Profile picture
Guillaume Nicoulaud @ordrespontane
, 28 tweets, 7 min read Read on Twitter
Ce 12 août 1944, à côté de Digne-les-Bains, la Gestapo fait un beau coup de filet : lors d’un banal contrôle sur le bord de la route, ils viennent de mettre la main sur trois agents du SOE : Francis Cammaerts (photo), Xan Fielding et Christian Sorensen. #Thread
Les trois agents des services secrets britanniques se retrouvent donc illico dans la Villa Marie-Louise, siège de la Gestapo à Digne, où on leur explique rapidement qu’ils vont être fusillés le 16 août au matin.

Là, en principe, ils sont foutus.
Sauf que, le 14 août, une femme en vélo débarque à Digne et demande à rencontrer le capitaine de gendarmerie Albert Schenck, un alsacien qui sert d’agent de liaison entre les allemands et la préfecture.
Quand le capitaine la reçoit — d’autant plus volontiers qu’elle est particulièrement jolie — elle se présente : c’est la femme de Cammaerts.

Évidemment, Schenck s’attend au coup de la future veuve éplorée qui va le supplier à genoux d’épargner son mari.
Il va être déçu.
En fait, la femme qui se tient devant lui n’est pas du tout l’épouse de Cammaerts, c’est Krystyna Skarbek (a.k.a. Christine Granville, a.k.a. ‘Miss Pauline’), un agent du SOE qui n’est pas tout à fait du genre à donner dans les larmes et les supplications.
Et pour cause : ça fait déjà quatre ans, depuis l’invasion de sa Pologne natale par les nazis, qu’elle a proposé ses services au SOE et largement gagné sa place dans le très secret service britannique en même temps que le respect de ses pairs.
Entre la Hongrie, la Pologne et le Caire, elle a déjà un peu tout fait de l’espionnage au sabotage mais sa spécialité, ça reste l’animation de réseaux de résistance. C’est d’ailleurs ce qu’elle fait en France : Cammaerts n’est pas son mari mais son chef de réseau.
(Bon, Ok : il n’est pas complètement impossible qu’ils aient été un peu plus que ça. Passons.)
La veille, quand elle a appris l’arrestation de Cammaerts et constaté que les chefs du maquis n’étaient pas trop chauds pour tenter quelque chose, elle a concocté un plan de sauvetage aussi brillant que — pardon — sévèrement burné.
C’est ce qui, après s’être tapé les 44 kilomètres de Seyne à Digne à vélo, l’amène devant Schenck.
Le capitaine de gendarmerie n’a pas le temps d’en placer une que Skarbek lui explique tranquillement qu’elle est aussi un agent britannique et que les alliés s’apprêtent à débarquer en Provence (ce qui est vrai mais Schenck n’en sait évidemment rien).
Et là, surprise : elle lui balance carrément qu’elle est la nièce de Bernard Montgomery (rien que ça…) et que s’il arrive quoique ce soit à son « mari » ou à ses amis, tonton veillera personnellement à ce que Schenck soit livré à la foule (laquelle ne rêve que de le pendre).
Évidemment, c’est du bullshit en palettes de 12.
Un peu ébranlé mais méfiant quand même, Schenck ne sait pas si c’est du lard ou du cochon et préfère temporiser une peu. Sauf que là, le lendemain...
...
...
...
...
...
...
...
...
... Les alliés débarquent effectivement en Provence !
Du coup notre gendarme prend instantanément au sérieux les menaces de Skarbek : il arrange fissa un rendez-vous avec Jules Waem, un officier de la Gestapo belge à qui il explique le genre de joyeuseté que la « nièce de Monty » leur réserve s’ils n’obtempèrent pas bien sagement.
Ladite « nièce » remet donc le couvert et terrorise un bon coup les deux gus en leur expliquant qu’elle est en contact radio permanent avec les alliés, que leur vie ne tient plus qu’à un fil, qu’ils vont en prendre plein la figure et que ça va être affreux affreux.
Comme elle sent que les types sont sur le point de flancher, elle porte l’estocade et leur annonce carrément que s’ils obéissent bien sagement, une petite cagnotte de 2 millions de francs les attend (évidemment, elle invente ça sur le coup). #BienJoué
Là, elle fait mouche. Sauf qu’ils veulent voir l’argent d’abord.

Cammaerts et les deux autres devant être fusillés le 16 au matin, ça lui laisse donc jusqu’au lendemain pour trouver les 2 millions de francs.

C’est large.
Ni une ni deux, Skarbek enfourche son vélo, rentre à Seyne (re-40 km), contacte les alliés et leur explique le topo en mode « salut les mecs, j’ai besoin de 2 millions
— Pour quand ?
— Genre là, tout de suite. »
Nota Bene #1 : jamais les alliés n’ont payé une somme pareille pour faire libérer des gars à eux.
Nota Bene #2 : ce quelle demande, c’est probablement la livraison la plus rapide de la seconde guerre mondiale.
Ben elle y arrive. #lolilol

La nuit même, un avion de la RAF venu d’Alger parachute le pognon soigneusement empaqueté dans du caoutchouc.
Comme les prisonniers doivent être exécutés dans quelques heures, c’est pas le moment de lambiner : Skarbek repart donc à vélo pour Digne et se re-tape donc les 44 kilomètres pour la 3ème fois — à ce stade, elle est prête pour les JO.
Evidemment, ce matin-là, Cammaerts, Fielding et Sorensen balisent sévère quand ils entendent quelqu’un ouvrir la porte de leur cellule.

Pour eux, c’est très clair : la prochaine étape c’est les poteaux et un peloton d’exécution.
Sauf que non : à leur plus grande surprise, on les libère sans poser de question. Un brin incrédules, les trois gars entament le chemin vers Seyne en se disant qu’il y a un loup… jusqu’à ce qu’ils croisent Skarbek qui les attend avec un grand sourire sur le bord de la route.
Quand on leur demandera comment la belle polonaise s’y était prise pour organiser ce miracle, ces ex-collègues du SOE expliqueront que Skarbek avait « une sorte de magie en elle à laquelle aucun homme n’était capable de résister. »

Il faut croire que c’était vrai. #Fin
Pour celles et ceux qui ne savent pas, le menu des histoires est ici :
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Guillaume Nicoulaud
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member and get exclusive features!

Premium member ($3.00/month or $30.00/year)

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!