Anice Lajnef Profile picture
Pour une économie équitable et responsable. Pro business, anti endettement. Pour une monnaie au service de l'économie réelle. Telegram: https://t.co/EOlrKLM1Lv
Abribus 🐝 Profile picture Barbier Alexandre Profile picture Nicolas Roesch Profile picture BrunoSmania 🌈 #PasPresséDêtreVacciné Profile picture Pнιlιppe De Goмѕтoѕĸy Profile picture 18 added to My Authors
25 Feb
Pour plus de justice fiscale, qu'est-ce que nos dirigeants politiques attendent pour appliquer l'idée énoncée par @gabriel_zucman, à savoir taxer les profits mondiaux des multinationales en fonction des ventes réalisées dans chaque pays ?
@BrunoLeMaire
gabriel-zucman.eu/pour-une-vraie…
"Il s’agit de partir des profits mondiaux des sociétés et de les ventiler entre Etats à l’aide d’une clé de répartition non manipulable, à savoir le montant des ventes réalisées dans chaque pays."
"Si Apple, par exemple, réalise 10 % de ses ventes mondiales en France, alors 10 % de ses profits mondiaux seraient taxables dans l’Hexagone. Avec cette approche, il deviendrait impossible d’enregistrer des profits disproportionnés en Irlande ou aux Bermudes."
Read 6 tweets
24 Feb
"La baisse des taux d’intérêt offre une prime aux prédateurs d’entreprises."
Ceux qui peuvent s'endetter à des taux quasi nuls peuvent acquérir des entreprises performantes.
Ce cannibalisme financier est possible grâce aux politiques monétaires des banques centrales !
#BCE #FED Image
Quand les taux sont élevés les rentiers profitent du travail des autres en touchant des intérêts.
Quand les taux sont bas, des prédateurs ayant un accès facile à la dette achètent des entreprises et de l'immo pour profiter du travail des autres en touchant dividendes et loyers.
On se demande tout de même si les rentiers et les prédateurs ne sont pas les mêmes acteurs qui changent de masque selon les situations. Le vrai cancer de notre économie est ce concept de dette avec intérêts qui profitent à une minorité de parasites.
#MauriceAllais Image
Read 4 tweets
23 Feb
Le Président de la banque centrale américaine déclare que la mise en place du "#dollar numérique" est un projet de haute importance.
C'est une révolution qui va permettre aux citoyens américains de posséder dans des comptes de banque centrale des dollars émis par la #FED. Image
Le projet du "#dollar numérique" a plusieurs objectifs :
1/ rendre le système monétaire américain moins dépendant des banques commerciales (et de leur bonne santé financière)
2/ contrer la montée du #bitcoin
3/ permettre la mise en place éventuelle d'un revenu universel

#Fed
Read 4 tweets
15 Feb
Je vous conseille vivement l'excellent interview de l'économiste @GaelGiraud_CNRS chez @blast_france.
Comme nous sommes sur ce réseau pour faire progresser le débat, je souhaite revenir sur un passage qui m'a fait bondir : le plaidoyer en faveur de l'inflation.
Fil à dérouler...
Selon l'économiste @GaelGiraud_CNRS, "l'inflation rogne les dettes, et ça fait de la redistribution des riches vers les pauvres" car "ça pénalise les créanciers et ça allège le poids de la dette des débiteurs."
Il poursuit le plaidoyer: "Les débiteurs en général ce sont les pauvres, et les créanciers ce sont les riches qui ont prêté aux pauvres. Donc en fait, la dette favorise ceux qui bossent, qui ont un revenu du travail, qui ont dû emprunter pour s'acheter un appartement, une maison"
Read 25 tweets
5 Feb
La monnaie miroir, la monnaie illusoire

C'est l'histoire d'un jeune homme qui voulait devenir riche. Un jour, alors qu'il flâne aux puces de Montreuil, un miroir l'intrigue :
- "Combien pour ce vieux miroir ?" demande-t-il aux vieil homme qui tenait la boutique

A dérouler...
- "Donne m'en ce que tu veux, ce satané miroir m'a rendu riche, mais il m'a volé ma vie..." lui répond le vieil homme sur un ton désabusé.

"Encore un vieux blasé par la vie", se dit le jeune homme, "je le prends et à moi la richesse !"
Arrivé chez lui, il pose le miroir et se met à lui parler :
- "Miroir, au mon beau miroir, alors, explique moi comment devenir riche ?", lui demande-t-il
- "Va prendre un crédit chez ton banquier pour suivre de longues études" lui répond le miroir
Read 15 tweets
31 Jan
@HtamNet @LoicNgy J'en parle souvent. La monnaie créée par les banques centrales fait baisser mécaniquement les taux de rendements du marché obligataire, poussant les investisseurs vers des actifs plus risqués : junk bonds, actions, dérivés, d'où la montée en puissance des fonds spéculatifs.
/1
@HtamNet @LoicNgy En agissant ainsi, les banques centrales qui ont baissé artificiellement les risques sur le marché obligataire, ne fait que transférer le risque sur d'autres classes d'actifs, ou les investisseurs cherchent du rendement en prenant des risques élevés.
/2
@HtamNet @LoicNgy Cela crée de l'entropie dans ces marchés, de la prise de risque démesurée des agents économiques, dont les fonds spéculatifs et les petits investisseurs, ne sont que des acteurs de cet écosystème instable.
/3
Read 7 tweets
30 Jan
Le mouvement #GameStop est une guerre que mènent des jeunes attirés par le fun, les gains et le sang. Mais c'est aussi l'occasion pour certaines victimes collatérales de la crise de 2008, de se venger de la #finance prédatrice, en s'attaquant à elle avec ses propres armes ! ImageImage
"Le rêve américain, c'est juste de ne pas mourir endetté".
Une vidéo à visionner pour comprendre où nous mène le concept de monnaie-dette : tout pour les privilégiés de ce système, la dette et la misère pour les autres.
Image
Qu'avons-nous appris de la crise de 2008 ?
En pleine crise sanitaire, le système bancaire a dépossédé des logements aux plus précaires.
La société a sauvé les banques du chaos financier en 2008. En remerciement, les banques s'attaquent aux plus précaires !
Read 4 tweets
29 Jan
Notre monde est pollué par les idées de #Calvin jusqu'à celles de #Turgot: tous les raisonnements deviennent possibles, même les plus absurdes.
Selon #Aristote, la monnaie n'est qu'un moyen pour les échanges, rien de plus. L'erreur a été d'accepter d'en faire un bien qui se loue.
Notre monde est malade des idées des petits malins qui ont défié la sagesse des philosophes grecs et la sagesse des Livres monothéistes. Ils ont élevé la monnaie au niveau de la matière et de l'énergie, alors que la monnaie n'est une construction d'esprit pour les mesurer.
C'est très conceptuel ce que je vous écris, mais tellement essentiel. Aucun économiste moderne ne remet en cause ce caractère puissant de la monnaie qui fait d'une conception (censée faciliter les échanges commerciaux) notre maître à tous.
Read 8 tweets
19 Jan
Les philosophes grecs faisaient une différence entre la matière (soma) qui nous attire, et l'esprit (noüs) qui permet de nous élever grâce à la raison et à l'intellect.
Notre société moderne nourrit constamment le soma qui est en nous en attisant nos désirs et nos passions.
Il serait bon de nous élever par la raison et l'intellect (noüs), de nous extraire de la tentation imposée par la matière (soma). C'est un combat qu'il nous incombe de mener d'abord contre nous-même.
Une façon de s'élever est de résister à la tentation du consumérisme, à relativiser la possession.
Une autre façon de rééquilibrer le corps et l'esprit, est de se connecter à la Nature, de contempler la création et de méditer sur les mystères de l'Univers et de son origine.
Read 4 tweets
16 Jan
Nous vivons une période paradoxale : jamais le savoir et la connaissance scientifique n'ont été aussi répondus dans la société ; en même temps, le bon sens a quasiment disparu : le discernement est devenu une denrée rare, à tel point que celui qui l'exprime passe pour un fou.
C'est la sagesse au sens des philosophes grecs qui manque à notre société. La sagesse est la capacité de jugement, le sens de l'analyse profonde des choses, le bon sens... Pas besoin d'avoir fait des études poussées pour en être pourvu.
Pourtant notre système éducatif sélectionne principalement les individus dociles, les perroquets intellectuels. Ceux-là sont soumis au système, incapables de remettre en question un modèle à la dérive, fait d'incohérences et de déséquilibres. Ils s'adaptent docilement au système.
Read 5 tweets
13 Jan
@robert_cauneau @Bloch_R @BrunoBertez J'essaie de vous faire comprendre la relation depuis longtemps mais je n'y arrive pas car ce sont des dynamiques de marchés que je n'arrive pas à vous faire saisir.
À t : un milliardaire possède des actions qui valent 100, et un titre de dette US vaut 100
/1
@robert_cauneau @Bloch_R @BrunoBertez Quand les US émettent de nouveaux titres. Les banques y participent car elles savent que la Fed va racheter ces titres et d'autres dans un futur très proche grâce à une augmentation de bilan (création de monnaie centrale)
/2
@robert_cauneau @Bloch_R @BrunoBertez À t+1: suite à l'émission de titres US, la Fed achète comme promis sur le marché secondaire les titres US, appliquant un PRESSION acheteuse. Le titre de dette passe de 100 à 101, et le taux d'intérêts implicite du titre baisse, réduisant les coûts des futurs emprunts/émissions
/3
Read 8 tweets
2 Jan
L'erreur de nombreux économistes est de penser que la #monnaie est neutre: "la création monétaire ne change rien à la valeur réelle des choses mais seulement leur prix".
Or la monnaie n'est pas injectée uniformément: là où elle est injectée les prix montent plus vite qu'ailleurs.
La #BCE injecte les milliards créés à partir de rien sur les marchés financiers (zone rouge), ce qui crée une bulle des marchés obligataires et d'actions. Cette monnaie ne ruisselle pas vraiment dans l'économie réelle (zone bleue). La théorie du ruissellement est du flan.
Pour donner une image, certains économistes conçoivent la monnaie comme la pluie qui arrose un champ. Or en réalité le tuyau de la BCE est sous l'arbre de la finance et de l'immobilier.
C'est pour cela qu'il y a une hausse du patrimoine des 1%. Les autres ont droit aux dettes.
Read 4 tweets
26 Dec 20
Dire que la dette publique n'est pas un problème c'est méconnaître ses implications
- financières, puisque le rachat des dettes publiques par la #BCE crée des bulles d'actifs
- politiques, puisque l'État doit impérativement plaire aux marchés

C'est aussi méconnaître l'histoire.
Les "pro-dette" qu'ils soient de gauche ou de droite, sont les alliés de circonstance de la finance.
La finance n'est ni plus ni moins que le business de la dette.
Plus le stock des dettes publiques et privées gonfle, plus le patrimoine des ultra-riches gonfle.
Plus le patrimoine des ultra-riches gonfle, plus ils financent des partis politiques, investissent dans le lobbying et achètent des médias.
Nos dettes sont le moteur de leurs richesses qui se transforment en pouvoir politique et médiatique.
Ne pas le comprendre leur rend service.
Read 6 tweets
23 Dec 20
Un économiste français qui travaille pour un gestionnaire de fond suisse milite contre l'annulation de la dette publique détenue par la #BCE.
Son seul argument est la baisse du taux d'intérêts.
Il feint de ne pas comprendre que la dette publique est une épée de Damoclès sur nous.
La dette est "une camisole de force sociale" selon Nietzsche. Selon Keynes, un illustre économiste du XXème siècle, la corruption de la circulation monétaire est le meilleur moyen de bouleverser les fondements d'une société. Mais seul "un homme sur un million peut le prévoir".
Cet économiste élevé au cartésianisme à la française ne comprend rien au caractère philosophique et politique de la dette. C'est sûrement un bon mathématicien attaché aux chiffres, mais un médiocre économiste selon la définition de Keynes.
Read 4 tweets
23 Dec 20
Jadis, pour éponger une montagne de dettes, les gouvernants avaient recours à:
- l'augmentation des impôts
- la manipulation sur la monnaie
- le défaut de paiement
- une flambée de violence ou la guerre contre les créanciers
Aujourd'hui, nous vivons une situation inédite !
Thread
La crise de 2008 est venue sanctionner une économie qui ne carbure que par l'excès de dettes.
Lorsque le monde fictif de la finance dérive trop de la réalité économique, les crises permettent de remettre les compteurs à 0. Le prix à payer est cher : crise économique et sociale.
Mais au lieu de revoir notre modèle économique, ce qui demande de la vision et du courage politique, les dirigeants qui n'avaient rien anticipé, ont décidé d'agir dans l'urgence. Leur solution fut de sauver le système qui nous avait foutu dans la mouise, à savoir la finance.
Read 20 tweets
22 Dec 20
Excellent article de @0Vinz sur @LeMondeModerne_
Face à un scénario de faillites en cascade d'entreprises, l'UE autorise les banques à dissimuler dans des produits financiers leurs "mauvais crédits", avant de les refourguer à des investisseurs privés.
#BCE
lemondemoderne.media/cest-noel-pour…
"On ne se débarrasse pas vraiment des créances douteuses et de leurs risques, on le transfère à d’autres. En l’occurrence, en dehors du système bancaire, donc vers les assets managers et le shadow banking … qui sont moins régulés … Mais cela ne rend pas la chose moins risquée."
"Il s’agit surtout de mettre la poussière sous le tapis – loin des yeux loin du cœur. C’est l’occasion aussi de déréguler un peu le marché pendant que les gens regardent ailleurs. C’est potentiellement faire le lit d’une crise financière prochaine."
Read 5 tweets
21 Dec 20
Au lieu de proposer d'annuler la #dette publique française que nous devons à la Banque de France qui est détenue par l'État à 100%, @bayrou préfère l'idée de rejeter la dette sur les générations futures.
La dette est une épée Damoclès qui permet de dominer l'État et les citoyens.
Les décideurs politiques cèdent aux pressions des banques et de la finance, du gouverneur de la Banque de France, des économistes usuraires : la dette doit être gravée au plus profond de notre mémoire, au fer rouge.
Cette culpabilité imposée au Français est un moyen de contrôle !
Pourtant 20% de la dette publique, qui correspond à peu près à la dette détenue par la Banque de France, est une dette entre nous (État) et nous-mêmes (Banque de France, société détenue à 100% par l'État).
Pourquoi nous infliger alors cette culpabilité de la dette ?
Read 4 tweets
20 Dec 20
En temps normal, les taux d'intérêts élevés peuvent avoir pour cause :
- une rareté du capital
- une perspective de croissance élevée
- un risque de défaut élevé
- un décision de la banque centrale pour contrer l'inflation (-> rendre le capital plus rare en élevant son loyer)
De nos jours, les taux d'intérêts sont bas à cause de l'abondance de capital par la création monétaire :
- depuis le milieu des années 90 jusqu'en 2008 du fait de la création monétaire par le crédit immobilier
- depuis 2010 à cause des banques centrales.
En aucun cas les taux d'intérêts sont bas du fait d'un monde plus sûr. N'écoutez pas les mensonges qui nous présentent un tableau trompeur de la situation économique actuelle.
Read 5 tweets
20 Dec 20
*Thread*
La philosophie nécessite la sagesse de s'élever au-dessus de sa personne, de son ego, pour atteindre la conscience des choses.
Être philosophe n'est pas un titre, c'est un état d'esprit. Tout le monde peut l'être.
Étudier la philosophie ne fait pas de vous un philosophe.
La réponse de @picharbonnier est symptomatique de notre époque. Les "experts" n'acceptent pas de revenir à des concepts basics, à re-visiter "les classiques de leur domaine", à sortir du tourbillon de leurs connaissances. En somme à se remettre humblement en question.
Après des années de trading sur les produits dérivés, les produits les plus techniques en finance, je suis devenu maître dans mon domaine. Mais à ma "retraite", j'ai pris le temps d'une introspection professionnelle et tout mon monde et mes connaissances se sont effondrés.
Read 11 tweets
15 Dec 20
Thread
Deux nouvelles contradictoires sur les banques :
1/Le régulateur bancaire européen appelle les banques à se préparer au pire pour 2021
2/la #BCE pourrait autoriser les banques à verser des dividendes à leurs actionnaires.
Rappelons que jusqu'en 2009, dans le capitalisme ancien, celui où les banques centrales respectaient plus ou moins le libre marché, les actionnaires devaient renflouer les banques en périodes de crise.
Les actionnaires étaient sollicités lors d'augmentations de capital.
Bien entendu, le dividende était fortement réduit dans ces périodes, avec une incitation à le percevoir sous forme d'actions : il aurait été contradictoire de demander une aide financière aux actionnaires, pour ensuite leur rendre cet effort sous forme de dividende en cash.
Read 7 tweets
13 Dec 20
Une annulation de la dette publique détenue par la #BCE peut déséquilibrer le bilan comptable de la Banque Centrale.
Mais un autre déséquilibre qui s'accentue de plus en plus doit nous alarmer : le déséquilibre social et politique que la dette fait peser sur la société.
La dette publique rachetée par la BCE sur les marchés financiers a pour effet de créer des bulles des actifs qui augmentent le patrimoine des ultra-riches. En même temps que les inégalités de richesse s'exacerbent, les milliardaires profitent d'un transfert de pouvoir inquiétant.
Sournoisement, alors que nous héritons de plus de dette, les ultra-riches héritent de plus de richesse, qui se traduit par plus de pouvoir médiatique et politique.
Ce déséquilibre, qui met en danger la démocratie, passe bien avant le déséquilibre du bilan comptable de la #BCE.
Read 5 tweets