Sylvie, 24 ans chez Michelin, parcours exemplaire, cadre dirigeante. Elle est aidée par l'entreprise : formation sur mesure, et coaching personnalisé pour l’aider à briser le plafond de verre. Mais il a suffit d'un abruti.
UN PETIT FIL
1/13
Sylvie : "Tout a dérapé avec l’arrivée d’un nouveau supérieur hiérarchique. On nous avait prévenus qu’il était tordu. Dès la première réunion, il m’a attaquée en disant qu’il ne comprenait pas la valeur de mon poste dans l’équipe." 2/13
D’attaques répétées en humiliations, « le cauchemar a commencé. Il a réussi à me faire douter de mes compétences et j’ai développé un sentiment d’imposture. J’avais honte d’en parler. ». D’autres femmes accusées de manquer de vision stratégique sont dans le collimateur. 3/13
Sylvie : « En mars 2020, avec le confinement et le télétravail, le cauchemar a été décuplé. Je n’avais plus de relation qu’avec mon supérieur. C’était très violent. »
C’est finalement son mari qui l’a envoyée chez le médecin. 4/13
Sylvie ne voulait pas d’arrêt de travail, mais son généraliste, qui n’a pas compris comment elle tenait encore debout avec 8 de tension, a rapidement posé le diagnostic : un burn-out sévère lié à un harcèlement moral. 5/13
Christophe Haag, professeur à l’Ecole de management de Lyon estime que Sylvie a eu affaire à un « manageur toxique avec une faible intelligence émotionnelle. (…) Cela peut entraîner chez les victimes des troubles psychosomatiques très importants et des dépressions graves." 6/13
Christophe Haag : "Je vois régulièrement des cadres qui sont devenus des zombies médicamentés et désocialisés. C’est un reflet de la société actuelle avec des manageurs sous pression qui baignent dans un contexte émotionnel négatif ». 7/13
Michelin n’a pas réagi à la médecine du travail, qui avait diagnostiqué la maltraitance. Pas plus qu’à l’enquête annuelle « Avancer ensemble » dans laquelle, à l’unanimité, son chef a été crédité d’un zéro pointé pour ce qui est de la confiance qu’il fallait lui accorder. 8/13
Le 12 avril, Florent Menegaux, PDG de Michelin, a posté un message vidéo : « Des comportements contestables ont persisté sans être signalés ni par les victimes ni par les collègues qui en étaient informés. Tout indique que la peur a permis à des situations de perdurer. » 9/13
Florent Menegaux : « Je le dis avec fermeté : le harcèlement n’a pas sa place chez Michelin et il doit être combattu partout dans l’entreprise. Aucun cas ne sera toléré ni laissé impuni. » 10/13
Selon Jean-Claude Pats, directeur du service du personnel, la ligne téléphonique consacrée au signalement de harcèlement, « a fait remonter en 2020, 157 cas de management toxique ». Après enquête, cela peut déboucher sur trois types de décision. 11/13
Lettre d’avertissement ; retrait des responsabilités managériales ; demander à la personne de quitter l’entreprise.
La « neutralisation » s’est traduite en 2020, selon Jean-Claude Pats, par le départ de 25 cadres dans le monde, dont 11 en France. 12/13
Après un an d’arrêt de travail, « je vais revenir dans un petit placard avec un environnement bienveillant », annonce Sylvie. C’est la première fois qu’elle arrive à parler du harcèlement qu’elle a subi sans pleurer.
13/13
Source : lemonde.fr/emploi/article…

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with Gilles Raveaud

Gilles Raveaud Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @RaveaudGilles

28 Apr
La question de la tribune des "généraux" renvoie à un problème : la persistance des titres de professions. On ne devrait pas dire "général à la retraite", mais militaire retraité.
Même chose avec les "Polytechniciens" : on l'est pendant ses études, et c'est tout !
UN FIL. 1/10
Je suis concerné en tant que "normalien". Ce titre, souvent apposé sur les livres, est ridicule : on est normalien pendant 4 ans, et après c'est fini.
Ce point n'est pas anecdotique : quand j'ai vu la tribune en question, j'ai cru qu'il s'agissait de vrais généraux. 2/10
C'est-à-dire des gens qui commandent, qui ordonnent, qui ont du pouvoir, qui peuvent dire à d'autres personnes, armées !, ce qu'elles doivent faire. Ce n'est pas rien, un général, un vrai je veux dire. 3/10
Read 10 tweets
11 Mar
Bonjour,
Ma vie s'effondre. J'ai 47 ans. Je suis célibataire depuis des années. J'ai travaillé très dur pour proposer des solutions aux problèmes économiques de mon pays. Je les ai exposées, de manière claire et honnête, dans mon dernier livre, quj a été un échec. 1/
Je n'ai été invité nulle part pour en parler. Ni dans des séminaires universitaires, ni dans des partis, des syndicats, ou des ONG. Mes rares lecteurs passent leur temps à souligner leurs désaccords, plutôt que de reconnaître ma contribution à la réflexion collective. 2/
Je ne suis candidat à rien, je n'ai rien à vendre. Si ça ne tenait qu'à moi, je mettrais le PDF du livre en ligne, comme je l'ai déjà fait pour un de mes livres. Je voudrais juste vivre dans un pays où chacun ait une chance raisonnable de vivre décemment. 3/
Read 19 tweets
25 Feb
Pas mal de messages sortent sur les injustices commises à l'encontre d'économistes par d'autres économistes. Alors j'y vais de la mienne.
Dans notre très bizarre système français, avoir soutenu sa thèse ne suffit pas pour candidater à un poste. 1/13
Il faut, après s'être bien fait chier à rédiger sa thèse, être "qualifié" par le Conseil national des universités. Pourquoi ? Parce que le pouvoir central français se méfie des facs, comme il se méfie de tout. Si vous n'êtes pas qualifié, votre thèse ne vaut rien. Rien. 2/13
Et donc votre avenir est décidé par quelques personnes, que vous ne connaissez pas, et qui vont juger vos travaux : thèse, plus publications durant vos années de thèse. Car écrire la thèse ne suffit pas, non non non. 3/13
Read 13 tweets
12 Feb
Moment incroyable mercredi dernier. Une de mes étudiantes en Master d'études européennes, Mathilda Caron, a invité Dani Rodrik, prof à Harvard dont mes étudiants entendent booooocoup parler, à intervenir dans mon cours. Et, to my amazement, Dani Rodrik a dit oui. 1/6
Cela a duré 30 mn, on avait bien préparé, il y a eu des questions sur les États-Unis, l'Union Européenne, l'Inde, la Chine, la Turquie, la science économique. Dani Rodrik a été précis, honnête dans ses réponses, méticuleux dans ses raisonnements comme le sont les grands. 2/6
Je suis fan de ses travaux car son analyse de la mondialisation est, à ma connaissance, la meilleure disponible actuellement : avec les outils standard, et en multipliant les travaux empiriques, originaux, et approfondis, Rodrik analyse la mondialisation telle qu'elle est. 3/6
Read 6 tweets
14 Jan
J'ai de gros problèmes avec les personnes refusant de se faire vacciner. Ces personnes, en prolongeant inutilement la présence du Covid dans le pays, entraînent de multiples restrictions. Elles réduisent ma liberté. 1/25
Je comprends qu'on ait des craintes, des incompréhensions, des doutes. Ceci dit, si vous fumez, si vous buvez du vin non bio, si vous mangez de la nourriture non bio, vous ingurgitez des quantités de saloperies. On peut dire : raison de plus pour ne pas en rajouter. Certes. 2/25
Mais on peut dire aussi : pourquoi est-ce que, subitement, LE problème dans votre vie, ce sont les effets secondaires é-ven-tu-els du vaccin ? Et pas les effets néfastes, certains, de la nicotine, du gras, du sucre, qui abîment votre santé chaque jour ? 3/25
Read 25 tweets
9 Jan
Il est cocasse de voir Jean Quatremer expliquer, mal, ce que les critiques de l'euro, Stiglitz par exemple, disent depuis 20 ans. Par contre, Frédéric Farah développe un point essentiel, et qui reste très méconnu.
UN FIL ! 1/25
Avant l'euro, il y avait des monnaies nationales, notamment le Deutschemark et le Franc Français. L'Allemagne exportait plus qu'elle n'importait : elle avait un excédent commercial. La France, c'était l'inverse : elle avait un déficit commercial. 2/25
Prenons le cas de Renault, qui achetait une machine-outil allemande pour fabriquer la R18 de mon papa. Le commerce international a une spécificité qui change tout : il implique des monnaies de pays différents. 3/25
Read 26 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!