Profile picture
Guillaume Nicoulaud @ordrespontane
, 35 tweets, 9 min read Read on Twitter
Ce 12 novembre 1943, le USS William D. Porter (a.k.a. le ‘Willie Dee’), un destroyer de l’US Navy mis en service il y a à peine quatre mois, appareille depuis Norfolk (Angleterre) pour une mission aussi secrète que capitale. #Thread
La mission en question consiste à accompagner l’USS Iowa qui emmène Franklin D. Roosevelt (et une bonne partie de l’état-major américain) à la conférence de Téhéran où il est supposé rencontrer Churchill et Staline.
Évidemment, tout ça est top-secret : la plupart des marins de la flotte qui accompagne le PotUS ne savent pas ce qu’ils font là et on a clairement expliqué à tout le monde que la traversée se ferait en silence radio total.
Las, le départ du Willie Dee ne se passe pas très bien : mal amarré, il ne tient pas en place dans le port de Norfolk… et du coup, la chaîne de son ancre ravage le pont d’un autre bâtiment de la Navy dans un vacarme assourdissant.
Il faut préciser ici que si le capitaine Wilfred Walter a hérité du commandement d’un navire tout neuf, il a aussi récupéré un équipage entier de rookies. Pour la plupart, ce sont des gamins et c’est la première fois qu’ils servent sur un navire de guerre.
Heureusement pour Walter, cet indicent est sans conséquence pour le Willie Dee : il a juste le temps de faire de rapides excuses à son malheureux voisin avant d’appareiller pour de bon et rejoindre le reste de la flotte 24 heures plus tard.
Voilà donc la flotte au complet en plein Atlantique, dans une zone qui, vous vous en doutez, est infestée de U-Boats allemands qui seraient trop heureux d’envoyer l'Iowa, le PotUS et l’essentiel de son état-major au fond de l’océan.
Et là, en pleine traversée, une énorme explosion provoque un geyser spectaculaire.
Évidemment, c’est la panique. Tous les bâtiments de la flotte se mettent en alerte maximale et commencent des manœuvres anti-sous-marins pour repérer l’origine de l’attaque…
… jusqu’à ce que le Willie Dee informe tout le monde qu’en fait il n’y a pas de sous-marin : c’est eux qui ont balancé une charge de profondeur par accident.

Un rookie avait juste oublié de mettre la sécurité. Oups, désolés…
Un peu plus tard, le Willie Dee fait encore parler de lui : ils viennent de perdre un gars fauché par une vague et, en essayant de le retrouver, ils se sont débrouillés pour perdre de la puissance et se retrouvent maintenant à la traîne.
À ce stade, l’amiral Ernest King qui commande la flotte depuis l’Iowa commence à en avoir un peu marre de passer pour un clown sous les yeux de Roosevelt. Il appelle Walter, lui passe un savon et lui conseille de former ses rookies fissa parce que ça commence à bien faire.
Évidemment, le pauvre Walter n’en mène pas large et s’empresse de promettre que ses gamins vont subir un entrainement des plus intensifs pour éviter que ça recommence.
Ce qui nous amène au 14 novembre, date à laquelle le capitaine de l’Iowa décide de montrer à Roosevelt les capacités de défenses de son cuirassé. On lâche donc quelques ballons météo qui servent de cibles alors que le Président assiste au spectacle depuis le pont.
L’équipage du Willie Dee regarde ça de loin jusqu’à ce que quelques ballons qui avaient échappé à l’Iowa se rapprochent d’eux.

Pour Walter, c’est l’occasion de remonter dans l’estime de tout le monde : il envoie ses rookies à leurs postes de combat…
… et, puisqu’on y est, ordonne aussi qu’on simule des tirs de torpilles. #WhatCouldPossiblyGoWrong?
Sitôt dit sitôt fait : dans la salle des torpilles on se prépare à l’exercice tandis que, sur le pont, on décide de prendre pour cible fictive le plus gros machin flottant qui croise dans les parages.

C’est-à-dire l’Iowa.
Quand la salle des torpilles est prête, l’officier sur le pont lance l’exercice :
« Feu 1 ! »
Il attend un peu.
« Feu 2 ! »
Encore une pause.
« Feu 3 ! »
Et là, il entend un gros
« WHOOUUUUCH ».
#WTF ?!
Les mecs regardent par-dessus bord et aperçoivent avec horreur une torpille qui vient de sortir de leur tube et fonce droit vers l’Iowa (avec, je le rappelle, Rooselvet et son état-major dessus.)

Impact moins 2 minutes.
Sur le pont du Willie Dee, c’est la panique totale. Il faut absolument prévenir l’Iowa pour qu’il ait le temps de manœuvrer et éviter cette s******** de torpille !
Comme l’usage de la radio est interdit, Walter ordonne qu’on leur envoie des signaux lumineux : manque de bol, le rookie en charge de ça se plante et explique d’abord qu’une torpille *s’éloigne* de l’Iowa puis, que le Willie Dee fait marche arrière plein gaz.
(Évidemment, il voulait dire qu’une torpille s’approchait de l’Iowa puis que l’Iowa devait faire marche arrière le plus vite possible.)
Là, Walter désespère et décide de rompre le silence radio : il fait appeler l’Iowa en utilisant son nom de code : « Lion, Lion, à droite toutes ! »
Forcément, l’opérateur de l’Iowa est un peu surpris que quelqu’un communique par radio et répond calmement : « Identifiez-vous et répétez. Où est le sous-marin ? »
Son homologue du Willie Dee, en panique totale, répond à son tour : « Torpille à l’eau ! Lion, à droite toutes ! Urgence ! À droite toutes ! Lion ! À droite toutes ! »
Là, le gars de l’Iowa ne répond plus rien parce qu’un de ses petits camarades sur le pont vient de repérer la torpille : « Torpille sur notre quart tribord ! Ce n’est pas un exercice ! Torpille sur notre quart tribord ! »
Immédiatement, l’Iowa pousse ses machines à fond et vire brutalement à bâbord — il gîte tellement qu’on est obligé de fixer la chaise roulante de Roosevelt — pendant que tout l’équipage passe en alerte maximale et tente de dégommer la torpille.
Sur le Willie Dee, tout le monde est en apnée.

Plus que quelques secondes et…

... la torpille passe à 300 mètres de l’Iowa. #lolilol
Peu après, le cuirassé rompt à son tour le silence radio et demande ce qu’il s’est passé. Walter ne sait pas quoi dire d’autre que « We did it. »

Là, il réalise avec effroi que tous les canons de l’Iowa sont désormais pointés sur le Willie Dee.
Après quelques explications, on ordonne à l’équipage du Willie Dee d’aller faire un tour ailleurs — genre aux Bermudes où ils seront tous arrêtés par des Marines en armes (c’est la seule fois, dans toute l’histoire de l’US Navy, qu’un équipage entier est mis aux arrêts).
Après enquête, on réalisera qu’un rookie de 22 ans de la salle des torpilles avait simplement oublié d’enlever le système de mise à feu de la troisième torpille : il n’échappera à 14 ans de taule que grâce à une intervention personnelle de Roosevelt.
À partir de ce moment-là, le Willie Dee devient le chat noir de l’US Navy.

Personne ne voudra plus y être affecté et les autres navires prendront l’habitude de le saluer en hurlant « Ne tirez pas ! On est Républicains ! » #Fin
(Oui, « Ne tirez pas ! On est Républicains ! » parce que Roosevelt était Démocrate.)
Si vous avez aimé cette histoire, il y en a tout un stock ici :
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Guillaume Nicoulaud
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member and get exclusive features!

Premium member ($3.00/month or $30.00/year)

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!