, 24 tweets, 4 min read Read on Twitter
[Thread] Le milieu journalistique, censément transparent, est l'un des meilleurs pratiquants de l'omerta, utilisant mille prétextes pour protéger ses secrets, réseaux d'influence, renvois d'ascenseur, en somme, préserver sa position privilégiée.
Tentez d'enquêter sur un journaliste, et vous verrez soudain comment les rédactions affolées, s'enferment et refusent unanimes de parler. Seule la dissidence en ces espaces permet de faire circuler les informations. Et encore faut-il alors trouver un espace pour les exposer.
Or les journalistes sont détenteurs d'un pouvoir délirant: celui de décider ce qui peut et doit être dit dans l'espace social. Et il se trouve que, pour des raisons de convenance, ils en abusent souvent, profitant de l'asymétrie immense dont ils disposent dans l'accès au public
Les contrôler est un principe démocratique essentiel, surtout à l'heure où 90% de la presse écrite appartient à dix milliardaires, et où l'ensemble de la production de l'information, à de rares exceptions près, est verrouillée.
Plus vous montez en grade, et plus cette asymétrie est importante, vous donnant un pouvoir qui, par l'organisation et l'éditorialisation, vous permet de dire et masquer sans avoir à vous justifier. Or l'impunité règne en un maître en tout espace où l'omerta est organisée.
Les réactions les plus violentes à mon engagement viennent de journalistes. Ceci s'explique simplement: j'ai exposé leurs multiples compromissions depuis des mois sur Twitter et en un texte, Crépuscule, que tous ont fait mine d'ignorer, et qui pourtant a été massivement partagé.
Le portrait de l'Express qui en a découlé était attendu. Il aurait été définitif il y a 10 ans. Se dire que des êtres pareils ont eu un jour un pouvoir de vie ou de mort sociale ne fait que confirmer l'importance de ce qui était fait.
Voir comment la meute s'organise depuis pour tenter de le récuperer tout autant.
Ils s'étaient habitués à faire usage des outils que la société leur a octroyé pour contrôler les puissants, n'hésitant pas à les mettre au service de leur profit personnel, réglant des comptes ou poursuivant leurs idéologies, détruisant et promouvant pour s'imposer et subsister.
Que quelqu'un ait osé montrer à quel point leur usage du "marché de l'information" était abusif et servait des intérêts installés leur est insupportable. Alors ils se vengent, multipliant mesquineries qui exposent leur inanité. Contre eux, il faut continuer.
Contre eux qui, comme Ducros, se sont pris d'harceler. Contre d'autres qui, comme @ArianeChemin, ont simplement bidoner. Plus fort encore, contre eux qui, comme @d_schneidermann, ont détourné le travail de ses propres journalistes pour le tout recouvrer.
Il faut les contrer lest confronter à leur angoisse: L'exposition d'une position sociale dont ils ont pendant des années abusé pour installer leurs favoris, détruire leurs têtes de turc, imposer leurs prédicats. Comme de viles et corrompus bourgeois.
Que soit menacée leur possibilité de jouir d'un pouvoir qui ne leur appartient pas ; que leur soit renvoyée l'immense violence qu'ils ne cessent de produire ; et voilà soudain que cabrés, ils se mettent à oublier leurs principes, et sans égards au droit, à attaquer.
Ces réactions malsaines, faisant un usage personnel d'un privilège octroyé à des fins sociales, sont heureusement rendus visibles grâce aux réseaux sociaux. Soudain les préférences, biais, abus de ceux-là qui dans l'ombre manipulaient sont par leur propre vanité exposés.
La violence que cela fait naître dans le corps social à leur égard semble les étonner. Exfiltrés de leur bulle via les réseaux sociaux, ils se montrent comme des lapins pris dans les phares, sidérés que l'on puisse les détester. Ont-ils idée ?
Alors multiplient-ils les parades: ce serait le fait d'un "populisme", d'une dégradation de l'espace social pris dans la nasse des "fake news", de l'ère de la "postvérité"... Difficile, face à tant de grossièreté, de ne pas s'esclaffer.
J'ai exposé des faits népotisme graves entre deux hommes politiques de premier plan, masqués jusqu'alors par convenance sociale.En le transformant en un "outing" à dénoncer, les journalistes bienséants se sont révélés en instrument du pouvoir là où ils étaient censés le contrôler
Deux personnes s'étaient faites la courte échelle et court-circuité nos institutions, s'octroyant postes et circonscriptions, pour servir leurs intérêts. Femme ou homme, qu'importait. Et pourtant.
Voilà que les journalistes qui avaient masqué une donnée officielle - ils étaient pacsés - alors que celle-ci produisait d'importants effets politiques, devaient trouver prétexte à leur erreur. Et voilà que ce besoin était partagé par le gouvernement. Et voilà la cabale.
Les attaques en homophobie ont commencé. Ne prenant pas, il aura fallu attendre que l'Express ressorte une affaire adolescente, sciemment détournée, pour tenter d'expliquer un geste qu'ils cherchaient à absurdifier. Mon dieu.
Sur le fond, rien n'était dit. Des articles de presse parus à ce sujet dans Gala et Voici disparaissaient sans mention. On laissait le pouvoir se victimiser. On persistait à faire croire qu'il n'y avait pas sujet.
Lorsque Crépuscule, l'enquête publiée en octobre qui encadrait cette révélation, exposait de plus que la femme de Philippe avait été recrutée par SciencesPo après que son mari leur ait attribué des subventions, l'omerta se prolongeait.
Voilà que la chose commençait à s'expliquer: la personne qui racontait tout cela, exposait ces mêmes journalistes qui pendant toute cette période s'étaient tus, et qui ce même texte se refusaient à commenter. Pourtant, celui-ci circulait massivement.
Il fallait donc me délégitimer. Mythomane, manipulateur, adolescent frustré. Tout est bon pour abattre le miroir de ses errements. Il faudra faire mieux les enfants. Car Crépuscule s'apprête à être publié.
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Juan Branco ✊️
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Follow Us on Twitter!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3.00/month or $30.00/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!