre histoire) 14/25
Nous avons donc un premier résultat : les excédents commerciaux allemands poussent le DM à la hausse. Et le Franc à la baisse. Cela a une conséquence concrète très importante : désormais, en France, les produits allemands coûtent plus cher. 15/25
Il faut en effet plus de Francs pour acheter la même quantité de Deutschemarks qu'auparavant. Puisqu'ils sont plus chers, la demande en France de produits allemands baisse.
Mais, avec la création de l'euro, que se passe-t-il ? 16/25
Le Franc a disparu. Le Deutschemark a disparu. Mais l'excédent commercial allemand, est-ce qu'il a disparu ? Non, évidemment. Ceci dit, le terme n'a plus de sens : est-ce que l'on parle du déficit commercial de la Corse vis-à-vis de Marseille ? Non. Et pourtant, il existe. 17/25
Cependant, ce déficit n'a pas de conséquences monétaires, puisque la Corse et Marseille utilisent la même monnaie. Eh bien, c'est la même chose pour la France et l'Allemagne : l'excédent commercial allemand n'a plus de conséquences monétaires. 18/25
Or, c'est un énorme problème. Cet excédent DEVRAIT avoir des conséquences. Si nous étions dans une véritable économie de marché, il rendrait les produits allemands moins compétitifs en France - et les produits français plus compétitifs en Allemagne. 19/25
Donc, dans la zone €, nous ne sommes pas dans une économie de libre marché, mais dans autre chose. Dans cet autre chose, il n'y a pas de force de rappel aux déséquilibres commerciaux. Ceux-ci peuvent s'aggraver sans cesse. C'est ce qui se passe dans la réalité. 20/25
Donc, lorsque des économistes disent que "Dans la zone euro, les produits allemands sont "subventionnés" " - faute d'un meilleur mot -, ils ne font que décrire une réalité.
Celles et ceux qui disent le contraire sont soit dans l'ignorance, soit dans l'idéologie. 21/25
On peut tout à fait penser que ce mécanisme est bénéfique par ailleurs, ou inévitable, ou tout ce qu'on veut. Mais ils serait bon que nombre de commentateurs fassent sa connaissance, car ce que je décris là n'est pas anecdotique. 22/25
L'euro existant depuis 20 ans, et l'Allemagne ayant été en excédent toutes ces années, la France étant elle en déficit, les mouvements de taux de change qui n'ont pas eu lieu, alors que la logique du marché les exigeait, sont très importants. 23/25
Chaque année, le DM aurait dû s'apprécier vis-à-vis du FF. (Ou, si vous préférez, chaque année, le FF aurait dû se déprécier vis-à-vis du DM). Cela n'a pas eu lieu. En termes d'importance, c'est, de loin, le premier effet concret de l'euro. 24/25
Or je constate que ce mécanisme est très rarement mentionné. Alors que, encore une fois, il ne s'agit pas d'une opinion, mais d'un fait établi, massif, conséquence du fonctionnement basique du commerce international. Voilà, je voulais juste vous dire ça. :-) FIN. 25/25
Et là, c'est le moment de retourner à la vidéo, pour voir le cafouillis de Quatremer, et les explications limpides de Frédéric Farah @FredericFarah (bien que pressé par les animateurs de l'émission), qui va plus loin que ce que je vous ai expliqué ici.

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with Gilles Raveaud

Gilles Raveaud Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @RaveaudGilles

8 Jan
Hier, au 20h de @France2tv, reportage de plusieurs minutes dans une station de ski. Perdre une saison de travail est dramatique pour les saisonniers. Risquer définitivement de fermer est terrible. Mais... qu'est-ce à côté de ne JAMAIS être diplômé ? 1/16
Le mot "université" n'a pas été prononcé hier au 20h de @France2tv. Il y a 2,5 millions d'étudiants en France. C'est l'une des catégories sociales les plus importantes du pays, plus nombreuse que les profs de de l'éducation nationale, qui ne sont "que" 800.000. 2/16
Ces DEUX MILLIONS D'ÉTUDIANTS demeurent largement invisibles. Est-ce que vous vous rendez compte que les étudiants de première année qui n'ont quasiment pas eu de cours depuis septembre ont été confinés au printemps, quand ils étaient en Terminale ? 3/16
Read 19 tweets
7 Jan
Le parallèle fait par certaines personnes entre les suprémacistes blancs, qui se revendiquent comme tels, hein, pour eux, c'est un honneur, et les Gilets Jaunes, qui se battent pour pouvoir vivre dignement, et qui demandent plus de démocratie, est à vomir. 1/5
Je comprends que les Gilets Jaunes perturbent les grilles d'analyses de nombreux élus et "intellectuels" de pacotille. Je sais ce qu'ils ont dans la tête, le mépris du peuple, la bonne conscience des experts, j'ai été obligé de l'enseigner moi-même pendant des années. 2/5
Mais que l'accumulation invraisemblable de menaces sur le pays, sanitaires, économiques, sociales, écologiques, démocratiques, ne les fasse pas se remettre en cause montre que le pire est de plus en plus probable pour notre pays. 3/5
Read 5 tweets
7 Jan
BERNARD MARIS : "Et si la Sécu vous libérait ? Si elle vous permettait d'agir en homme libre ?" 1/18
PETIT FIL DU MATIN SUR LA LIBERTÉ
J'ai mis booooocoup trop de temps à le comprendre, mais la première victoire des "libéraux" est sémantique. Or le lien le plus profond entre les êtres humains, avant même l'argent, c'est le langage. Nous pensons avec des mots. 2/18
Les "libéraux" nous ont promis de nous libérer de la bureaucratie, des monopoles de service public, des rigidités, des contraintes, des taxes. Ils nous ont promis la liberté. Or quoi de plus beau que la liberté ? Qui ne souhaite être libre ? 3/18
Read 20 tweets
6 Jan
Suite à l'émission "Les Experts" de ce matin, voici quelques références : Bernard Maris ; le FMI ; la baisse du coût de la dette publique ; la suppression de la taxe d'habitation ; l'effondrement du niveau des policiers en Ile-de-France. 🙏@NicolasDOZE 1/15
Voici le livre le plus accessible, et le plus joyeux, de Bernard Maris, assassiné le 7 Janvier 2015 dans les locaux de Charlie Hebdo. Je vous mets ici l'un des textes, sur la Sécu (très court). 2/15
Suite du texte de Bernard Maris. 3/15
Read 15 tweets
4 Jan
LIVRE GRATUIT !
Vous avez des insomnies ? Vous voulez que ce soit encore Noël après la Noël ? Je suis là pour vous. J'ai écrit le livre d'économie le plus court du monde. Je vous y explique, de façon trrrrès simple, pourquoi les économistes ne sont jamais d'accord. 1/3
Il y a 4 chapitres, qui présentent 4 géants : Adam Smith, Karl Marx, John Maynard Keynes, Karl Polanyi, et Bruno Le Maire (cherchez l'intrus). Je montre pour chacun l'intérêt de son approche. Et la nécessité absolue de connaître ces différents points de vue ! 2/3
C'est le Simplissime de l'économie, la carte Michelin des débats politiques, le GPS de la science économique. Et c'est gratuit, parce que l'argent salit tout, comme disait un de nos derniers Présidents d'extrême-droite. Et c'est par ici : blogs.alternatives-economiques.fr/gilles-raveaud… 3/3
Read 4 tweets
3 Jan
La Une du @leJDD est un coup de com' grossier, balourd, mais il a marché : il est pris au premier degré par de nombreux journalistes. Un "coup de colère" ? Sérieusement ? (Ce qui suit est une bouteille à la mer pour journalistes.)
UN PETIT FIL. 1/8
On nous explique depuis 3 ans que Macron contrôle tout, verrouille tout, que c'est lui qui choisit les candidats En Marche aux cantonales partielles de Saint-Perdu. Et là, alors que TOUT dépend du vaccin, il ne saurait pas, il n'organiserait pas, ne déciderait pas ? 2/8
Macron peut tellement tout se permettre qu'il nous ressort, en plus, une consultation citoyenne. Juste après avoir envoyé balader celle sur le climat, dont on savait depuis le début qu'il n'appliquerait aucune recommandation sérieuse, puisqu'il ne jure que par la croissance. 3/8
Read 8 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!