Un Monde Riant Profile picture
Ⓐ Objectifs : égalité, justice sociale, promotion des sciences Ⓐ Outils : dessin, vidéo, scepticisme méthodique, humour, blocage des pourvoyeurs de haine Ⓐ
G R U t . Profile picture 1 added to My Authors
1 Jul 20
Ce thread extrêmement courageux nous montre plusieurs choses que l'on connaissait déjà concernant l'adhésion aux idées d'extrême-droite ⬇️
1 - On peut y rentrer par bien des portes : défiance "anti-système" mal comprise, attirance pour un charisme personnel, humour, besoin de se sortir d'un quotidien peu engageant, etc. Bref des choses qui ne sont pas en lien direct avec les thèmes centraux de l'extrême-droite.
2 - L'exposition répétée à des propos et idéologies favorise leur acceptation, et finalement leur assimilation. C'est la même façon de faire que la publicité, et si on a des bloqueurs de pub pour contrer ça, c'est pas juste parce qu'on est "pas d'accord avec".
Pensez-y.
Read 13 tweets
28 Jun 20
Hier, un vidéaste d'extrême-droite a posté une vidéo sur les violences racistes aux USA qui a buzzé. Depuis, ses followers se frappent sur le torse en appelant au débat et à la contre-argumentation du contenu de la vidéo.
Voici vos raisons de refuser :
D'une façon générale, les vidéastes faf français copient dans les grandes largeurs l'alt-right américaine en ligne : la vidéo d'hier reprend les mêmes poncifs qu'on peut déjà voir chez Shapiro ou Sargon, mais avec quelques années de retard.
La fachosphère sur Youtube, c'est un peu le Gad Elmaleh du commentaire politique : tu copies plus ou moins ouvertement les thèmes et le vocabulaire des US et boum, tu te retrouves avec une communauté. C'est facile, ça nécessite pas de travail, ni de recherche.
Read 6 tweets
19 Jun 20
Petite analyse d'une réplique bien pourrave qu'on lit souvent à la droite de la droite quand on les kick ou les bloque pour propos racistes : "bravo la tolérance de la gauche qui bloque quand on partage pas vos idées !"
Pourquoi c'est de la merde ? ⬇️
Y'a 3 niveaux, qu'on va décortiquer un par un (sans ordre particulier) :
1 - il n'est pas question de "pas être d'accord" mais de refuser des idées précises
2 - on n'a pas à tolérer toutes les idées
3 - ne pas vouloir échanger ne veut pas dire qu'on n'est pas capable de le faire.
1 - Le twist principal, c'est bien sûr le relativisme qui consiste à reprocher une position "de désaccord par principe" alors qu'il s'agit de refuser une position "pour ce qu'elle est". Ça évite de parler du fond de la position en question, et c'est pratique pour eux.
Read 16 tweets
4 Jun 20
Quand une parole ou une action dénonce un système de domination et que vous répondez #NotAll x, y ou z, vous déviez la critique de ce système en prétendant que certains membres qui bénéficient pourtant des avantages de ce système n'en feraient pas partie.
Déjà, ça ne remet pas en cause ce système, vous faites ici une diversion.
Si vous êtes vous-même ce x, y ou z ("non mais moi j'ai jamais..."), cette diversion est à votre bénéfice personnel. Du coup, vous en faites bel et bien partie, puisque la critique initiale est affaiblie.
Car votre #NotAll, ça suppose que seuls les "vrais actifs" formeraient ce système. En réalité, ceux qui en bénéficient passivement et/ou ceux qui ne disent jamais rien en font partie aussi. Alors ceux qui en freinent la critique, vous pensez bien...
Read 7 tweets
2 Jun 20
Bien, et si on parlait un peu mécanique du discours, de récupération et de diversion ? ⬇️
Pour contrer (au moins sur Twitter) la publicité du rassemblement #JusticePourAdama au tribunal de Paris #portedeclichy, l'extrême-droite a fait remonter l'histoire de Marin, ce jeune homme tabassé "par une racaille" à Lyon en 2016 pour avoir défendu un couple qui s'embrassait.
La mécanique est bien huilée mais encore faut-il la connaitre : le but est évidemment de diluer les manifestations antiracistes et contre les violences policières (accentuées par les événements aux USA, sur le même thème). Mais elle ne se présente pas comme ça.
Read 13 tweets
28 May 20
Je vois souvent des gens dégainer la carte sophisme n'importe comment lors de discussions. Certains pensent même que ça les envoie au pinacle du scepticisme bien appliqué et que HAHA ZÉTÉTIQUE POWA MA COUILLE.

Alors : non. Voici quelques correctifs : ⬇️
Ne pas généraliser une anecdote personnelle ne veut pas dire refuser de prendre en compte un témoignage, à plus forte raison lorsqu'il est question de ressenti et que la personne ne prétend pas tirer des conclusions excessives de son expérience.
"J'ai vécu X" est toujours valide.
Exemple : "dans mon quartier de banlieue, mes potes racisés se font contrôler plusieurs fois par mois alors même que les flics les connaissent très bien".
Cette affirmation ne débouche pas sur une conclusion excessive, qui pourra cependant exister si les cas s'empilent.
Read 16 tweets
26 May 20
#Raoult sur LCI face à Pujadas : "je commence la plupart du temps par dire je ne sais pas".
Alors quand on sait pas, on ferme sa gueule, on extrapole pas des conclusions sur des études mal faites et on présage pas des trucs improbables sur la base de son doigt mouillé.
Quand l'enfer scientifique rencontre l'enfer journalistique, le tout en direct sur l'enfer télévisuel.
J'en suis à moins de 10 min dans l'interview, il a déjà sorti plusieurs fois "peu importe" quand Pujadas le met face à ses contradictions et ses erreurs, entre autres baragouinages pour tenter de les balayer.
Read 20 tweets
16 May 20
Je vois passer à intervalles relativement réguliers des gens qu'on peut sans trop de mal qualifier d'opposés à l'extrême-droite, mais qui partagent malgré tout des documents d'extrême-droite, en vue de les critiquer, les dénoncer, les moquer. Thread critique (et long) ⬇️
Tout d'abord, quand vous partagez un document, et je m'adresse ici surtout aux sceptiques chez qui c'est un travers récurrent, vous ne partagez pas seulement l'information qu'il contient, vous faites aussi deux autres choses : vous le légitimez, et vous vous situez.
1 - Vous le légitimez : vous actez le fait que cette publication a sa place chez vous quel que soit le but derrière son partage : approuver, critiquer, moquer, etc.
La question que vous devriez vous poser est : ce partage est-il plus ou moins important que l'action que j'opère ?
Read 29 tweets
5 Apr 20
2020, petit tour d'horizon de l'étiquetage idéologique en vigueur :

- climato-réaliste -> climato-négationiste
- race realist -> raciste
- gender critical -> transphobe
- pro-vie -> anti-avortement
- universaliste -> ethnocentré
- laïque républicain (ensemble) -> islamophobe
- pro-choix vaccinal -> antivaxx
- politiquement incorrect -> conservateur
- chercheur de vérité -> conspirationniste
- apolitique -> de droite
- anticommunautariste -> xénophobe
- français de souche -> suprémaciste blanc
- j'en oublie plein
Attention, toutes les personnes critiquant par exemple la politique vaccinale, le genre ou l'islam ne sont pas nécessairement rattachées aux antivaxx, aux transphobes ou aux islamophobes (respectivement), je parle bien des gens qui s'étiquettent de cette façon.
Read 8 tweets
16 Mar 20
Bon, et si au lieu de nous gargariser entre nous d'être bien moins cons que les gens qui font la fête collés-serrés dehors on essayait de comprendre sans invoquer des concepts inexistants comme "la connerie humaine", "le déclin moderne" et autre bullshit tiré du chapeau ?
#thread
On a une communication qui est gérée par le gouvernement, émane d'autorités de santé, est relayée par la presse, évidemment que ça appelle à la "résistance", c'est le leitmotiv principal de teeellement de monde depuis euh... Des années ?
Sans compter que les membres du gouvernement se contredisent entre eux à une demi-journée d'intervalle, ce qui n'appelle pas du tout à la confiance non plus.
Read 16 tweets
24 Jan 20
"Si la France c'est cela, essayez la dictature et vous verrez !"
#Macron
Vous avez plébiscité le changement d'image pour coller à cette rhétorique de mauvaise qualité de la part du président.

Mais alors, pourquoi elle-t-elle de mauvaise qualité ?
Déjà, entendons-nous : je ne pense pas que la France soit une dictature. Il y en a des éléments (police violente, gouvernement sourd à la contestation, journalistes et manifestants inquiétés par la justice, etc), mais pas assez pour qu'on puisse parler de dictature.
Read 14 tweets
12 Jan 20
Bien, revenons sur ce pet cérébral et expliquons pourquoi ce type d'argument ("vous existez uniquement pour vous plaindre, c'est votre moteur, sans ça vous n'êtes rien"), c'est de la merde.
On passera sur tout le vocabulaire qu'on retrouve utilisé de la même façon par l'extrême-droite ("PNJ", "chevalier blanc", "votre manière d'exister"), etc, parce que c'est pas ce qui nous occupe ici. Mais ça nécessiterait un thread à part.
La raison n°1 pour laquelle c'est un argument de merde, c'est que littéralement n'importe qui peut l'utiliser. Vous faites remarquer à un antivaxx qu'il raconte de la merde ? Il peut ressortir mot pour mot la même litanie. Un platiste ? Same shit.
Read 17 tweets