{THREAD} > 🇭🇹🇺🇸

LA VÉRITÉ : voici pourquoi les États-Unis ne veulent pas lâcher Haiti de son emprise.

⤵️⤵️
INTRODUCTION :

Les relations qu’entretiennent les États-Unis avec Haiti sont impériales et racistes. Depuis l’indépendance d’Haïti les États-Unis voient l’île comme une menace pour l’Amérique, car leurs intérêts reposent beaucoup sur ce continent.
Après 1804, le fait que l’île soit gouvernée par des noirs anciens esclaves et affranchis, inquiète l’Oncle Sam sur une possibilité d’influence de la nation haïtienne sur leurs propres intérêts reposants principalement sur le commerce des esclaves.
En 1862, les États-Unis seront la dernière puissance blanche à reconnaître l’indépendance d’Haïti grâce à l’abolitionniste l’Incoln.
En même temps cette puissance affichait divers intérêts pour l’île haïtienne. Sa position stratégique,ses îles adjacentes,son commerce...même si les intérêts des États-Unis pour Haïti ont changé depuis le 19eme siècle, la puissance de ce grand pays detestabilise et appauvri Haiti
Je développerai dans ce Thread les raisons pour lesquelles les États-Unis s’intéressent à Haïti.
1. Des intérêts pour l’île depuis le 19eme siècle :

Au début du XXe siècle, Haïti se présente comme l'objet de la rivalité, l'enjeu de cette lutte pour la prépondérance. Quatre des principales puissances du monde au seuil de ce siècle : 🇫🇷 , 🏴󠁧󠁢󠁥󠁮󠁧󠁿 , 🇩🇪 et surtout des Etats-Unis.
Haïti passait de l’influence française à l’influence américaine, mais c’est surtout avec l'Allemagne que les Etats-Unis durent jouer serré.
Le Secrétaire d'Etat Lansing ira même jusqu'à écrire que l'attitude de l'Allemagne fut une des principales considérations qui inspirèrent la politique américaine vis-à-vis d'Haïti.
Ceci est confirmé dès 1909 par le ministre résident, chargé d'Affaires à la légation de France en Haïti, dans un rapport au Quai d'Orsay : « Ce ne sont pas les Français, ainsi que beaucoup le pensent, écrit-il, que les USA ont trouvé comme adversaire en Haïti, mais les Allemands»
Les raisons pour lesquelles les États-Unis s’intéressent à Haïti aux 19eme siècles sont :

⤵️⤵️⤵️
1️⃣ Une position stratégique :

située sur la route du Canal de Panama, Haïti possédait, à l'extrémité N.-O. de son territoire, un port dont la rade abritée commandait, à distance, l'entrée du Canal : le Môle St-Nicolas, surnommé «Le Gibraltar du Nouveau Monde»
L'intérêt américain, par exemple, pour le Môle Saint-Nicolas s'est exprimé ouvertement à partir de 1891. En outre, le triomphe du steamer sur le clipper amenait les puissances à
rechercher des stations de charbon sur les grandes routes commerciales maritimes.
Or, une Haïti indépendante, dans une Mer des Antilles parsemée de colonies, pouvait offrir des ports libres pour le
ravitaillement des bateaux à vapeur étrangers. De là l'intérêt allemand, par exemple, pour les sites portuaires d'Haïti.
Le second centre d'intérêt était constitué par les besoins
pressants du développement économique d'Haïti rendu impérieux par une crise générale de la société traditionnelle et les incitations de la révolution industrielle mondiale.
Jusqu'à la fin du XIXe siècle, le pays avait pu vivre sur les structures économiques aménagées dans
l'improvisation au début de la période nationale, à partir de ce qui restait de l'héritage colonial saccagé et détruit par la révolution de libération nationale.
Le troisième centre d'intérêt se situait dans le commerce extérieur du pays, contrôlé par les maisons étrangères établies sur place : les négociants-consignataires allemands, français, américains et anglais avaient, en effet, le monopole de fait des activités d'import-export.
Ces puissances recouraient volontiers à la protection diplomatique de leurs légations en cas de troubles.
La méthode des « Réclamations diplomatiques » assorties de démonstrations navales, avait contribué à assurer dans le grand commerce la solidité de ces firmes étrangères d'import-export au détriment des maisons de commerces haïtiennes.
Les lignes de navigation étrangères assuraient la liaison, en l'absence d'une marine marchande nationale, avec les 🇺🇸 et avec l'Europe, de la douzaine de ports haïtiens ouverts au commerce extérieur. Haïti exportait surtout café et campêche, aussi du coton,du cacao et du sucre.
Le café haïtien était particulièrement recherché pour sa
qualité et servait à bonifier les cafés d'autres provenances :
« Les variétés d'Haïti, écrivait la Revue Diplomatique de Paris en 1901, dont la réputation est connue tant pour l'arôme que pour la force et le velouté, tiennent le premier rang dans la classification des cafés du globe ».
Quant au bois de campêche, avant le développement de l'industrie allemande des ersatz, il était une matière première très recherchée pour l'industrie des colorants.
L’instabilité politique n’empêchait pas les puissances de se battre pour Haïti. Le début du XXe siècle n’était pas différent des moments de troubles sociopolitiques intenses, des crises économiques...qui avaient secoué Haïti durant la 2ème moitié du XIXe siècle.
En effet, ce n’était que le prolongement de la situation de décomposition des institutions étatiques et de l’impuissance des élites politiques du pays
Malgré la détérioration très prononcée de la situation politique, sociale et économique en Haïti, la pénétration du capital étranger continuait de progresser.
La concurrence entre les capitaux anglais, français, allemand et américain se poursuivait.
Si le dynamisme du capital financier allemand lui avait permis de se substituer à la prépondérance française, il allait trouver au début du XXe siècle un adversaire de taille : le capital financier américain, qui allait le supplanter et régner en maître militairement en 1915.
En effet, en 1908-1909, l’installation dans le pays de la Tropical Dyewood Co., l’American Dyewood Co., la National Railroad Co., la Corporation Trust Co. of America, était l’expression d’une certaine agressivité du capital financier américain.
Sa présence se faisait sentir à la Compagnie charbonnière,à la Compagnie minière de l’Artibonite. Sa participation était aussi sollicitée pour l’exploitation des mines de fer et de cuivre de Terre-Neuve,de Saint-Michel,des mines de charbon de Mirebalais et des mines d’or d’Asile.
Dans la souscription de l’emprunt intérieur de 2 500 000 gourdes du 21 août 1909, il occupait la deuxième place après les Allemands avec une part presque égale à celle des Anglais et des Français réunis.
En 1910, le capital financier américain s’étendait à certains secteurs névralgiques de l’économie haïtienne : la Banque d’Haïti, les Chemins de fer McDonald, les figues bananes.
La domination économique, commerciale et financière des États-Unis d’Amérique sur Haïti se précisait et préludait à l’occupation militaire du pays, conformément à l’alliance existant toujours entre les États et les capitalismes nationaux.
Mais les allemands présents en Haïti, dérangeaient les américains. Pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, l’existence d’une puissante communauté allemande en Haïti constituait un pion d’une importance capitale sur l’échiquier politique.
L'Allemagne avait depuis déjà longtemps une forte position dans le commerce d'Haïti. Elle était un gros client pour les exportations
haïtiennes de café, campêche et cacao.
Elle absorbait les 2/7 des ventes du café haïtien ce qui plaçait le marché de Hambourg immédiatement après celui du Havre. Elle exportait à destination d'Haïti de la bière, du ciment, des produits textiles et surtout des produits métallurgiques et pharmaceutiques.
Les maisons de commerce allemandes en Haïti étaient parmi les plus importantes de la place pour leur taille et par leur nombre.
Les Allemands s'implantaient avec une facilité dans ce milieu nègre et francophone,se liant d'amitié avec toutes les catégories d'Haïtiens utiles pour la bonne marche des affaires épousaient des Haïtiennes de l'élite et acquéraient ainsi de l’île une connaissance profonde
Leurs méthodes commerciales tenaient compte du goût et des habitudes de la clientèle jusque dans les détails, allant jusqu'à l'imitation des articles français.
les plus prisés et à l'emploi d'étiquettes en français pour les produits destinés à la consommation haïtienne, se conformant aux préférences de couleur des consommateurs et prenant en considération les
problèmes locaux.
Par exemple, pour l'emballage, les balles allemandes étaient de dimensions modestes pour le transport sur les routes étroites et défoncées d'Haïti tandis que les grandes et lourdes boîtes américaines étaient difficiles à manœuvrer.
Les prix allemands pouvaient être, en Haïti dans certains cas, jusqu'à 30% meilleur marché que pour les produits similaires d'autres pays européens.
En 1901, le gouvernement allemand n'hésita pas à commencer une petite guerre de tarif avec Haïti, augmentant les droits de douane sur le café et le campêche pour forcer le gouvernement haïtien à lui concéder les mêmes avantages
commerciaux qu'à la France.
Il en résulta un compromis enregistré dans la convention germano-haïtienne du 29 juillet 1908.
La marine de commerce allemande était la plus active dans les ports haïtiens.
La plus grande partie du commerce extérieur du pays se faisait par les navires allemands : environ les 2/3 de la récolte de café par exemple.
La Hamburg-Amerika Linie assurait la desserte
régulière et fréquente (bi-hebdomadaire et seulement mensuelle pour la G.G.T. française) des stations d'Haïti et même en 1910 les intérêts
allemands obtiendront la concession pour établir une ligne de steam d’un port à l’autre d’Haïti
L'Allemagne détient d'autres intérêts économiques en Haïti,
notamment des investissements dans les chemins de fer. Le P.C.S. Railroad (Chemin de fer de la Plaine du Cul de Sac, zone-clef du
développement d'Haïti) fonctionne avec des capitaux allemands.
Une grande société allemande s'est en outre établie et a fondé une plantation de produits tropicaux occupant quotidiennement près de 500 travailleurs à Bayeux, dans le Nord d'Haïti, espérant en faire un point essentiel de la croissance.
En 1914, le département d’État américain savait que les Allemands contrôlaient environ 80 % du commerce en Haïti.
L’importance croissante des intérêts économiques de ces derniers avait porté les autorités allemandes à dépêcher des troupes dans la capitale haïtienne en 1911 afin de protéger les biens de leurs ressortissants.
Cet acte ne faisait que renforcer les préoccupations des États-Unis d’Amérique par rapport aux activités politiques des commerçants allemands en Haïti.
La doctrine de Monroe du président Woodrow Wilson et de son secrétaire d’État, William Jennings Bryan, représentaient les trois piliers de la politique étrangère américaine au début du XXe siècle.
La politique Monore des États-Unis avec les pays de la Caraïbe reposait sur trois types d’intérêts : 1) leurs intérêts stratégiques, en termes de sécurité nationale ; 2) leurs intérêts économiques ; 3) leurs intérêts politiques
Comme l’affirme Hans Schmidt, « par rapport à la poussée générale de l’impérialisme américain dans la Caraïbe, Haïti était stratégiquement très importante, mais elle avait peu d’importance du point de vue économique ».
En dépit de la volonté manifeste affichée par Washington de voir augmenter de façon significative les investissements américains en Haïti aux dépens de ceux des Européens et du brigandage politique qui régnait en maître dans ce pays, ni la diplomatie du dollar...ni
...ni le faux altruisme n’étaient en effet à l’origine de l’intervention militaire et de l’occupation américaines. C’est dans ce contexte que les américains occupèrent Haïti en 1915. Leur prétexte était l’instabilité d’Haïti.
Après 1934, qui marque la fin de l’occupation américaine en Haïti, il y en aura plusieurs autres...
2. Les raisons pour lesquelles les États-Unis maintiennent Haïti sous leur emprise :

⤵️⤵️
Avant que vous sachiez les raisons, résumons la partie 1.

Vers la fin du 19eme siècle, les États-Unis s’intéressent davantage à Haïti sur le plan commercial et investissement, cependant, des pays européens partagent les mêmes intérêts qu’eux.
Parmi ces pays, l’Allemagne qui possède en Haïti des commerciaux qui règnent à 80% sur le commerce haïtien.

Ces derniers investissent fortement dans le pays.
Ces derniers empêchent grandement les États-Unis de s’installer sur l’île, ils sont d’ailleurs la raison pour laquelle les américains occupent Haïti en 1915 jusqu’en 1934. Mais leur prétexte des américains est tout autre : l’instabilité d’Haïti.
Il est évident que les intérêts des américains pour Haïti ont changé et changent d’année en année.

Comment expliquer que les États Unis puissent continuer à s’intéresser à un pays aussi pauvre qu’est Haiti ?
Plusieurs raisons l’expliquent :

1️⃣• CUBA

1.L’influence de Cuba, un pays communiste dans les Caraïbes inquiète les États-Unis. Le communisme est un régime socialiste contraire au régime des États-Unis qui est libéral.
Mais derrière cuba se cache le plus grand ennemi des États-Unis - la Chine communiste, qui deviendra la première puissance mondiale. Les États-Unis maintiennent leur puissance en Amérique par un impérialisme, tout en soutenant des dirigeants qui se rapprochent d’eux.
Souvenez-vous, si les Duvalier sont restés au pouvoir pendant de longues années c’est parce que ces derniers étaient contre Cuba et sa révolution, ainsi ils ont reçu le soutient des américains pour se maintenir au pouvoir.
Sous les Duvalier, une bonne partie de la société haïtienne était influencée par la Révolution cubaine.

Mais si Haiti n’a jamais été socialiste c’est parce que ses dirigeants préféraient être soutenu par les États-Unis pour rester au pouvoir.
Cuba est maintenue dans un blocus car elle représente un danger pour les États-Unis. Son influence pourrait détruire l’impérialisme américain en Haïti.
2️⃣• CHINE

Les États-Unis maintiennent leur domination sur Haïti afin que l’île ne développe pas des relations avec la chine.
Comme je l’ai dit plus haut, si Cuba est une menace communiste dans les Caraïbes, c’est aussi du fait de la Chine, l’ennemi numéro 1 des États-Unis. La chine a développé des relations diplomatiques avec beaucoup de pays en Amérique.
La Chine investit beaucoup dans ces pays et son commerce est également un frein pour les États-Unis. Vous l’avez compris, la Chine reste un ennemi majeur. Haïti est l’un des seuls pays d’Amérique à n’avoir toujours pas noué des diplomatiques relation avec la Chine.
L’île entretient des relations diplomatiques avec la province de la Chine - Taïwan qui se défini comme un pays indépendant.
Haïti est l’un des 17 pays qui reconnaissent officiellement Taïwan. En 2018, la République dominicaine a choisi de reconnaître la République populaire de Chine avant la République de Chine, ce qui a abouti à un intérêt accru des gouvernements taïwanais et chinois pour Haïti.
En 1993, la Chine a ouvert un bureau commercial en Haïti dans le but de lancer le processus de formalisation des relations diplomatiques, ce qui n’a toutefois pas abouti.
Taïwan, dans le but de maintenir ses relations, a offert 150 millions de dollars à Haïti pour le développement de réseaux électriques ruraux. Taïwan entretient ses relations diplomatiques avec Haiti par corruption.
La Chine fait pression sur Haïti afin que l’île cesse ses relations avec Taïwan, en promettant d’investir dans l’immobilier.

Plusieurs projets proposés par la Chine à Haïti ont été annulés à cause des US notamment.
Les US soutiennent Taïwan et le considère comme indépendant.
Les États-Unis comptent alors sur l’un des derniers pays qui soutiennent Taïwan contre la Chine. - HAITI
3️⃣• LA DROGUE

Les drogues qui passent de l’Amérique du Sud (Colombie et Brésil notamment), aux Caraïbes jusqu’aux côtes américaines (floride (il y existe une grande communauté haïtienne) obligent les États-Unis à garder un contrôle strict sur Haïti.
La Cocaïne est l’une des plaies d’Haïti. Le chaos politique dans l'île facilite le trafic de drogue en plein essor. Les trafiquants colombiens utilisent l’île comme plate-forme de réexportation vers les Etats-Unis, avec la complicité de la mafia dominicaine.
Selon certaines projections, ce ne sont pas moins de 50 tonnes par an qui se déversent sur l’île. “En matière de stupéfiants, je dois attirer l’attention du Sénat sur le caractère préoccupant de la situation haïtienne.”, affirmait le sénateur républicain de l’Ohio, Mike DeWine.
“Les Etats-Unis doivent être particulièrement vigilants […] car le risque existe qu’Haïti devienne un narco-Etat à part entière.” ajoute-t-il.
4️⃣• MAIN D’ŒUVRE HAÏTIENNE

La main d’œuvre haïtienne est une main d’œuvre bon marché surtout pour les États-Unis.
L’île bénéficie d'un emplacement stratégique, d'un accès privilégié à des marchés et d'une main-d'œuvre compétitive qui en font un endroit idéal pour investir.
Mais, les opportunités d'affaires en Haïti ne sont pas limités aux exportations.
Zones franches, dispenses fiscales, répression syndicale latente... Suite au tremblement de terre de 2010, une politique de libéralisation agressive a été menée en Haïti, sous l’inspiration des élites politiques et économiques étasuniennes (notamment celle de Bill Clinton).
De nombreuses usines en bas de chaîne de production s’y sont installées. Comme le dit si éloquemment le slogan officiel du gouvernement haïtien, Haiti is open for business ! (« Haïti est ouverte au business »)
« Le travail haïtien n'est pas seulement bon marché, il est aussi de bonne qualité ».
Haïti a une longue histoire de plus de 30 ans dans l’assemblage textile-habillement de réexportation. Le secteur textile-habillement représente à lui seul près de 90 pourcent des exportations totales de marchandises d’Haïti.
Les Etats-Unis d’Amérique sont le principal débouché de la production d’Haïti, avec plus de 90 pourcent de ses exportations, représentant un total de $ 900 millions en 2017 (Source: ADIH) , vendues sur ce marché.
Haïti occupe le 5 e rang des pays exportateurs de produits en maille vers les États Unis d’Amérique après la Chine, le Mexique, le Honduras et le Salvador.
les compagnies américaines qui font de  l'assemblage en Haïti participent au maintien du système inégalitaire et corrompu. Ces compagnies sont importantes pour les États-Unis car l’une est l'avantage du coût.
L'autre est qu'il  permet de fournir des fruits et d'autres produits à des prix très bas. Si le prix des salaires montent, le prix de leurs produits va augmenter et soudain les mangues seront plus chères en Floride.
5️⃣• LES IMPORTATIONS

Les États-Unis ont fait entré Haiti dans leur politique néolibérale en détruisant l’agriculture qui rappelons, fut pendant 100 ans l’âme de l’indépendance d’Haïti.
Le pays dépend des États-Unis sur certains aliments ce qui arrange l’oncle Sam par exemple :

Les données fournies par le ministère de l’Agriculture font état d’un déséquilibre flagrant entre la production et la consommation de riz en Haïti.
Haïti importe le riz américain à cause des Clinton, alors que le riz haïtien était utilisé par tous les paysans et faisait la fierté du peuple car c’est l’un des aliments les plus consommés dans le pays.
Des 500 000 tonnes de riz consommeés, rien que 100 000 tonnes sont produites dans le pays. Pour cette denrée, les importations pour l’exercice 2014-2015 sont estimées à 210 999 165 dollars américains.
C’est de loin le produit agricole et non agricole le plus consommé et pour lequel le pays affiche une aussi grande dépendance, surtout des États-Unis d’Amérique.
Les huiles de pétrole et les minéraux bitumineux occupent le second rang des importations d’Haïti des États-Unis en 2018. 112 748 839 dollars ont été mobilisés pour l’achat de ces produits.
Depuis que les marines ont envahi l’Haïti en 1915, le pays a été dominé économiquement et politiquement par les États-Unis.
Haïti est (était) une société principalement agraire, l’échec du système productif paysan haïtien qui fut durant plus de deux siècles le garant de l’indépendance économique et financière d’Haïti.
cependant parce que l’ « agribusiness » américain utilise les meilleures terres pour la production des récoltes pour l’exportation, la plupart des vivres du pays doivent être importées.
Ainsi, les principaux partenaires commerciaux d’Haïti sont les États-Unis (84% des exportations totales), la République dominicaine (3,2%), le Canada (3%), le Mexique (2,1%) et la Chine (1,1%) (données de la CNUCED).
Haïti importe beaucoup plus qu'elle n'exporte, ce qui se traduit par un important déficit commercial de 3,4 milliards USD en 2018 (+ 23% par rapport à 2017).

A cause de la politique néolibérale des États-Unis, Haïti est le pays le plus libéral d’Amérique !
A suivre...

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with Haytien 🇭🇹🕊

Haytien 🇭🇹🕊 Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @haytiens

20 Feb
Bienvenues ! Ici nous parlerons de l’histoire d’Haïti sous un autre regard.

Rendre la grandeur d’Haiti par l’histoire !
—————————
Tous les THREADS sont regroupés par thèmes afin que vous puissiez les regarder plus facilement.

📚Histoire
✨ culture
📰actualité
🇭🇹 diaspora ImageImageImageImage
• L’HISTOIRE• 📚🇭🇹

C’est l’une des plus grandes fiertés des haïtiens, car c’est là où l’on retrouve la grandeur du peuple haïtien. Fait d’héroïsmes et de tragédies, elle est très complexe et longue ! Elle est âgée de plus de 400 ans déjà.

ImageImageImageImage
•CULTURE•🇭🇹

La culture haïtienne (l’âme des H)est riche car elle est très ancienne et est issue de plusieurs peuples qui ont occupé l’île.Mais elle est également le fruit d’influences des Caraïbes.
Elle a influencé des cultures et perdure à l’étranger

ImageImageImageImage
Read 9 tweets
19 Feb
{THREAD} > 🇭🇹🇩🇴

Comment les dominicains ont construit leur identité en opposition à l’identité haïtienne ?

⤵️ ImageImageImageImage
INTRODUCTION :

🇩🇴 et 🇭🇹 ont d’importantes similitudes historiques et culturelles, car partageant l’île de Quisqueya en plus d’une expérience coloniale commune qui comprend une diaspora africaine fruit de l’esclavage des noirs pendant les dominations espagnole/française.
L’immigration qui n’a cessé de se produire entre les deux pays depuis la colonisation espagnole a en effet, produit un métissage entre les deux pays à la fois sur plan culturel et ethnique.
Read 67 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!