Bonjour à tous,

60e journée d'audience aujourd'hui au procès des attentats du #13Novembre
Le compte-rendu d'hier au sujet, notamment du "clan Clain", avec les illustrations de @ValPSQR est à retrouver ici > franceinter.fr/justice/proces…
L'audience ne débute qu'à 14 heures aujourd'hui en raison d'un mouvement de grève des magistrats et greffiers.

A noter par ailleurs que Salah Abdeslam et Osama Krayem sont toujours absents du box et qu'il faudra le temps des sommations d'huissier désormais habituelles.
Aujourd'hui, la soeur aînée des Clain et sa fille ainsi que la mère du terroriste du Bataclan Foued Mohamed-Aggad doivent témoigner à l'audience.

LT à suivre ici.
L'audience reprend. Mais comme indiqué précédemment elle est immédiatement suspendue le temps des sommations d'huissier à Salah Abdeslam et Osama Krayem absents.
L'audience reprend en l'absence donc de Salah Abdeslam et Osama Krayem depuis le 25 novembre.
Le président souhaite prendre tout d'abord la parole "pour manifester notre soutien aux collègues qui se mobilisent pour obtenir une nette amélioration du fonctionnement judiciaire".
Le président précise toutefois qu'il n'a "nullement l'intention de se plaindre" des conditions de ce procès du #13Novembre 2015
"Mais je sais depuis 40 ans que je fais ce métier que conditions de travail dans lesquelles nous exerçons ce métier ne sont pas toujours les meilleures"
Me Frédéric Bibal, apporte lui aussi son soutien à cette mobilisation au nom des avocats de parties civiles,
Enfin, Me Martin Vettes, avocat de Salah Abdeslam s'ajoute à ces voix au nom de la défense.
Le président demande à établir la connexion avec l'établissement pénitentiaire où est actuellement détenue Anne-Diana Clain, soeur aînée de frères Clain.
Apparaissent à l'écran la cellule de visioconférence et une chaise vide.
"Madame Clain arrive" assure une agent pénitentiaire
Après quelques minutes d'attente, Anne-Diana Clain arrive à l'écran.
"J'ai 46 ans, je suis incarcérée à Réau".
"Vous êtes la soeur de deux accusés qui ne sont pas présents", indique le président, "on a des éléments laissant penser qu'ils sont décédés, mais pas de confirmation".
Anne-Diana Clain : "je suis déçue qu'ils aient participé à cette monstruosité. Je pense que j'ai du mal à que ce soit vraiment pour moi un fait réel le fait qu'ils soient responsable de tels actes. A l'époque, j'ai cru au complot."
Anne-Diana Clain : "pour moi ils n'étaient pas mêlés à ça et juste là pour lire la revendication. J'ai cru. Mais avec le temps passé en prison et les reportages que j'ai vus, j'ai compris que c'étaient des terroristes. Donc je suis déçue. Mais cela reste mes frères."
Président : "vous avez beaucoup évolué dans vos dépositions. Vers la fin que vous avez dit ue vous n'étiez pas pour ce genre d'itinéraire. Que pouvez-vous nous en dire?"
Anne-Diana Clain : "on est convertis depuis 1999. On était en recherche spirituelle depuis pas mal d'années"
Anne-Diana Clain: "on s'est convertis les uns après les autres. C'était une recherche familiale. Il y a eu moi, Fabien, sa femme, mon petit frère, ma petite soeur. Et ma mère en dernier. Et on est entrés dans un islam radical car je pense que ça nous a été présenté dès le départ"
Anne-Diana Clain : "on était dans l'extrême pratiquement depuis le début. On était tous persuadés que c'était ça l'islam. Dans l'extrême. Dans la guerre, le fait de pouvoir dominer le monde entier parce que les musulmans doivent faire la guerre."
Anne-Diana Clain : "mes frères étaient chanteurs. Ils ont toujours chanté des anasheeds religieux, mais ça s'est aggravé une fois qu'ils étaient là-bas.
Quand Jean-Michel est parti, c'était 8 mois avant la proclamation de l'Etat islamique."
Président : "mais avant qu'ils partent, ils avaient déjà des propos violents et haineux envers les mécréants?"
Anne-Diana Clain : "ils avaient le sourire, bonjour à tout le monde. Je ne vois pas le côté haineux. Mais c'est vrai que c'était nous les croyants qui avaient compris."
Anne-Diana Clain : "c'est une fois en prison que je me suis rendue compte qu'il y avait plein d'interprétations du Coran. Mais à l'époque, je le voyais pas comme ça. Je n'ai pas cherché à comprendre. Et mes frères non plus."
Anne-Diana Clain : "au début de l'Etat islamique, on ne pensait pas du tout que c'était un Etat terroriste. Il m'a fallu du temps pour réaliser. Même Al-Qaïda, je ne le voyais pas comme des terroristes. Il a fallu que je rentre en prison pour comprendre."
Anne-Diana Clain : "on était tellement radicalisés. On n'avait pas la télé, on ne regardait pas les informations. Même quand il y a eu l'attentat [du #13Novembre 2015 ndlr], j'ai pas vu l'ampleur de la gravité des choses. Pour moi, c'était un complot."
Anne-Diana Clain au sujet des attentats du #13Novembre 2015 : "à l'époque je pensais que la France bombardait des civils là-bas et que eux faisaient la même chose. J'ai cru ça. Et en même temps, je croyais au complot. C'est contradictoire. C'était assez flou dans ma tête."
Président : "vous avez semble-t-il un libre arbitre aujourd'hui et une capacité de raisonnement. Comment expliquer que vous n'ayez pas eu ce recul avant?"
Anne-Diana Clain : "on était dans pratique religieuse extrême. Et c'était une vérité absolue. Pour moi tout était vrai."
Anne-Diana Clain : "maintenant c'est clair que j'ai pris une grosse claque quand j'ai compris que les hadiths étaient des interprétations et que chacun pouvait y mettre ce qu'il voulait.
Mais c'est vrai que pour l'attentat de Charlie Hebdo, j'ai cautionné."
Le président lit le texte d'un chant écrit par les frères Clain : "il nous faut taper la France, il est temps de l'humilier. Il nous faut de la souffrance et des corps par milliers."
C'est écrit dans quelle religion, ça ?"
Anne-Diana Clain : "je ne sais pas ...."
Président : "il y a eu des vidéos d'exaction de l'Etat islamique ..."
Anne-Diana Clain : "je regardais pas les vidéos. J'étais ignorante, une mère au foyer. Je m'occupais de mes enfants."
- mais vous aviez des contacts ?
- c'était purement familial. Ils me disaient de venir
Président : "qui était sur place de votre famille?"
Anne-Diana Clain : "mes frères, mes belles-soeurs, ma petite soeur avec sa famille, tous les enfants de mes frères, ma mère, ma plus grande fille et ses enfants, ma fille Fanny ... c'est vraiment toute la famille quoi."
Anne-Diana Clain : "j'ai des nouvelles. J'ai eu une lettre de la Croix-rouge cette semaine. Et j'ai des nouvelles par mes enfants quand ils viennent me voir au parloir. J'ai eu sept décès, je les ai appris au parloir. J'ai des nouvelles de ma fille et son fils en Syrie."
Anne-Diana Clain : "je pense que mon mari n'était pas autant radicalisé que mes frères. Mais il a été la cause de notre conversion.
Après, mes frères fréquentaient des gens sur Toulouse ... des salafistes quoi. Ce qui a fait qu'on est entrés dans un islam radical."
Anne-Diana Clain: "je pense que pour les musulmans extrêmes comme j'ai pu l'être à l'époque, je suis devenue une mécréante. Il y a plein de hadiths auxquels je ne crois plus du tout. Du coup, même avec mon mari en ce moment c'est pas trop ça parce que pour lui je m'égare en fait"
Anne-Diana Clain : "avec ma fille qui est en prison [Jennifer qui doit être entendue à l'audience après elle ndlr], on s'écrit. Donc j'essaie un peu de lui faire comprendre à quel point on a pu être trompés sur plein de sujets. Mais je pense que de vive voix ce sera mieux."
1ere assesseure: "vous dites que vous êtes partis en Syrie pour vivre votre religion. Qu'est-ce qui vous en empêchait en France?
Anne-Diana Clain: "le but ultime c'étai de vivre dans un Etat où il n'y avait que des musulmans, pour nous préserver. C'est ce que j'ai cru à l'époque"
Anne-Diana Clain : "je pense qu'on a été victimes d'une idéologie. Mais on est responsables de nos actes et je ne cautionne pas du tout les actes que mes frères ont pu faire. J'ai du mal encore à faire face à leur rôle de terroriste, d'avoir fait autant de mal à autant de gens"
Assesseure : "vous avez vécu un an en Bulgarie. Pour quelle raison?"
Anne-Diana Clain : " on n'avait pas de papiers pour aller en Syrie. C'était mes frères qui se chargeaient d'en trouver."
- donc au moment des attentats du #13Novembre 2015, vous êtes en Bulgarie?
- c'est ça.
A noter qu'Anne-Diana Clain et sa famille (son mari et quatre de leurs six enfants) sera ensuite interpellée début juillet 2016 alors qu'ils tentent une nouvelle fois de se rendre en Syrie.
Leurs deux autres filles sont pour l'une incarcérée, pour l'autre dans un camp en Syrie.
Assesseure : "quand avez commencer à prendre du recul?"
Anne-Diana Clain :"en 2019, quand mes frères sont morts. Je l'ai appris à la télé. J'ai pris une grosse claque. J'ai eu un suivi avec des psychologues, un binôme de soutien. Ca m'a permis d'ouvrir les yeux."
Anne-Diana Clain au sujet de son mari : "c'était l'homme de ma vie et pour moi c'était lui qui décide."
Elle sourit. "J'ai changé d'avis, hein. Je ne suis plus du tout d'accord avec ça. J'ai l'impression d'avoir été une gamine."
Anne-Diana Clain explique que lorsque ses frères sont partis en Syrie, leur mère "a voulu partir avec eux. Elle a voulu rejoindre ses enfants et ses petits-enfants."
A l'époque, elle a déjà des problèmes de santé.
Elle décède d'ailleurs en Syrie quelques mois plus tard.
Me Chemla (PC) : "vous êtes sensée, vous vous exprimez remarquablement. On essaie juste de comprendre comment vous et toute votre famille avez basculé ?"
Anne-Diana Clain : "c'est pour cela que je vous ai dit qu'on a été victime d'une idéologie."
Me Chemla : "vous savez pourquoi votre gendre Kevin Gonot a été condamné à mort en Irak?"
Anne-Diana Clain : "il est condamné à mort pour avoir combattu en Irak. Mais ce que je sais c'est qu'il était dans un camp en Syrie et ils l'ont emmené en Irak pour le condamner à mort."
Me Szwarc (PC) : "vous avez dit que c'était dommage que vous frères ne soient pas là ..."
Anne-Diana Clain : "c'est dommage qu'ils ne soient pas confronté à la réalité de ce qu'ils ont pu faire. Qu'ils n'ont pas pu comprendre comme moi. Parce que c'est terrible en fait."
Avocat de partie civile : "vous avez fait du prosélytisme?"
Anne-Diana Clain : "oui, avec mes enfants?"
- et votre entourage?
- je ne voyais plus grand monde.
Elle ajoute : "je trouve dommage que les enfants paient pour les conneries des adultes."
Fin de l'audition d'Anne-Diana Clain. On se connecte maintenant avec la prison de Beauvais où est incarcérée la fille aînée d'Anne-Diana Clain, Jennifer qui doit aussi être entendue aujourd'hui.
La connexion avec la maison d'arrêt de Beauvais est établie. Mais Jennifer Clain n'est pas encore arrivée dans la salle de visioconférence. La cour patiente donc.
Finalement, le président annonce qu'il va falloir quinze minutes avant que la détenue arrive devant la caméra. "Donc on va faire une suspension de 15 minutes précises. Mais vous ne sortez pas passer une demi-heure sur les marches du palais comme vous avez l'habitude de le faire"
L'audience reprend avec l'audition de Jennifer Clain.
"Vous êtes en attente de jugement, c'est ça?" l'interroge le président.
Jennifer Clain : "oui, c'est ça."
- pour des faits de?
- terrorisme
- vous avez un lien avec des accusés ?
- mes oncles Fabien et Jean-Michel
Jennifer Clain : "moi, je n'étais pas au courant que les attentats allaient avoir lieu. Je l'ai appris le lendemain. Avec mes oncles, je n'en ai jamais parlé. J'ai juste parlé avec la femme de Fabien de la revendication. Elle m'a dit qu'il avait été obligé de la faire."
Jennifer Clain, 30 ans aujourd'hui : "j'étais en Syrie avec Daech de juillet 2014 à décembre 2017. J'ai vu quelques fois mes oncles. Je sais juste qu'ils travaillaient dans les médias. Peu après les attentats, je me suis disputée avec eux et je ne les ai pas vu pendant un an"
Jennifer Clain au sujet de Fabien et Jean-Michel Clain : "ils travaillaient à la radio au début. Et puis ils s'occupaient de tout ce qui était médias européens de Daech."
Président : "c'était du prosélytisme?"
Elle sourit. "Oui, clairement".
Président : "vous avez vu des vidéos d'exactions?"
Jennifer Clain : "tout ce qu'il s'est passé là-bas, j'ai vu. J'ai vu pratiquement toutes les vidéos que Daech a sorti."
- c'était des projections organisées?
- il y avait des écrans géants en plein centre ville de Raqqa.
Jennifer Clain : "il y avait aussi des exactions en plein milieu de la rue. Mais moi je n'y ai jamais assisté. Ceux qui ne voulaient pas voir ne venaient pas. Mais la majeure partie des gens qui étaient là-bas approuvaient. En tous cas au début. Et mes oncles approuvaient aussi."
Jennifer Clain : "sincèrement, tout le temps que j'ai passé à Daech, j'ai toujours cru que les médias avaient grossi ça [leur participation dans la préparation des attentats du #13Novembre 2015] et qu'ils n'avaient rien à voir là-dedans."
Jennifer Clain marque un temps d'arrêt puis explique : "je me suis fâchée avec mes oncles parce qu'ils m'ont menti sur un sujet grave. Ils ont fait arrêter par Daech des personnes que je connaissais parce qu'ils pensaient que ces personnes pouvaient se rebeller."
Jennifer Clain : "vers 2017, les étrangers se sont divisés en deux groupes. Beaucoup de personnes, dont moi, avaient vu que Daech n'était pas ce qu'ils prétendaient être. J'étais opposé à mes oncles sur ce sujet. Et je leur ai caché que j'allais partir de Daech."
Jennifer Clain : "le problème c'était pas les attentats ou quoi mais c'était que les dirigeants faisaient beaucoup de choses dans leur intérêt personnel plutôt que pour Dieu."
Président : "la corruption, quoi."
- voilà.
Président : "vous avez encore des contacts là-bas?"
Jennifer Clain : "avec ma soeur qui est dans un camp et la femme de Fabien aussi. J'ai reçu une lettre."
Président : "vous avez d'autres proches là-bas?"
Jennifer Clain : "J'ai mon mari qui est en Irak, dans une prison".
Quand je suis sortie de Daech, on était une vingtaine. Tous les hommes ont été arrêtés par les Kurdes donc ils sont emprisonnés là-bas."
Président : pourquoi vous avez voulu quitter Daech?
Jennifer Clain : dès le début, il y avait des choses qui m'avaient gênées. Mais c'est difficile de reconnaître qu'on a tout quitté et qu'on s'est trompé.
- c'était par rapport aux exactions?
- ça là bas, ça ne me gênait pas.
Président : "et incendier un pilote dans une cage?"
Jennifer Clain : "à l'époque, ça me semblait tout à fait normal. IL avait envoyé des bombes incendiaires qui faisaient exactement la même chose.
- C'est à l'imparfait.
- pratiquement tout est à l'imparfait concernant Daech.
Jennifer Clain : "chez Daech, je ne pensais plus par moi-même en fait. C'était seulement le groupe. Et puis je commençais à remettre en doute, c'était dangereux pour ma vie. Franchement, ça ressemble énormément au régime nazi. Même si à l'époque, je ne le voyais pas comme ça."

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with Charlotte Piret

Charlotte Piret Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @ChPiret

May 19
Bonjour à tous,

124e jour d'audience au procès des attentats du #13Novembre 2015.
Et suite des témoignages de parties civiles avec 18 auditions prévues aujourd'hui de survivants du Bataclan et proches de victimes décédées.

LT à suivre ici.
Hier, la cour a notamment entendu Karena, qui doit sa survie à un placard technique du Bataclan.
Le compte-rendu, illustré par @ValPSQR est à retrouver ici > franceinter.fr/justice/proces…
L'audience reprend.

A noter que depuis le début des témoignages de parties civiles, l'ensemble des accusés est présent dans le box.
Pour rappel, Osama Krayem a refusé d'assister à la majorité de l'audience.
Read 123 tweets
May 18
Bonjour à tous,

Les témoignages de victimes se poursuivent au procès des attentats du #13Novembre 2015.
Hier, la cour a notamment entendu les membres du groupe Eagles of Death Metal, au Bataclan ce soir-là.
Le compte-rendu est à retrouver ici > franceinter.fr/justice/proces…
Aujourd'hui, 17 victimes du Bataclan sont attendues à la barre.

LT à suivre ici.

Tous les accusés étant dans le box (comme hier), l'audience peut débuter immédiatement.
Vanessa, 33 ans, s'avance à la barre. "Je travaille dans une agence de communication, comme j'ai l'impression la moitié de Paris. Je suis une femme assez banale. Sauf pour cette phrase que je dis souvent : "j'étais au Bataclan le #13Novembre 2015".
Read 135 tweets
May 17
Bonjour à tous,

Après une semaine de suspension pour cause de contamination au Covid d'un des accusés, le procès des attentats du #13Novembre reprend pour la 33e semaine et 122e jour d'audience.
Toute cette semaine, la cour va entendre les derniers témoignages de victimes, dont aujourd'hui, les membres du groupe Eagles of Death Metal qui ont souhaité s'exprimer à ce procès.

LT à suivre ici.
Retrouvez @sophparm à l'antenne de @franceinter
Le chanteur des Eagles of Death Metal, Jesse Hughes, doit être entendu très prochainement.
Mais avant cela, Ilyad, qui était à la Bonne bière le #13Novembre s'est avancé à la barre.
Il explique avoir pris une balle dans la jambe.
Read 160 tweets
May 6
INFO - Le Covid s'invite à nouveau au procès des attentats du #13Novembre 2015.

L'un des accusés, symptomatique depuis hier, a été testé positif ce matin.
L'audience risque donc d'accuser un nouveau report de 5 à 7 jours, selon le protocole en vigueur.
Les accusés, à l'exception de Farid Kharkhach sont arrivés dans le box.
L'audience s'apprête donc à reprendre...pour quelques minutes du moins. Le temps pour le président d'annoncer le report de l'audience. Audience qui a déjà accusé quatre semaines de retard pour cause de Covid.
Et sinon, nous sommes le 121e jour d'audience, fin de la 32e semaine.
Le compte-rendu de l'audience d'hier avec plusieurs victimes des terrasses, par @sophparm est à retrouver ici>
franceinter.fr/justice/proces…
Read 11 tweets
May 4
Bonjour à tous,

C'est aujourd'hui le 119e jour d'audience et le début de dix jours de nouvelles auditions de parties civiles. Aujourd'hui, la cour doit ainsi entendre des survivants du Stade de France et des terrasses.
90 victimes sont attendues dans les dix prochains jours.
Le LT sera à suivre ici.
Et @sophparm assurera les compte-rendu d'audience pour l'antenne de @franceinter

Et si vous voulez retrouver le récit de la journée d'hier avec Marc Trévidic et Nicolas Hénin, c'est par ici > franceinter.fr/justice/proces…
L'audience débute. Avant les premières auditions de parties civiles, "nous avons des conclusions" indique le président avant de donner la parole à un avocat, Me Louis Mary.
"Je vous demande de faire entendre Manuel Valls et Jean-Yves Le Drian"
Read 123 tweets
May 2
Bonjour à tous,

Reprise du procès des attentats du #13Novembre 2015 (et oui, c'est toujours en cours) après une semaine de suspension.
117e jour d'audience et dernière ligne droite de cette audience fleuve puisqu'on reprend avec les dernières auditions (témoins et victimes).
Aujourd'hui, trois témoins sont attendus à la barre : le sociologue Bernard Rougier, l'écrivain Mohamed Sifaoui et l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic.

D'autres témoins sont attendus demain avant une nouvelle session d'audition de 90 victimes à partir de mercredi.
Le LT sera à suivre ici.
Et retrouvez @sophparm à l'antenne de @franceinter

A tout à l'heure.
Read 103 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Don't want to be a Premium member but still want to support us?

Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal

Or Donate anonymously using crypto!

Ethereum

0xfe58350B80634f60Fa6Dc149a72b4DFbc17D341E copy

Bitcoin

3ATGMxNzCUFzxpMCHL5sWSt4DVtS8UqXpi copy

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!

:(