, 29 tweets, 11 min read
[#VeilleESR #Archive] Rapport des Etats Généraux de
la recherche - 2004.

« La sagesse politique voudrait que les conclusions du document soient prises en compte par le gouvernement ». Et elles le furent, mais...

Allez, je te raconte l'histoire ⬇️
ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/ra…
En 2003, le monde de l'ESR est secoué par des difficultés budgétaires, l'achèvement relatif de l'augmentation du nombre d'étudiants et la pression du processus de Bologne qui parle un peu trop d'« économie de la connaissance » pour être honnête.

fr.wikipedia.org/wiki/Processus…
Ces inquiétudes se concentrent dans un « projet de loi sur l'autonomie des établissement d'enseignement supérieur », qui fleurent bon la LRU avant la LRU.

amue.fr/fileadmin/amue…
En effet, les dispositions prévues initialement dans la loi de 2003 font rêve : regroupement, découplement recherche/enseignement, précarisation, asservissement aux entreprises, diversification des financements, y compris par les frais d'inscription...

fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_pr…
Trop vite, trop fort... Face à la levée de bouclier de la communauté, F. Fillon fit retirer le volet « autonomie » de la loi...

vie-publique.fr/politiques-pub…
Mais ce n'était que reculer pour mieux sauter, et la loi de
2006 reprit l’essentiel des dispositions du projet de loi d’orientation et de programmation pour la recherche et l’innovation de 2003.

vie-publique.fr/politiques-pub…
C'est entre ces lois de 2003 et de 2006 que s'organisèrent les Etats Généraux de la Recherche (EGR), visant à « poser les bases d'un nouveau pacte entre le monde de la recherche et la société française ».

La suite montrera que l'enjeu était énorme.
EGR prend sa source dans l'appel "Sauvons la Recherche !" (SLR), lancé le 7 janvier 2004 par 150 responsables, et visant à lancer un grand débat national.

Le ministère contre-attaqua (en vain ?) avec des « Assises de la Recherche », dont le nom restera comme un cicatrice.
Auto-organisés en comités locaux, les chercheurs se mirent au boulot pour faire des propositions... Et cela donne un rapport vraiment très sensé : les propositions sont raisonnables, chiffrées, et on y perçoit un soucis du bien commun de la société rafraîchissant.
Las... Comme on le sait déjà, les propositions ne furent globalement pas suivies par les gouvernements, que « la sagesse politique » ne semble pas étouffer.

Mais la façon dont elles furent détournées, avec le recul, me semble tout à fait pertinente à observer.
Sur le front des propositions suivies par les gouvernements (les alternances n'ont pas altérer le mouvement), et pas des moindres :

La création des PRES (Pôles de recherche et d’enseignement supérieur), mis en place avant d'être remplacés par les COMUEs en 2013.
Ou encore la création d'institutions indépendantes du ministère : HCS pour piloter, CEOR pour évaluer et CoFiPS pour financer les opérateurs.
Elles ressemblent fort au couple ANR/HCERES (ex-AERES) que nous connaissons aujourd'hui.
Sur le front des propositions proprement ignorées, on retrouve pourtant des choses très simples, et qui ont un écho particulier aujourd'hui.

Par exemple, les Etats Généraux de la Recherche étaient #NoFakeScience « before it was cool » (c'était il y a 15 ans).
Encore plus frappant : le Crédit d'Impôt Recherche.
Les opportunités étaient parfaitement saisies, ainsi que leurs conditions de réalisation.

Las, V. Pécresse le réforma en 2007, mais pour le transformer en une vulgaire niche fiscale.
Dommage...
Ce qui est frappant avec ces deux exemples ignorés est qu'ils ne demandaient rien d'autre que du courage politique, ou au moins un soucis du bien commun.

Ce qui est frappant avec les deux exemples récupérés est qu'ils étaient compatibles avec les plans politiques déjà écrits.
En effet, les PRES étaient compatibles avec les PUP, proposés dans « Pour un modèle européen d’enseignement supérieur » (Attali 1998).

Mais si les PRES étaient pensés pour améliorer la coordination du tissus locale, les PUP visaient à le fragmenter.
media.education.gouv.fr/file/94/9/5949…
De même, la création d'agences et d'appels à projet est compatible avec le « gouvernement à distance » en plein essor à cette époque.

Pensés par les EGR pour redonner de l'indépendance à la recherche, ils ont au contraire renforcé le pouvoir central.

halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-0013003…
Ainsi le financement par projet était pensé seulement en complément d'une dotation de base suffisante, et pour « augmenter la réactivité ».

Il sert aujourd'hui à mettre en concurrence les chercheurs pour obtenir les moyens de base pour travailler.
In fine, c'est comme si les gouvernements, dans un élan de cynisme sidérant, avaient utilisé ce rapport non pas pour fixer une direction, mais pour piocher des éléments de langage permettant de rendre acceptables leurs propres plans aux yeux des chercheurs.
Cette hypothèse me parait se confirmer lorsqu'on regarder la partie « Comment réformer ? » du rapport.

Alors que les réformes successives peuvent avoir l'apparence de la 3ème voie (réformer vers le haut), tout porte à croire que leur objectif est celui de la 2ème (sauver 10%).
En tous cas, cette deuxième voie semble compatible avec bien des actions (IDEX, EUR...) et discours (« Bois mort ») contemporains.

Quoi qu'il en soit, il est certain que la direction du globale proposée par les Etats Généraux de la Recherche est parfaitement orthogonale à la direction qu'à pris notre système d'ESR depuis 15 ans.

Il faudrait en tirer quelques conclusions.
La première me parait à écarter : les EGR aurait été naïfs, ou aurait manqué de connaissances managériales, et auraient ainsi prêté le flanc au détournement.

Il faut donc recommencer, mais en mieux, en plus avisé.

J'en doute. Tout texte peut être ainsi détourné sans difficulté.
La seconde est plus sérieuse : il ne suffit pas d'exprimer, il faut contrôler.

Aussi sensé soit le texte, exercer un rapport de force permanent pour vérifier que les dirigeants ne s'écartent pas de trop des volontés des dirigés est indispensable.
C'est le prix de la démocratie.
La troisième est inquiétante : si les dirigeants peuvent à ce point détourner les volontés, sensées et raisonnables, des dirigés... Alors nous ne sommes plus en démocratie.

Le dialogue est, et doit, être rompu, et ce jusqu'à une preuve de retour à une démocratie raisonnable.
Dans cette troisième perspective, il serait urgent que les gouvernements renouent un lien de confiance avec la communauté universitaire.

Ça ne sera pas facile... D'autant que je n'en vois aucune volonté.
Mais ça me parait indispensable.
Car s'il est facile pour les dirigeants d'être sourds aux dirigés, le contraire est tout autant vrai.

Or, les grandes transformations que opérons à l'heure actuelle sont vouées à l'échec sans le concours de ceux qui doivent les mettre en œuvre.
Peut-être est-ce là le grand enjeu de l'ESR pour les prochaines années : arriver à effacer la trahison de 2004, renouer la confiance, et repartir -ensemble- dans une direction communément acceptée.

Mais ne faisons-nous pas tout le contraire ?

Et pour finir : Je n'y étais pas. J'ai reconstruit cette histoire à partir des rapports et des écrits. Il est donc tout à fait possible que je fasse complètement fausse route.

C'est pourquoi, si un ancien passait par là, pour donner son témoignage ou son avis...
Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh.

Enjoying this thread?

Keep Current with Julien Gossa

Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Follow Us on Twitter!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3.00/month or $30.00/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!