[L'argent magique : interdit au peuple, à foison pour la caste financiarisée]

Il ne se passe pas un jour sans que ceux qui nous gouvernent et les économistes qui les conseillent, nous expliquent à quel point il est important de rembourser la dette publique.

Thread à dérouler.
Hier encore, le gouverneur de la Banque de France, ancien PDG de Cetelem, la branche usurière de BNP, devenu ensuite numéro 2 de la BNP, nous martelait que la dette publique française détenue par la BCE ne sera pas annulée.
Plutôt dans la semaine, @BrunoLeMaire était invité sur @franceinter pour réitérer son allégeance envers les créanciers, en promettant de rembourser la dette (par la croissance 🤭), et de mettre en place les réformes qui plaisent à la caste financiarisée, comme celle des retraites
Avant d'exposer les incohérences ou les manipulations de ces gouvernants, soyons précis sur une chose : une dette est un contrat qui engage l'emprunteur, qui se promet de rembourser le créancier.
Plus généralement, l'économie repose sur la confiance. Les économies fortes sont celles où les engagements sont tenus, et où la parole donnée vaut autant que l'or.
Tous les jours, des millions d'engagements sont tenus, en particulier ceux liés aux paiements et aux dettes.
Que serait une économie sans respect des contrats et des engagements ? Si l'économie européenne et l'euro sont forts, c'est grâce à une législation forte autour du respect des contrats. Les engagements sont tenus, ce qui favorise le commerce et l'investissement.
C'est tellement une évidence, que la plupart de nous l'oublie. Il suffit d'aller faire du business dans des régions moins structurées pour se rendre compte pourquoi leurs économies et leurs monnaies sont faibles.
La puissance de la monnaie est que justement elle concentre sur elle la confiance, la somme des engagements tenus.
C'est pour cela que la monnaie ne repose plus sur l'or dans les pays dits développés : la confiance a remplacé l'or, car la confiance vaut plus que l'or !
Cela étant dit, il serait désastreux pour l’économie européenne de ne pas rembourser la dette publique quand elle engage l'État, donc nous tous, envers un créancier. Même si la dette est illégitime, comme expliqué hier dans ce thread.
C'est à nous dans ce cas de changer les règles et de permettre un financement à taux nul par la BCE, voire même sous forme de subvention, comme le suggère certains économistes. #MMT
En attendant, même le rapporteur général du budget avoue ne pas connaître qui sont nos créanciers. Ce manque de transparence est révélateur d'une finance qui avance masquée.
Donc si la dette n'est pas remboursée, nous risquons de faire deux erreurs fatales :
1/ léser des épargnants privés (même s'ils sont minoritaires)
2/ casser la confiance qui est à la fois le moteur de notre économie et garante de notre monnaie
Reste à évoquer la dette publique détenue par la #BCE.

Comme je l'explique souvent, pour sauver un système financier à l'agonie, la BCE a décidé depuis une dizaine d'années de racheter les dettes d'États détenues par les banques privées et des agents financiers privés.
La #BCE pratique cette politique en créant de la monnaie à partir de ses ordinateurs, puis rachète les dettes détenues par les banques et les agents financiers avec cet argent frais. Donc ces derniers sont délestés de leurs contrats avec l'État, la BCE prenant leur place.
La #BCE, via la Banque de France, détient 20% de la dette publique française. Ces contrats n'engagent que la BCE et l'État. Et personne d'autre. Donc si ces contrats sont annulés, théoriquement personne n'est lésé !
Surtout, que l'euro est un bien public.
Si la #BCE ne veut pas annuler cette dette, c'est purement pour des raisons politiques, d'une part pour pouvoir continuer à mettre la pression sur le gouvernement pour qu'il suive une politique budgétaire austère, d'autre part pour avoir un contrôle sur sa politique économique.
En effet, la #BCE et la Banque de France, bien qu'étant des établissements publics dans leurs statuts, sont aux mains du lobby bancaire et financier.
Le gouverneur de la Banque de France, ex numéro 2 de la BNP, exige du gouvernement des politiques de "maîtrise des dépenses"...
Il faut comprendre derrière les mots techniques de ce fonctionnaire (le plus payé de France 😏), que l'État doit augmenter les impôts et les taxes, et réduire la dépense publique. Il ne manque pas de culot en cette période où l'hôpital est en manque de moyens.
Mais pourquoi alors insiste-t-il pour que l'État augmente les impôts et rembourse les dettes détenues par la BCE ?

Quand les agents économiques payent des impôts et que la dette publique est remboursée, la monnaie devient plus rare, et donc sa valeur se maintient.
En somme, pour le dire autrement, la dette ne doit pas être en "open bar" pour le peuple, car sinon la monnaie risque de perdre de sa valeur. C'est ce qu'il dit en substance sur @franceinter hier : "Nous ne pouvons pas tout nous offrir, tout le temps".
Dans l'esprit de la caste financiarisée, la monnaie doit rester rare pour les gens ordinaires afin qu'ils trouvent la motivation nécessaire pour l'acquérir par le travail, et non par la dette.
Ainsi, la création monétaire de la #BCE qui a servi à racheter la dette publique ne doit surtout pas être annulée, pour que le peuple travaille à son remboursement.
Par contre, la #BCE crée et injecte des centaines de milliards d'€ dans le circuit financier pour sauver les banques et les agents financiers.
Cet argent est investi ensuite dans les actions et l'immobilier, créant des bulles qui enrichissent encore plus la caste financiarisée.
Si on comprend bien la logique de tous ces gens qui nous gouvernent, dont les banquiers centraux non élus par le peuple, la création monétaire au service du peuple "c'est pas bien", mais pour les banques, et les possédants "c'est open bar".
Ce que nous vivons est le comble de l'iniquité. Les gens ordinaires même s'ils n'arrivent pas à comprendre tous les rouages, le ressentent. En aggravant les inégalités, nous mettons en danger la société en proie aux frustrations.
Il est urgent de le comprendre, puis d'agir !

• • •

Missing some Tweet in this thread? You can try to force a refresh
 

Keep Current with Anice Lajnef

Anice Lajnef Profile picture

Stay in touch and get notified when new unrolls are available from this author!

Read all threads

This Thread may be Removed Anytime!

PDF

Twitter may remove this content at anytime! Save it as PDF for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video
  1. Follow @ThreadReaderApp to mention us!

  2. From a Twitter thread mention us with a keyword "unroll"
@threadreaderapp unroll

Practice here first or read more on our help page!

More from @AniceLajnef

Jan 29
Thread

L'importance que certains donnent aux milliardaires est juste caractéristique de notre monde moderne.
Dans un monde où le matérialisme est roi, où la spiritualité est niée, il en résulte que la société prend pour modèle non pas les hommes valeureux, ni les grands penseurs, mais les hommes qui ont le plus accumulés de matières (leurs actifs : actions, immeubles, etc.) et d'argent.
Plus le temps passe, plus notre société s'accroche seulement au côté matériel des choses, déplaçant le point de gravité de plus en plus bas dans la matière.
Read 13 tweets
Jan 28
René #Guénon, un écrivain et philosophe français de la première moitié du XXe siècle, a écrit sur la "dictature de la quantité", qu'il considère comme l'une des caractéristiques de la société moderne.
La société moderne est dominée par une obsession pour la quantité et la mesure, plutôt que la qualité et la valeur. Cette obsession a mené à une perte de sens de la vie spirituelle, de la tradition et de la culture, et a conduit à la désintégration de la société.
René Guenon prône pour une réintégration de la vie spirituelle dans la société moderne pour combattre cette dictature de la quantité.
Read 4 tweets
Jan 25
Il manque une brique dans la théorie de Marx. Je le dis humblement et avec des yeux d'ex trader du XXIÈME siècle.

Marx ne considère nullement la rémunération du risque du capital.

1/
Selon la théorie de Marx, les propriétaires de capital récupèrent non seulement les coûts de production, mais également une partie supplémentaire du produit qui est obtenue grâce à l'exploitation des travailleurs.

/2
Or le profit peut (souvent de nos jours dans un monde sans éthique) provenir de l'exploitation des travailleurs qui sont sous-payés. C'est l'idée de mauvais partage des richesses, surtout depuis les années 80 où l'actionnaire et le financier ont accaparé les gains de productivité Image
Read 8 tweets
Jan 25
Thread

Le faux combat : "le patron devient riche en exploitant les travailleurs".

Le même travailleur qui est bien content de trouver un emploi chez un entrepreneur, qui veut bien prendre la responsabilité de gérer l'entreprise et de porter le risque économique sur ses épaules.
Tous les entrepreneurs ne se valent pas. Certains ont une meilleure gestion de l'entreprise que d'autres, savent partager avec leurs salariés le fruit du succès, réinvestissent les profits dans la recherche et l'innovation, savent remettre en question les acquis de leur société.
Bien sûr, le rapport entre le patron et le travailleur n'est pas naturellement équilibré. Il y a un rapport de subordination, que le droit du travail et la flexibilité du marché de l'emploi doivent éliminer.
Read 13 tweets
Jan 19
#ReformeDesRetraites

Cette députée a raison d'insister sur le temps de vie qui nous est volé.

À votre avis, qui sont les voleurs de notre temps de vie ?

Un fil à dérouler...
En 50 ans, grâce au progrès humain et technique, il faut moins de temps de travail pour s'acheter les choses du quotidien (pain, frigo, télé...).

Mais tout ce précieux temps gagné est plus que dévoré par le temps supplémentaire qu'il faut pour se loger.
L'explosion de la création monétaire par les banques commerciales lors de l'octroi des crédits immobiliers, a conduit à une spéculation immobilière qui finit par nous voler notre temps de vie.
Read 8 tweets
Jan 13
La liberté d'expression a pris la forme d'un brouhaha permanent.

À force de pointer du doigt les injustices sans pouvoir agir, celles-ci finissent par se banaliser.

Condamner le mal, sans s'attaquer à la racine, ne fait que le renforcer.

#retraites, #usure, et le vol du temps.
Je vais déterrer 10 vieux tweets sur le lien entre réforme des retraites, dette, et finance, puis laisser le silence faire les choses.

1/10
Read 11 tweets

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just two indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3/month or $30/year) and get exclusive features!

Become Premium

Don't want to be a Premium member but still want to support us?

Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal

Or Donate anonymously using crypto!

Ethereum

0xfe58350B80634f60Fa6Dc149a72b4DFbc17D341E copy

Bitcoin

3ATGMxNzCUFzxpMCHL5sWSt4DVtS8UqXpi copy

Thank you for your support!

Follow Us on Twitter!

:(