Profile picture
Sihame Assbague @s_assbague
, 36 tweets, 12 min read Read on Twitter
Le procès des policiers qui apparaissent dans cette vidéo vient de débuter au tribunal de Bobigny. Le policier Turpin est poursuivi pour violences. Le policier Dautricourt pour non-assistance à personne en danger. #Elvis
La défense a demandé le renvoi du procès en raison d'un nouvel élément sur le nombre de jours d'ITT. Le procureur dit que vu la "gravité des faits, il y a de toute façon de quoi juger aujourd'hui". Le tribunal a suivi le procureur.
Le procès a donc lieu.
Les faits se sont produits le 27 mai 2017 entre 1h & 2h du matin. #Elvis rentre d'une soirée alcoolisée, il veut manger avant de rentrer chez lui. Il passe par une sandwicherie, commande & part patienter dehors. Un policier l'arrête & lui dit "contrôle d'identité".
#Elvis demande le motif du contrôle. Et là, les versions divergent :

- d'après Elvis, le policier s'énerve, le met au sol, et lui asséne des coups à la tête.

- d'après le policier qui l'a frappé, Elvis lui aurait craché dessus & aurait uriné sur sa voiture.
Problème, vu que le policier Turpin n'a fait aucun rapport, aucune mention de ce qu'il s'est passé ce soir-là, les prélèvements n'ont pu être faits sur sa voiture et sur ses vêtements (juge)
#Elvis prend la parole pour dire qu'il a 40 ans, un fils à qui il essaye de donner le bon exemple, et que le policier Turpin a inventé cette version pour se dédouaner.
La juge pointe du doigt la divergence des versions mais précise que "cela ne change pas la nature des faits", que les coups n'auraient pas dus être portés. #Elvis
Intéressant: en rentrant, les policiers ne font aucun rapport. Il faut attendre l'appel du maire au commissaire des Lilas pour que les choses bougent. La municipalité a été alertée par des "vidéos de violences diffusées sur les réseaux sociaux" et a demandé des clarifications.
La juge parle de vidéos diffusées sur "youtube, twitter, facebook". C'est de plus en plus souvent le cas : les vidéos de violences partagées sur les réseaux sont au coeur des procès liées aux violences policières.
Après les faits, les policiers ont été suspendus puis ont changé de service. L'un d'eux a repris les patrouilles mais travaille désormais de jour.
#Elvis a eu 10 jours d'ITT & est encore suivi psychologiquement.
Le maire des Lilas appelle le commissariat pour en savoir plus sur les vidéos. Le capitaine reconnaît les deux policiers & leur demande de faire un rapport.
Un 1er rapport est fait mais il n'est "pas clair", dit le capitaine. Pareil pour le 2e rapport.
La juge relève les mensonges & contradictions présents dans les 2 premiers rapports. Par ex: le policier accusé de non-assistance à personne en danger qu'il n'a pas vu son collègue porter les coups alors que la vidéo montre le contraire...
Le policier Dautricourt change de version au fil de l'enquête, notamment après avoir vu les vidéos. "À l'époque, l'IGPN vous interroge sur votre lâcheté face à cette situation. Vous vous rappelez de ce que vous avez dit? Que vous ne vouliez pas perdre votre poste." (Proc') #Elvis
Le policier confirme qu'il avait peur de perdre sa place au sein de la police nationale, et qu'il a agi en conséquence, pour se protéger. #Elvis
Le 27 mai, #Elvis reçoit des coups à la tête - avec des "rangers, des chaussures dures" précise le procureur - puis est abandonné à lui-même, allongé sur le sol. Les policiers n'appellent pas les secours. Ils vont chercher les sandwichs qu'ils ont commandés & s'en vont.
C'est un jeune homme de 17 ans, N. Kasmi, qui aperçoit #Elvis au sol, s'inquiète de son état et appelle le Samu. La juge au policier Dautricourt "comment expliquez-vous qu'un étudiant de 17 ans prenne le soin d'appeler les secours & que vous qui êtes policier ne le faites pas?"
C'est l'heure des plaidoiries. C'est l'avocate de la victime qui commence : "ce n'est pas un incident, et disons-le nous clairement, si ça n'avait pas été filmé, jamais les policiers n'auraient eu à répondre de leurs actes ce soir-là." #Elvis
"Un civil n'est personne, personne, face aux policiers et à leur loi du silence. C'est la vidéo qui nous permet d'être là aujourd'hui. Pour le reste, les deux policiers présents sont des menteurs. Ils ont menti depuis le début." (avocate d'#Elvis)
"Oui, #Elvis avait bu, mais il était conscient de ce qu'il faisait. Le reste, c'est de la calomnie, un montage de faits organisé par des crapules qui se sont mis d'accord entre eux pour se protéger." (avocate partie civile) #Elvis
"On a frappé #Elvis, on l'a laissé sur le sol, et on l'a humilié en mentant à plusieurs reprises dans les rapports. Bien sûr que ces faits ont eu des impacts psychologiques sur lui." (avocate partie civile)
Au tour du procureur de prendre la parole. Ça commence fort :

"Mesdames, messieurs, j'ai honte, j'ai honte pour notre police. Alors que la police doit nous protéger, j'ai vu un policier se porter comme un voyou, renverser un individu et le frapper. J'ai honte." #Elvis
"J'ai honte aussi pour M. #Elvis, il aurait dû être protégé, être mis en cellule de dégrisement à la limite, mais au lieu de ça, sa tête a été ballottée comme un ballon de football sous les coups dun policier." (Procureur)
Le procureur revient sur la version des policiers & explique qu'elle a évolué, il pointe les contradictions : "quoi qu'il en soit, c'est un comportement totalement inadmissible." #Elvis
"Je découvre ces vidéos le lundi 29 mai, dans la matinée. La première chose que je me demande c'est si l'homme dans la vidéo est vivant. Les coups qu'il a reçus sont d'une rare violence" dit le procureur. #Elvis
"Rien n'explique le comportement de ces deux policiers là. Le policier Turpin sait ce qu'il fait en donnant des coups dans la tête. Le policier Dautricourt lui s'occupe de sécuriser son collègue, celui-là même qui frappait un homme à terre." (procureur) #Elvis
"Il faut compter sur un citoyen ordinaire pour appeler les pompiers. C'est sur sa seule intervention qu'#Elvis sera secouru. Pas sur celle des fonctionnaires de police qui le laissent et s'en vont. Ils ne se préoccupent pas de l'état de santé du monsieur." (Procureur)
"J'ai honte de cette police qui non seulement ne protège pas mais surtout agresse & qui après l'agression joue la carte du 'rien vu, rien entendu, rien dit'. Personne ne peut cautionner ça. C'est pourquoi je vous demande de condamner sévèrement." (procureur) #Elvis
Violences policières sur #Elvis, le procureur requiert:

- 6 mois de sursis & d'interdiction d'exercer pr le policier accusé de non-assistance à personne en danger

- 1 an d'emprisonnement dont 6 mois fermes + 5 ans d'interdiction d'exercer pour le policier qui a porté les coups
Plaidoiries des avocats de la défense. Le conseil du policier Dautricourt argue notamment en faveur de la très faible expérience de son client qui « débute dans le métier, avec seulement 6 mois d'exercice ». Il revient sur les faits. « La situation lui échappe. » #Elvis
L'avocat du policier Dautricourt demande de rendre une décision "humaine" et de prendre en compte la situation particulière dans laquelle se trouvait le « très jeune fonctionnaire. Une interdiction d'exercer de 6 mois mettrait un terme à sa carrière. » #Elvis
Au tour de l'avocate du policier Turpin, celui qui a porté les coups : « je ne nie pas la gravité des faits (...). Cela étant dit, cela ne me semble pas inutile d'essayer de comprendre ce qui a poussé le policier à avoir un tel comportement. » #Elvis
Ce 27 mai, le policier a « oublié son uniforme à cause d'un incontrôlable accès de violence ». D'après lui, c'est le fait que la salive de la victime soit entrée en contact avec sa bouche qui l'a mis dans cet état. #Elvis lui aurait dit "ça tombe bien, je suis malade"
« Quand #Elvis lui dit 'je suis malade", le policier Turpin devient fou et le frappe. Il pète un plomb. Le déferlement de violence vient en réaction à quelque chose qui l'a blessé et qui l'a fait dérailler. » (avocate du policier qui a frappé la victime à la tête)
Les avocats de la défense demandent une dispense d'inscription au B2 pour les prévenus. Le procureur refuse. #Elvis
L'audience est suspendue. La décision sera rendue le 18 décembre. Fin du thread avec le rappel de l'avocate d'#Elvis "sans vidéo, pas de procès"
Bah en fait, j'allais partir mais l'affaire qui suit est AUSSI une affaire de violences policières. Cette fois, sur un jeune homme (#Igor) en situation de handicap. Là encore, c'est une vidéo qui a permis d'obtenir un procès. L'affaire avait été initialement classée sans suite.
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Sihame Assbague
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member and get exclusive features!

Premium member ($3.00/month or $30.00/year)

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!