Nuit du 16 au 17 Mai 1943, 21H10, le premier groupe d’avions s’élance pour prendre part à un des raids les plus audacieux de l’histoire. Suivons dans ce thread les bombardiers du N°617 Squadron durant l’opération Chastise.
#Thread ⤵️

1/78
Le départ et le trajet : Tweet 5 à 17
Témoignage de Gibson : Tweet 18 à 47
Raid sur l’Eder : Tweet 48 à 59
Raid sur la Sorpe : Tweet 60 à 65
Conclusions : Tweet 66 à 78
2/78
Ce thread sera parsemé de beaucoup d’abréviations pour les grades des équipages, comme je ne peux pas faire autrement, à cause de la limite de caractère de tweeter, voici un petit rappel des différentes abréviations :
3/78
P/O : Pilot Officer; F/S : Flight Sergeant; F/Lt : Flight Lieutenant.
4/78
Le départ et le trajet :
21H10, une fusée éclaire le ciel, c’est le signal. Les 5 avions de la première vague allument leurs moteurs ; la vague nord ayant une route plus longue jusqu’à l’objectif, part avec quinze minutes d’avance sur la vague sud.

5/78
Tout ne se passe pas comme prévu pour Le Flight Lieutenant McCarthy ; son avion a un problème, une fuite hydraulique ; il doit précipiter son équipage dans l’avion de réserve, mais il manque la carte de déclinaison magnétique pour le compas !

6/78
Il doit d’urgence récupérer la carte à la section des instruments. Il saute dans un camion et roule à toute allure jusque-là, une fois à destination il saute du camion pour récupérer la carte des mains de l’adjudant de l’unité, le Flight Sergeant Powell.
7/78
Durant son saut, son parachute est tombé au sol. Alors qu’il va pour le ramasser il l’attrape par la poignée d’ouverture… Peu importe, il compte tout de même rejoindre l’avion, avec ou sans parachute… ! Heureusement Powell en ramène un autre.

8/78
Il va pouvoir partir, mais entretemps, les lancasters du F/Lt Munro, Barlow, du P/O Rice et du Sergeant Byers ont décollé. Bientôt l’intégralité de la première vague est en vol.

9/78
Elle sera rejointe à 21h25 par celle de la vague sud. La vague de réserve, elle, devra décoller vers minuit.

10/78
A cause du retard de McCarthy, c’est finalement Barlow qui va prendre la tête de la vague Nord. Le vol jusqu’à la verticale des côtes néerlandaises se passe sans encombre ; mais arrivé au-dessus du Zuiderzee, un navire ouvre le feu sur la formation.
11/78
L’avion du Flight Lieutenant Munro est touché ; sa radio et son interphone sont mis hors service ; dans ces conditions, impossible de poursuivre la mission. Le Lancaster fait donc demi-tour. Celui de Byers s’est égaré au-dessus de l’île de Texel.

12/78
Problème : elle grouille de DCA, et l’avion se fait sévèrement canarder ; il est même touché à plusieurs reprises. Finalement il s’enflamme et s’écrase. Rice décide de son côté de plonger pour éviter le barrage de FLAK.

13/78
Il allume ses projecteurs pour voler à 60 pieds au-dessus de l’eau. Malheureusement la lumière s’enfonce dans l’eau noire, et bientôt le Lancaster de Rice touche l’eau ; le fuselage est traversé par une vague, le mitrailleur de queue manque même de se noyer.
14/78
Heureusement le pilote arrive à redresser l’avion, il reprend de l’altitude, mais il a perdu sa bombe dans l’incident. La mission est finie pour l’équipage de Rice…

15/78
Le Lancaster de Barlow volait également en rase motte quand il percute une ligne haute tension. L’avion s’écrase et sa bombe explose : aucun survivant.
De la vague dont l’objectif était le barrage de la Sorpe, il ne reste plus que l’avion de McCarthy.

16/78
Pour la vague sud dont la mission est le barrage de la Möhne, le survol des côtes néerlandaises n’est pas de tout repos non plus ; tout comme l’avion de Barlow, le Lancaster de Astell heurte des lignes haute tension, l’équipage meurt dans l’accident.

17/78
Les 8 autres avions de la vague sud arrivent cependant en vue du lac de la Möhne.
Témoignage de Gibson :

18/78
« Nous avons vu le barrage, il apparaissait trapu, lourd, invincible, il était gris et massif dans le clair de lune, indéfectiblement intégré dans le paysage. Des pièces de FLAK étaient installées sur toute sa longueur et lui donnait des airs de cuirassé.

19/78
Des tirs provenaient de la centrale électrique en contrebas, des tirs verts, jaunes et rouges qui se reflétaient à la surface, donnant l’impression qu’il y’avait deux fois plus de FLAK qu’en réalité. »
20/78
Au début les servants tiraient dans la direction du son des Lancasters approchant du barrage, mais bientôt ceux-ci allument leurs projecteurs, et deviennent ainsi des cibles de choix pour les artilleurs Allemands.
21/78
Les mitrailleurs Britanniques ripostent avec leurs mitrailleuses de bord, celle-ci avaient été chargées avec des munitions spécifiques, plus visibles et plus impressionnantes pour l’ennemi.
Gibson raconte, alors qu’il s’approche du barrage en rasant les flots :
22/78
« Terry [Le navigateur] a allumé les projecteurs, et s’est mis à me guider : « Descendez, descendez, maintenez, maintenez ». Nous maintenions l’altitude de 60 pieds lorsque Pulford [Le Technicien de bord] a réglé notre vitesse…

23/78
« En donnant un peu de volets d’intrados afin de ralentir l’appareil. Pour ensuite actionner les gaz afin de maintenir l’indicateur de vitesse sur la marque rouge [Indiquant la vitesse d’approche des idéale]. »
24/78
« Spam [Le Bombardier] a commencé à aligner son viseur sur les tours du barrage. Les canonniers Allemands nous avaient repérés à cause de nos projecteurs et ils ouvraient à présent le feu sur nous, leurs traçantes arrivaient sur nous en tourbillonnant. »
25/78
« Certaines ricochaient sur la surface, c’était un moment effrayant, nous allions à la vitesse de 6 km et demi par minute, contre notre volonté vers ce barrage que nous allions détruire. Je pense que les gars n’avaient aucune envie d’y aller, moi-même je ne voulais pas… »
26/78
« Je me disais, dans une minute on sera morts, et puis quoi ? J’ai pensé : c’est terrible cette sensation de peur…Était-ce de la peur ? Nous n’étions désormais plus qu’à quelques centaines de mètres du barrage, j’ai dit à Pulford : »
27/78
« Préparez-vous à m’extirper du siège si jamais je suis touché. J’ai regardé à l’avant, Spam été rivé à son viseur, prêt à tout instant à appuyer sur le bouton de largage. Terry continuait à surveiller notre altitude, Joe et Trev étaient à leurs mitrailleuses. »
28/78
« Je me suis dit : « finalement, j’avais déjà vu pire comme tirs antiaériens.
Mais là nous étions très bas… » Nos nerfs étaient mis à rude épreuve, l’opération avait quelque chose de sinistre…»
29/78
« Mon avion semblait minuscule face à ce barrage gigantesque, qui en plus se défendait.»
30/78
« Nous volions très près de la surface du lac, mon mitrailleur tirait sur les défenses Allemandes, et eux tiraient aussi sur nous, leurs munitions passaient près de nous en sifflant. Mais comme par miracle nous n’avons pas été touché une seule fois. »

31/78
« Spam continuait à me guider, il disait : « A gauche, un peu plus, maintenez, maintenez, on y est presque ». Les secondes suivantes sont dans ma mémoire tel une série de clichés kaléidoscopiques :Le crépitement des mitrailleuses de Joe, Pulford recroquevillé juste à côté.»
32/78
« L’odeur de cordite, la sueur sous mon masque à oxygène ; les traçantes ennemies fusant à proximité du fuselage, l’imprécision des tirs qui venaient de la centrale électrique.
Et soudain Spam criant triomphalement : « Bombe larguée » ! »

33/78
« Quelqu’un a transmis à la radio : « Bien joué leader, Joli travail ! » et puis bientôt tout était fini, nous étions hors de portée des canons, nous avons tous ressenti je pense, un immense soulagement. »
34/78
L’avion de Gibson s’éloigne du barrage, et alors que le mitrailleur de queue, le Flight Lieutenant Trevor-Roper arrose copieusement les artilleurs allemands au sommet du barrage, une immense gerbe d’eau s’élève de derrière le barrage.
35/78
La bombe a explosé mais n’a pas détruit l’édifice. C’est donc au tour de Hopgood de commencer son approche, mais les choses ne se passent pas comme prévu, alors qu’il se fait tirer dessus une colonne de fumée et des flammes commencent à jaillir de l’appareil.

36/78
La bombe larguée au mauvais moment rebondit au-dessus du barrage et s’écrase sur la centrale électrique en contrebas, l’avion est dans une mauvaise posture, il a du mal à reprendre de l’altitude, et une fois à 500 pieds, il explose…
37/78
Revenons rapidement sur le sort des membres d’équipage :25 secondes après avoir survolé le barrage, Hopgood ordonne à l’équipage de sauter, l’avion se trouve très proche du sol, Fraser, alors dans le nez de l’appareil ouvre le panneau de secours dans le plancher de l’avion.
38/78
L’avion est tellement bas que s’il saute sans déclencher d’abord son parachute celui-ci n’aura pas le temps de s’ouvrir, il prend donc la décision de tirer sur la poignée et de jeter la voilure du parachute par la trappe.
39/78
Le vent s’engouffre très rapidement dans la voilure, celle-ci gonfle et extirpe Fraser de l’avion, qui touche quelques secondes plus tard le sol, indemne.
Le seul autre membre d’équipage à survivre au crash est le Pilot Officer Burcher, mitrailleur de queue.

40/78
Pour lui la sortie de l’appareil s’est révélée encore plus compliquée, lorsqu’il entend l’ordre de sauter il est coincé dans sa tourelle dont le système hydraulique est défaillant…
41/78
Il arrive finalement à la faire tourner manuellement, et voir à ce moment le Sergeant Minchin essayer de sauter en utilisant la même technique que Fraser, mais malheureusement son parachute ne s’ouvre pas...
42/78
Brucher a plus de chance, même si son parachute ne s’ouvre pas complètement, il fait une chute de 70 mètres, à laquelle il survit, non sans quelques bleus et égratignures. Fraser et Burcher seront fait prisonniers.
43/78
Au-dessus du barrage les Lancasters tournent toujours. Depuis le crash, les avions de Martin et Young ont chacun mis un coup au but, mais le barrage tient, et au quartier général du 5 Group la tension est à son comble.
44/78
Les précédentes Upkeep ont bien amoché les socles des pièces anti aériennes du barrage, et à cela s’ajoute le manque de munitions, à tel point que lorsque Maltby commence son approche une seule pièce est désormais en état de faire feu.
45/78
Maltby aligne bien l’avion, largue sa Upkeep et retient sa respiration… La colonne d’eau soulevée par l’explosion empêche de visualiser les dégâts, l’avion de Shannon se prépare à attaquer à son tour lorsque Martin annonce à la radio :
« Le barrage cède, ça y est ! »

46/78
Une brèche d’au moins 60 mètres de large parcours le barrage de la Mhöne, un code est envoyé au quartier général à Grantham, Wallis souffle un peu.

47/78
Raid sur l’Eder
Alors que la vallée derrière le barrage de la Möhne commence à être envahie par une immense vague emportant tout sur son passage, les Lancasters se réorganisent, Martin et Maltby retournent en Angleterre.

48/78
Gibson, Shannon, Maudslay et Knight mettent eux le cap sur l’Eder. Suivi par Young qui même s’il a déjà largué sa Upkeep est là afin d’être prêt à prendre le commandement de la mission si l’avion de Gibson est détruit.

49/78
Le barrage sur l’Eder est vraiment bien plus difficile à atteindre, il est situé au fond d’une vallée très profonde et entouré de collines grimpant à pic, pour s’approcher du barrage les Lancasters doivent plonger à pic d’une altitude de 300 à 18 mètres très rapidement

50/78
Et une fois passé le barrage ils doivent remonter très rapidement tout en virant à droite pour éviter une montagne située à peine à 1.6 Kilomètre de celui-ci ; l’approche demande donc bien plus d’adresse que celle sur la Möhne.
51/78
L’avantage de cette situation est que le barrage n’est pas défendu par des canons anti-aériens.
52/78
Le Lancaster de Shannon file en premier vers le barrage, mais il descend trop lentement et rate son passage, ainsi que ses 5 autres essais, il demande alors à Gibson de laisser un autre pilote tenter des approche le temps qu’il se familiarise avec la topographie de la zone.
53/78
C’est donc Maudslay qui commence sa manœuvre d’approche, après deux tentatives il arrive enfin à se placer à 60 pieds de la surface de l’eau.
Cependant il va trop vite et la upkeep qu’il vient de larguer explose en touchant le sommet du barrage alors que le Lancaster est...
54/78
Juste au dessus
Gibson n’arrive pas à contacter à la radio Maudslay et son équipage, en fait l’avion ne s’est pas crashé tout de suite, il a volé encore pendant 45 minutes et a parcouru 200 kilomètres avant d’être atteint par des tirs de DCA au-dessus de Emmerich am Rhein.
55/78
Tous les membres d’équipages meurent dans le crash…
Au-dessus du barrage Shannon retente un passage et arrive à mettre un coup au but, mais le barrage tient bon il ne reste plus que la upkeep de Knight qui arrive à toucher le barrage à son deuxième essai, le faisant céder.
56/78
La nouvelle arrive jusqu’à Grantham, où beaucoup d’applaudissements retentissent. Gibson dit :
57/78
« La vallée de l’Eder avait un dénivelé plus raide que celle de la Ruhr, nous avons suivi le mur d’eau sur une partie de sa route, il faisait 9 mètres de haut, et renversait tout sur son passage ».

58/78
« Il était constitué de 6 vagues qui emportaient tout sur leur passage, elles éteignaient les lumières comme si une immense ombre venait d’envelopper la terre ».
59/78
Raid sur la Sorpe :
Du côté du barrage de la Sorpe il ne reste plus que l’avion de McCarthy, il arrive à placer sa Upkeep après 4 passages, celle-ci explose, mais le barrage n’est pas détruit.

60/78
Il semble cependant être parcouru par des fissures, mais l’eau ne s’échappe pas de celles-ci. De la vague de réserve Brown et Anderson sont envoyés, le Lancaster de Burpee a été détruit peu avant vers Gilze-Rijen.

61/78
Une fois sur zone Brown et Anderson remarquent qu’un brouillard épais rend l’approche compliquée, après 10 passages Brown arrive à atteindre le barrage, mais celui-ci n’est toujours pas détruit.
62/78
Cependant, bientôt le brouillard est bien trop épais et Anderson ne peut plus commencer d’approche, l’objectif est abandonné au profit du barrage de Lister et du barrage sur le lac de l’Ennepe qui sera atteint mais pas détruit.
63/78
Celui de Lister en revanche ne sera pas touché, l’avion qui devait y aller a été entretemps détruit par la flak.

64/78
Le trajet du retour ne sera pas de tout repos pour certains Lancasters, à l’image de celui de Young, probablement détruit par un chasseur au large d’Ymudes, ainsi ce ne sont pas moins de huit Lancasters qui ne rentrent pas à la base.

65/78
Conclusion :
Sur les 133 hommes qui sont partis en mission seulement 77 rentrent à la base…
Mais alors, ces pertes valaient-elles le coup ? Quels sont les dégâts provoqués par la destruction de ces barrages ? Voyons cela rapidement :

66/78
Du barrage de la Möhne ce ne sont pas moins de 135 millions de mètres cubes qui se sont déversés dans la vallée en contrebas, emportant sur son passage les routes, voies ferrées, lignes téléphoniques.

67/78
Au total ce sont 30 kilomètres de voies qui disparaissent avec les flots. A cela s’ajoute la destruction de 25 ponts, 11 usines, des dommages sur 21 autres ponts et 114 usines, 15 centrales électriques et 25 stations de pompages.

68/78
Les pertes humaines sont lourdes, 1579 morts dans la vallée de la Ruhr, plus des centaines de disparus, 6000 têtes de bétails ont été emportées par les eaux, 32 fermes sont isolées et 4000 hectares de terres agricoles inondées.

69/78
Du côté du barrage sur l’Eder le bilan est moins catastrophique, 68 morts sont à déplorer, 50 hectares de terres agricoles disparaissent, l’aérodrome aux environs de Fritzlar est inondé, la gare de de Giflitz est sans dessus dessous.

70/78
Mais au niveau stratégique, que penser de ce raid ? Il aura été une réussite incontestable, portant un gros coup sur l’industrie Allemande, les réserves d’eau nécessaires pour le fonctionnement de l’industrie lourde Allemande doivent être rapidement reconstituées.

71/78
Pour ce faire ce ne sont pas moins de 7000 travailleurs dont beaucoup d’ouvriers spécialisés qui sont transférés des chantiers du mur de l’Atlantique à la reconstruction des barrages.

72/78
Le barrage de la Möhne sera réparé dès le 24 septembre, pour le barrage de l’Eder il faudra attendre l’été 1944 et les réparations sur celui de la Sorpe se terminent en octobre 1943.

73/78
Mais les effets sur l’industrie ne se feront sentir que jusqu’au 27 Juin, là se trouve le paradoxe de l’opération Chastise, les succès de l’opération ne seront pas entretenus par des raids empêchant la remise en route des infrastructures.

74/78
Albert Speer dira de ce manque de suivi : « Ils ont manqué une occasion unique », un avis partagé par Wallis qui ressentira une énorme frustration en voyant les Allemands réparer les barrages sans subir d’autres raids…
75/78
Speer s’étonnera aussi de la moindre priorité donnée à la destruction du barrage de la Sorpe, dont la destruction aurait selon lui été encore plus catastrophique.
76/78
Ainsi les effets de l’opération Chastise se situent peut-être plus dans le merveilleux coup de fouet au moral qu’ont procurées aux alliés les images des vallées inondées, et dans le poids diplomatique qu’à cet assaut pour l’Union soviétique.
77/78
Elle sera ainsi la démonstration que les Anglais peuvent eux aussi frapper fort.
C’est donc la fin de ce thread, voici les sources nécessaires à son écriture :
78/78
+ Des photos des Archives nationales Anglaise
Et l'utilisation des livres :
Opsrey sur l'opération Chastise
Dambuster Crash Sites
@threadreaderapp unroll !

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with Bodefivanov78

Bodefivanov78 Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @Bodefivanov78

8 Jan
Raser les flots à 426 km/h et seulement 18 mètres avec un gros bombardier quadrimoteur afin de larguer une bombe rebondissante pour détruire un barrage ?

Voilà la dangereuse mission des Dambusters :
#Thread :
1/66
Comme le thread risque d’être très long il sera découpé en deux parties, la première traitera de la genèse des briseurs de barrages tandis que la seconde traitera de la carrière opérationnelle des Dambusters.
2/66
Au sommaire de ce thread :
Le Bomber command fin 1942 : Tweet 4 à 6
Pourquoi les barrages ? Tweet 7 à 14
Comment détruire un barrage ? Tweet 15 à 32
Les essais : Tweet 33 à 42
Le N°617 Squadron : Tweet 43 à 47
Derniers préparatifs : Tweet 48 à 66
3/66
Read 69 tweets
15 Nov 20
7 Juillet 1941 : après avoir été touché à plusieurs reprises par les tirs d’un BF110, l’aile du Wellington de James Allen Ward prend feu, afin de sauver l’avion il décide de sortir en plein vol pour essayer d’aller étouffer l’incendie avec une couverture de survie.
#Thread :
1/34
Au sommaire de ce thread :
Quelques infos sur James Allen Ward : Tweets 3 à 7
Le vol et l’incendie : tweets 8 à 29
Conclusion : Tweets 30 à 34
2/34
James Allen Ward est né le 14 Juin 1919 à Whanguani en Nouvelle-Zélande.
Il veut devenir enseignant : il se dirige ainsi vers un cursus universitaire et obtient son diplôme en 1939.

3/34
Read 37 tweets
28 Oct 20
Le Tirpitz coulera le 12 Novembre 1944 dans son Fjord près de Tromsø après avoir été atteint à plusieurs reprises par des Tallboy larguées par les Lancasters des Squadrons n°9 et 617.
Nous allons revenir dans ce thread sur la carrière opérationnelle de ce cuirassé.⤵️
1/88
Afin de mieux comprendre certains aspects techniques de ce thread je ne peux que vous inviter à lire le précédent thread sur la genèse de la classe Bismarck :

2/88
Et pour mieux comprendre les références à la carrière opérationnelle du Bismarck je vous invite aussi à lire le thread sur la carrière opérationnelle du Bismarck :

3/88
Read 90 tweets
18 Oct 20
Le Bismarck coulera le 27 Mai 1941 sous les assauts de l’aéronavale et de la marine Britannique
Nous allons revenir dans ce thread sur la carrière opérationnelle de ce cuirassé.⤵️
1/88 Image
Contrairement à ce que j’avais prévu, je ne parlerai pas ici de la carrière opérationnelle du Bismarck et du Tirpitz mais seulement de celle du Bismarck, car elle est très fournie.
2/88
Je traiterai de la carrière opérationnelle du Tirpitz et des conclusions sur l’utilisation de ces deux navires la semaine prochaine.
3/88
Read 91 tweets
10 Oct 20
Un bateau ayant un port en lourd de 53 490 Tonnes, 6 canons de 38CM qui peuvent tirer des obus de 800KG à 36 520 mètres de distance ?
C’est la classe Bismarck et nous allons en parler dans ce thread, en commençant par sa genèse et ses caractéristiques techniques :
1/53 Le Bismarck à Hambourg
Comme pour les derniers threads celui-ci sera découpé en deux parties, aujourd’hui nous nous concentrerons sur la genèse et les caractéristiques techniques de la classe Bismarck, pour l’usage opérationnel ce sera la semaine prochaine.
2/53 Le Bismarck tirant sur le HMS HOOD
Au sommaire de ce thread :
Contexte et introduction à la vision dogmatique de la Kriegsmarine : Tweet 5 à 30
Construction de la classe Bismarck : Tweet 31 à 32
Introduction aux caractéristiques : Tweet 33 à 33
3/53
Read 58 tweets
25 Sep 20
Le Musashi coulera le 24 octobre 1944 après avoir été touché par 16 bombes et 15 torpilles ; le Yamato lui sombrera le 7 Avril 1945, après l’impact de 7 bombes et de 12 torpilles. Nous allons revenir dans ce thread sur la carrière opérationnelle de ces deux mastodontes.
⤵️
1/86 Le Yamato attaqué, sa tourelle arrière de 155MM est en feu
Nous allons aborder ici succinctement la carrière opérationnelle du Musashi et du Yamato et pour ce faire nous parlerons, rapidement, des engagements durant lesquels ils ont combattu.
2/86
Puis nous allons décrypter les raisons du naufrage de ces deux navires et enfin nous porterons des réflexions sur leur utilisation et leur construction.
3/86
Read 95 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!