C’est la rentrée. Et nous allons parler de politique et de sciences pour de premier #thread de septembre. En nous penchant sur un prérapport qui remet l’église, la science, au milieu du village des questions alimentaires… Vous venez ? #thread (1/n)
Donc, le 23 septembre se déroulera le Food Summit, à New-York, sous l’égide de l’ONU. Le groupe scientifique mandaté par l’organisation a émis des préconisations pour atteindre les résultats attendus en 2030. (2/n)
Mais avant le sommet, il y a eu un genre de camp de base, le « pre-summit » qui s’est tenu en juillet. Le groupe scientifique y a présenté un pré-apport. Il y en a pour un moment à tout raconter mais je ne reste que dans les grandes lignes. (Les réfs en fin de thread). (3/n)
Bon, déjà, pour savoir qui parle, je vous invite à consulter la composition du groupe scientifique @sc_fss2021 en cliquant ici, le tout est édité sous la direction de @joachimvonbraun et @Magda_Skipper (4/n)
sc-fss2021.org/about-us/membe…
Le constat c’est que les systèmes alimentaires actuels ne sont pas suffisamment efficaces dans beaucoup de pays et régions du monde pour mettre fin à la faim, dispenser une nourriture équilibrée et que la manière dont nous produisons nos aliments a un impact sur le monde… (5/n)
… Sur la santé des populations, des animaux, des plantes et de la planète dans son ensemble. Et pour changer d’optique, le groupe scientifique, c’est un peu logique, invite à s’appuyer sur la science et l’innovation pour transformer les systèmes alimentaires… (6/n)
… Afin qu’ils soient plus justes, plus durables, plus solides… Tout un (vaste) programme (et une bonne idée). (7/n)
Dans le « draft for discussion », le groupe insiste sur le fait qu’il s’agit bien d’innovations systémiques que la situation réclame et non de simples technologies nouvelles qui ne seront pas suffisantes. (C’est en page 4). (8/n)
Le groupe insiste ensuite sur la question des financements et estime que chaque gouvernement devrait consacrer 1 % de son budget à de telles recherches, les pays développés devant aider les autres à atteindre cet objectif. (9/n)
Et il invite aussi l’ONU à construire un accord international - à l’image de ce qui existe pour le climat et la biodiversité - pour l’alimentation l’agriculture, la nutrition… Histoire de fixer des objectifs, des engagements… (10/n)
Le groupe propose donc 7 chantiers, tous liés entre eux, à ouvrir. Le #1 consiste à déployer des innovations pour mettre fin à la faim dans le monde, augmenter la disponibilité de régimes alimentaires sains et équilibrés. (11/n)
Il rappelle en outre que 3 milliards de personnes n’ont pas accès à une diète équilibrée et que 1,5 milliard n’atteignent pas, dans leur consommation quotidienne, les niveaux préconisés en nutriments éléments essentiels… (12/n)
Il invite donc à réévaluer la « valeur » de l’alimentation d’un point de vue culturel, social et économique. Et à mettre en place une comptabilité analytique pour mieux connaître les capacités et les défauts des systèmes alimentaires, leurs externalités pos. ou nég.… (13/n)
Il incite aussi à imaginer un filet de sécurité pour les plus pauvres au cas où les évolutions envisagées (protection de l’environnement, etc.) de l’agriculture provoquait une augmentation insupportable du prix d’une alimentation saine. (14/n)
Le #2 consiste à diminuer les risques présentés par nos systèmes alimentaires pour notre environnement et renforcer leur capacité de résilience, tant dans les pays développés que pour les systèmes traditionnels. (15/n)
Quand le groupe scientifique évoque les risques, il parle des conflits, des pénuries et plaide pour le développement de moyens de surveillances et d’analyses… (16/n)
… qui permettaient d’anticiper les crises et propose une réforme du commerce des produits agricoles pour éviter les spéculations et les effets de panique qui conduisent à de brutales hausses de prix. (17/n)
Rappelant ensuite que l’agriculture est une des causes du changement climatique, le groupe rappelle qu’elle est aussi une partie de la solution. Et insiste sur l’urgence de réduire l’usage des intrants nocifs dans l’agriculture intensive. (18/n)
La #3 consiste à innover pour que cessent les injustices, les mauvaises utilisations des terres, des ressources naturelles, qu’il y ait plus d’efficacité dans tout cela et que l’accès des jeunes, des femmes et des populations locales soit facilité. (19/n)
En gros, il s’agit de garantir aux plus pauvres l’accès aux ressources (naturelles ou économiques) en garantissant en particulier le droit d’accès à la terre et en incluant les femmes et les jeunes dans les dispositifs pour leur capacité à faire bouger les lignes. (20/n)
Le #4 en appelle aux innovations des biosciences et du numérique pour améliorer la santé des personnes, la productivité des systèmes et restaurer le « bien-être écologique » « restoring ecological well-being ». (21/n)
Il est fait appel dans ce point aux opportunités d’innovation que représentent le génie génétique, l’édition du génome, le développement de nouvelles sources de protéines (insectes entre autres), l’agriculture cellulaire, les promesses du microbiome… (22/n)
Quelques lignes plus bas, le groupe recommande toutefois de prendre en compte les risques potentiels des innovations scientifiques dont il faut se protéger par la transparence, les normes, les examens éthiques et les mesures de biosécurité. (23/n)
Toujours un peu plus bas, le groupe observe que les innovations « bioscientifiques » ne se diffusent pas automatiquement pour des questions de propriété intellectuelle, de droits ou de monopoles… (24/n)
Le #5 se concentre sur la conservation, ou la restauration si nécessaire, de la productivité des sols, la qualité de l’eau et des paysages mais aussi sur la préservation de la diversité génétique des ressources agricoles et de la diversité. (25/n)
Le groupe constate qu’un tiers des sols agricoles souffrent d’une qualité dégradée et qu’il faut donc investir dans la recherche sur la gestion durable des sols de l’agriculture et de l’eau en faisant progresser les connaissances… (26/n)
… Sur la génétique du végétal, la diversité, les microbes des sols. Il est question d’agroécologie et « d’autres pratiques regenératives » et, quand c’est nécessaire localement, d’intensifier durablement les systèmes agricoles, pour moins gratter sur le monde naturel. (27/n)
Le #6 est consacré au recours aux innovations pour développer une aquaculture durable. (on a abordé ce sujet dans Sesame là revue-sesame-inrae.fr/portrait-chino… (28/n)
Le #7 insiste sur le renforcement de l’efficacité des systèmes alimentaires et "l’autonomisation" (traduction qui ne me convient pas mais je cale devant "empowerment") des jeunes et des communautés rurales. (29/n)
Ils expliquent aussi que chaque mouvement dans une direction peut se révéler délétère dans une autre, tant les interactions sont nombreuses. Ce qui peut supprimer la faim peut avoir un impact néfaste sur l’environnement. (30/n)
Ils en appellent donc à l’approche One Health, sujet que nous avons abordé dans Sesame avec cette série de trois papiers de @MichelDuru (31/n)

revue-sesame-inrae.fr/sante-unique-p…
Qui faisait aussi déjà le lien avec les systèmes alimentaires (32/n)

revue-sesame-inrae.fr/covid-19-la-sa…
Le groupe scientifique estime que l’apport de la science à cette problématique de l’alimentation mondiale comporte 2 volets : générer des avancées technologiques qui deviennent des innovations (génétique, nutrition végétale et animale, intelligence artificielle, mesures…) (33/n)
Et pour le second volet le développement d’outils d’aides à la décision et de monitoring. Pour voir ce qui se passe et adapter au besoin. (34/n)
Bref, pour un thread de rentrée c’est bien solide (et bien compliqué, ça remet les neurones en place pour la suite de l’année) ! Pour ceux qui veulent aller un peu plus loin, l’article publié dans Nature. (35/n)
nature.com/articles/d4158…
Un résumé du rapport (5 pages) (36/n)
sc-fss2021.org/wp-content/upl…
Et la totalité du prérapport du groupe scientifique est là. Avec les références et tout et tout. (37/n)
sc-fss2021.org/wp-content/upl…
Et on regardera avec attention ce qui sortira du sommet du 23 septembre. (38/38)
un.org/en/food-system…
@threadreaderapp unroll please
La (re)prise en main ?

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with Revue Sesame

Revue Sesame Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @RevueSesame

15 Sep
Un état qui décrète l’état d’urgence alimentaire, même s’il est loin, ça frappe l’imagination. C’est au Sri-Lanka, pays qui s’est distingué, aussi, en interdisant les pesticides et les engrais de synthèse en avril. Alors lien ou pas ? C’est le #thread du mercredi… (1/n)
Bon, d’abord, l’urgence dans le pays, c’est le Covid, et la troisième vague qui fait des ravages. Le Sri Lanka, lit-on partout, est au bord du gouffre, ce qui ne semble pas être une image. (2/n)
lemonde.fr/international/…
Et puis donc il y a la proclamation de l’État d’urgence alimentaire il y a quelques jours. Qui vient sanctionner une nouvelle fragilité du pays, en plus de la détresse sanitaire. (3/n)
lemonde.fr/international/…
Read 37 tweets
8 Sep
C’est la discussion de la fin d’été, et demain il y a vote. Alors on revient sur Farm To Fork et ses éventuelles conséquences sur l’agriculture envisagée dans l’étude du comité de recherche de la Commission européenne… Vous venez, c’est le Thread du mercredi ⤵️⤵️⤵️
À l’époque de sa publication, le plan Farm to Fork, penchant agricole du Green Deal, et socle idéologique de la prochaine PAC avait provoqué pas mal d’interrogations et de discussions. En particulier sur la cohérence entre les objectifs et les moyens…
Nous avions regardé en détail ce que comportait ce plan, c’est ici pour ceux qui ont manqué le train à l'époque…
Read 41 tweets
6 Sep
Ce tweet récent d'Emmanuel Macron a mis la communauté agricole sur les charbons ardents tout le week-end. Et comme c'est un sujet que nous suivons, voici quelques éléments de réflexion supplémentaires… (mini thread 1/5)
Déjà, pour savoir de quoi on parle, nous nous étions demandé ce qu'étaient les pesticides, ça permet d'y voir plus clair.
Nous nous sommes aussi demandé pourquoi les chiffres d'utilisation ne cessent d'augmenter en Franc. Les raisons vont vous surprendre. revue-sesame-inrae.fr/pourquoi-lusag…
Read 6 tweets
25 Jun
C'est l'heure de la semaine de Sesame. On va beaucoup parler aliments aujourd'hui, histoire de vous mettre en appétit pour le week-end. Vous venez ? #thread (1/n)
Alors pour commencer sachez qu'il y a des tensions sur les farines de riz. C'est un ingrédient majeur pour certains segments du marché comme les aliments pour bébé ou le sans gluten. (2/n) foodmanufacture.co.uk/Article/2021/0…
Il y a aussi des tensions sur le soja, avant la guerre entre les usages énergétiques et les usages alimentaires ? (3/n) foodbusinessnews.net/articles/18944…
Read 23 tweets
23 Jun
On en fait de la pâte, des produits cosmétiques, on la croque telle quelle ou on la boit sous forme de boisson… Cette semaine jetons un œil sur l’amande qui connaît un boom sans précédent. Mais ce n’est pas sans faire grincer quelques dents. C’est le #thread du mercredi. (1/n)
Parce que si c’est bon, l’amande est aussi un fruit consomme beaucoup d’eau. Et les amandiers poussent là où il fait chaud. Donc, souvent, là où l’eau se fait de plus en plus rare. (2/n)
Pour commencer, sachiez-le, l’amandier est un prunus, donc de la famille des rosaceae et son nom savant c’est prunus amygdalus. Bon, ça c’est pour l’anecdote, mais sachiez-le aussi, cet arbre est symbole de l’amour et de virginité. (3/n)
Read 36 tweets
16 Jun
L’affaire est chaque fois contestée, discutée, dans les marges et les grandes largeurs. Mais elle existe. Cette semaine, le #thread vous plonge dans les entrailles du rapport de l’Observatoire de la formation des prix et des marges… Attachez vos ceintures… (1/n) ⤵️
Alors, Philippe Chalmin le dit lui-même à plusieurs reprises, le rapport remis chaque année est un exercice difficile. Il y a la difficulté à accéder aux informations. et celle qui consiste à additionner des torchons et des serviettes… (2/n)
Mais ce qui est intéressant en plus cette année, au delà d’un regard sur l’année écoulée, c’est le bilan qu’il dresse cette année à l’occasion de ce 10e rapport, en quelque sorte une synthèse sur une décennie d’études des marges et des prix. (3/n)
Read 28 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!

:(