Profile picture
Guillaume Nicoulaud @ordrespontane
, 20 tweets, 6 min read Read on Twitter
Le 28 mai 1987 à 12:21 (heure locale), Mathias Rust, un jeune pilote allemand qui n’a pas encore 19 ans, décolle de l’aéroport d'Helsinki-Vantaa (Finlande) dans son Cessna 172.

Pour la tour de contrôle, il va à Stockholm. #Thread
On ne peut pas dire que Rust soit un grand pilote — au total, il cumule 50 heures de vol — mais ça fait déjà quelques semaines qu’il se promène comme ça : les îles Féroés, l’Islande, Bergen… alors Stockholm, pourquoi pas ?
Notre pilote amateur s’élance donc comme prévu vers la mer Baltique mais, quelques minutes après son décollage et à la plus grande surprise du contrôle aérien, il vire plein Est. #WTF ?!
Évidemment, tout le monde se demande ce qu’il fiche et on cherche à le contacter : aucune réponse, silence radio.

Pire encore : arrivé à la hauteur d’Espoo (Finlande), le Cessna Mathias Rust disparaît des radars.
Panique à bord ! Les autorités finlandaises suspectent un accident et lancent immédiatement des recherches. On fouille partout mais pas la moindre trace de Rust.

Il s’est littéralement volatilisé.
Enfin, pas pour tout le monde.

Parce qu’à 14:29 le Cessna réapparait sur les radars. Sauf que les radars en question, ce sont ceux de la défense aérienne soviétique.

Rust est en train de survoler l’Estonie !
Immédiatement, la défense soviétique le somme de s’identifier mais Rust, une fois encore, fait le canard. C’est moyennement prudent : il se voit décerner le numéro de combat 8255 et commence à se faire traquer par le 54ème Corps de Défense Aérienne de l’URSS.
Mais là, coup de bol : les russes perdent un temps infini à tergiverser — plus d’un quart d’heure — et, le temps se dégradant, Rust décide de changer de cap. C’est une bonne idée : il sort de la zone de tir des missiles sol-air soviétiques.
Mais c’est pas fini. Les soviétiques lui envoient un comité d’accueil sous la forme d’un MiG-23. Re-coup de bol : le pilote confond son Cessna avec un Yakovlev Yak-12 et, du coup, ne reçoit pas l’autorisation d’engager le tir (on suppose que c’est l’avion d’un aéroclub local).
On demandera plus tard à Rust s’il avait vu le MiG.

Absolument, il lui avait même fait un petit coucou et s’était étonné de ne pas recevoir de réponse.

En même temps, comme il avait coupé sa radio, il ne risquait pas d’entendre grand chose.
À 15:31 et les soviétiques lui envoient un second MiG qui va le chercher un peu partout… sans jamais parvenir à le trouver. Arrivé au sud du lac Ilmen, Mathias Rust disparaît une nouvelle fois des radars. #ModeFurtif
Le truc, c’est qu’à ce moment-là, non seulement le système de défense aérienne soviétique sort d’une réorganisation compliquée mais en plus, un (vrai) crash a mis un bazar monumental dans le trafic aérien du coin.
Du coup, ils vont laisser passer Rust tranquillement, le confondant avec toute sorte d’aéronefs plus ou moins autorisés.

C’est-à-dire, concrètement, que personne ne sait qu’un allemand en Cessna est en train de se balader dans l’espace aérien soviétique.
Le summum c’est à 16:30, quand le commandant de la 6ème armée informe personnellement la défense aérienne de Moscou que la cible de combat 8255 était — tenez-vous bien — un vol d’oiseaux un peu dense. #lolilol
Ce qui nousamène donc jusqu’à 18:30, heure à laquelle Mathias Rust, après avoir trompé toute la défense aérienne de l’Union Soviétique avec un Cessna et 50 heures de vol à son actif, survole tranquillement Moscou. #AchievementUnlocked
Son plan initial, c’était d’atterrir au Kremlin mais, chemin faisant, il s’était dit que l’endroit était trop discret : il décide donc de faire ça sur la Place Rouge.
Il fait 3 tentatives mais, comme ladite place est noire de monde, il finit par se poser à côté de la Cathédrale Saint Basile.
Il est 18:55. Mathias Rust sort de son Cessna et, dans sa combinaison rouge, signe des autographes.
La petite plaisanterie va lui coûter 14 mois de prison — sans compter les milliers de dollars que vont lui réclamer les autorités finlandaises (qui, pendant tout ce temps, le cherchaient dans le golfe de Finlande, je vous le rappelle).
Quand on lui demandera pourquoi il s’est lancé dans ce périple délirant, Rust expliquera qu’il voulait apaiser les tensions en l’Est et l’Ouest en créant un « pont imaginaire ».

Je… non rien. #Fin
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Guillaume Nicoulaud
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member and get exclusive features!

Premium member ($3.00/month or $30.00/year)

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!