Account Share

 

Thread by @justinecj: "C’est parti pour le procès de Bendaoud Beaucoup de journalistes pour le moment et quelques victimes, notamment les habitants de l’imm […]" #Jawad #jawadbendaoud #Abaaoud #Soumah

, 271 tweets, 74 min read
C’est parti pour le procès de #Jawad Bendaoud
Beaucoup de journalistes pour le moment et quelques victimes, notamment les habitants de l’immeuble où étaient logés les terroriste. Ils espèrent être reconnus comme victime
#Jawad Bendaoud est jugé pour « recel de terroriste ». Des avocats vont demander qu’il le soit pour « recel de terroriste aggravé ». Il pourrait alors être condamné à 12 ans de prison contre 6
Mohamed Soumah et Youssef Ait Boulahcen comparaissent aussi. Le premier pour « recel de terroriste », le deuxième pour « non dénonciation de crime terroriste »
Pour ce 1er procès en lien avec le 13 novembre, 500 parties civiles, + de 80 journalistes accrédités (pour 12 places dans la salle d’audience, du coup, ça joue des coudes pour entrer)
Le tribunal a prévu deux autres salles pour retransmettre sur écran le procès #Jawad
#Jawad Bendaoud est arrivé au palais de justice de Paris. Il a été extrait de sa cellule de Fresnes où il a été incarcéré le temps du procès
Le procès doit d’ailleurs durer jusqu’au 14 février. Le jugement sera lu ce jour-là
L’audience va avoir du retard. Elle devait débuter à 13h30 mais avocats, parties civiles et journalistes font toujours la queue devant la 16e chambre du tribunal correctionnel
On n’a pas encore vu les avocats des trois prévenus
Les avocats de #Jawad Bendaoud et de Youssef Ait Boulahcen, Me Nogueras et Me Lastelle, sont arrivés à la salle d’audience. Ils n’ont pas fait de déclaration
La salle des Criées se remplit peu à peu où les journalistes et parties civiles vont pouvoir assister au procès sur un grand écran #Jawad #jawadbendaoud
Seul #jawadbendaoud a été extrait de sa cellule, Mohamed Soumah serait en cours d’extraction. Le troisième, Youssef Ait Boulahcen, sous contrôle judiciaire, comparaît libre
Le procès de #jawadbendaoud commence. A suivre ici et sur @BFMTV
Jawad Bendaoud et Mohamed Soumah sont là. #JawadBendaoud est le premier à se lever et donne son identité
#JawadBendaoud, polo blanc, cheveux tirés en arrière, écoute la présidente les bras croisés
Un avocat des parties civiles détaille une demande de requalification des faits. Il demande qu’une circonstance aggravante soit retenue
Pour Me Holleaux, le parquet a laissé de côté « l’élément d’intentionnalite » cad que #jawadbendaoud et Mohamed Soumah savait qu’ils aidaient à loger des terroristes
Ce qui selon l’avocat caractérise la circonstance aggravante
Cette demande de requalification est ajouté au fond, elle sera donc examinée au cours des trois semaines de procès #jawadbendaoud
Pour le parquet, la question est de savoir si #JawadBendaoud et Mohamed Soumah « sont des terroristes »? Pour le procureur la réponse est « non »
La présidente de la 16e chambre est passé à la lecture des faits en retraçant le parcours d’Abaaoud et d’Akrouh, les 2 terroristes logés rue de la République à Sanit-Denis
Mohamed Soumah, penché la tête entre les bras. #jawadbendaoud toujours les bras croisés, écoute et commence à agiter sa jambe dans une sorte de mouvement d’impatience
La présidente liste les articles de presse ou sujets radio et télé qui présentent Abaaoud comme l’ »instigateur » ou « commanditaire » des attentants. Le 16 novembre, 294 documents de presse sont recensés dont 73 articles de presse
La présidente rappelle le rôle d’Hasna Ait Boulahcen. C’est elle qui a cherché une planque à son cousin #Abaaoud
Les exploitations des téléphones portables permettent de voir qu’Hasna Ait Boulahcen a été à de nombreuses reprises en contact avec son frère entre le 14 et le 18
Dans la salle des Criées, les victimes présentes écoutent avec attention la lecture des faits
La présidente rappelle que Youssef Ait Boulahcen - devenu Assalam - dit "ne pas se souvenir" des messages de sa soeur, il aurait essayé à la voir à Drancy car elle lui avait demandé. Un déplacement "vers 00h15" pour raisonner sa soeur
Version confirmée par la colocataire de sa soeur
Nouveau message d’Hasna à son frère: « je l’ai vu, il veut ton numéro. Il va bientôt mourir à cause de son cancer ». Elle parle d’#Abaaoud
La présidente estime qu’elle fait aussi référence au projet d’attentat contre le quartier d’affaires de La Défense
On passe désormais à l’aide qu’aurait fourni Mohamed Soumah et #Jawad Bendaoud
La présidente parle de l’appel de Sonia (son prénom a été changé) pour signaler que sa colocataire venait en aide à #Abaaoud
Le 17 novembre, elle rappelle la police pour livrer l’adresse du squat dans lequel se sont réfugiés les terroristes
On parle de la rencontre entre Soumah et Hazan Ait Boulahcen: elle est venue le chercher, lui a acheté du shit et lui a demandé un logement pour trois semaines car elle disait avoir été mise à la porte par sa mère
Le 17 novembre, nombreux échanges entre Hasna et Soumah. On parle d’un mandat cash de 750€ pour acheter des couvertures et des costumes pour #Abaaoud et Akrouh. On apprend aussi qu’elle parle de sa « gyneco » pour parler de celui qui lui envoie l’argent
#Jawad Bendaoud s’agite. Il enlève son blouson, enlevé et remet ses lunettes, il mime un geste qui signifie qu’il a chaud
A la lecture des faits, la présidente décrit la rencontre entre #Jawad Bendaoud et les terroristes au squat. Ils se sont mis d’accord pour 150€ pour trois jours de location. #Abaaoud lui avait donné 50€
Après avoir quitté le squat, #Jawad Bendaoud s’est rendu dans une pizzeria. Il a décrit ses locataires comme « louches, venaient de Belgique et voulaient juste prier et de l’eau
#Jawad Bendaoud répète la même chose à sa compagne mais il a estimé qu’il n’allait « pas prendre 20 ans pour ça »
Le matin de l’assaut, #Jawad Bendaoud a dit à plusieurs personnes qu’il aurait « du s’en douter ». « C’est moi le trou du cul », dit-il à ses proches (dans le box, ça le fait rigoler)
Mohamed Soumah a tenté d’appeler #Jawad Bendaoud 7 fois entre 7h et 10h. Il dit avoir fait « un petit rapprochement » à ce moment surtout « quand ils ont dit qu’il y avait une femme »
La présidente commence à interroger Youssef Ait Boulahcen, le frère d’Hasna et le cousin d’#Abaaoud. Il est poursuivi pour « non-dénonciation »
Il décrit ses frères et sœur: 2 sœurs, un frère + des demis frères et sœurs, certains habitent au Maroc
Youssef « Assalam » (phonétiquement) parle de In changement de nom. Il l’explique par le fait que sa « défunte sœur » a eu des liens avec #Abaaoud. Une « précaution » pour lui et ses enfants
Youssef « Assalam » explique son placement en famille d’accueil entre 2000 et 2010. Lui et ses frères et sœurs étaient battus par leur mère. « Nous avions des parents irresponsables »
Youssef Ait Boulahcen se défend de tout extrémiste. « Je n’adhère pas à ces idéologies », assure-t-il et parle de Darsh comme une « secte »
Un de ses amis lui envoie un message en lui disant « tu es un soldat de Daesh ». Youssef Ait Boulahcen assure qu’il s’agit d’un « sobriquet »
Il est aussi interrogé sur des déclarations à un ami. En parlant des homosexuels, il dit qu’ »il faut leur couper le zgueg (...) comme fait Daesh (...) les balancer du haut d’une falaise ». Youssef A. S’excuse et dit que ses propos ont dépensé sa pensée
"Je n'ai pas le souvenir de la conversation", assure Youssef A. interrogé sur ses conversations avec sa soeur à partir du 15 novembre 2015
Il se rappelle juste que sa soeur a évoqué la possibilité de loger "un ami de son cousin". "Il n'y a rien de certain dans ce qu'elle dit, elle parle tantôt d'une cousine, tantôt d'un cousin, tantôt d'un réfugié, tantôt d'un ami d'un cousin...", poursuit Youssef A.
Après 4 heures de débat, #Jawad Bendaoud demande à sortir "pour se rafraîchir". Mohemed Soumah veut aussi sortir. La présidente, comme une institutrice, leur dit : "l'un après l'autre alors"
Gros débat entre la présidente du tribunal et Youssef A. pour savoir si quand on bloque un correspondant sur IPhone, ça bloque ses appels ou ses messages What’app
Youssef A. assure que « quitte à l’emmener au commissariat » il aurait empêché sa sœur de rejoindre #Abaaoud s’il avait su
Après trois heures de débat, Youssef A. demande à faire une pause
- "on finit les questions", lui répond la présidente
- "c'est dur", explique-t-il
Une avocate des parties civiles le reprend quelques minutes plus tard: "Monsieur, je comprends. Mais certaines personnes n'ont pas la chance d'être ici car elles sont décédées dans les attentats"
Youssef A. répète qu'il avait bloqué les appels et les messages de sa soeur. Il lui avait donné un autre numéro (celui qu'il dit utiliser pour contacter sa famille au Maroc) pour "éviter de la blesser"
L'audience est suspendue, elle reprendra demain à 13h30 avec l'interrogatoire de Mohamed Soumah #jawad
De retour au tribunal de Paris pour le 2ème jour du procès de #Jawad Bendaoud, Mohamed Soumah et Youssef Ait Boulahcen
Beaucoup moins de monde devant la 16e chambre correctionnelle de Paris. A 15 minutes de la reprise de l’audience, beaucoup d’avocats attendent pour entrer (hier certains n’ont pas pu rentrer)
L’audience reprend avec les questions des avocats de La Défense à Youssef Ait Boulahcen, le frère d’Hasna
Pour rappel, il est poursuivi pour « non dénonciation de crime ou d’auteur de crime avec la circonstance que ce crime est un acte de terrorisme ». Il assure qu’il ne savait pas que sa sœur a aidé #Abaaoud à trouver un logement #Jawad
Son avocat lui demande s'il a envisagé que sa soeur aide #Abaaoud. "J’aurais pu l’envisager mais pour moi c’était impossible d’y croire. A l’époque, comme les médias le présentait, je savais qu’il était en Syrie." #jawad
Mohamed Soumah et #Jawad Bendaoud sont présents
C'est au tout de l'interrogatoire de Mohamed Soumah. Il porte une veste de survêtement blanche et une autre veste noire. Il commence à) répondre aux questions de la présidente, les bras croisés dans le dos. Il raconte son enfance. Ses parents se sont séparés quand il avait 5 ans
Il parle des "bêtises" qu'il a faites dès l'âge de 14 ans, comme des "vols". Il a été placé en famille d'accueil puis "c'étaient les foyers, les CER et puis la prison, et puis voilà"
La présidente demande à Soumah pourquoi ça s'est mal passé en foyer. "C’est mon défaut j’aime bien trainer dans la rue", raconte Soumah
Son père voulait l'envoyer dans son pays natal, la Guinée, pour le sortir de la délinquance. "J'aime bien la France, moi", poursuit Mohamed Soumah
Mohamed Soumah raconte qu'il s'est converti à l'islam à l'âge de 13 ans. SOn père était musulman. Il a arrêté l'école en quatrième, à l'âge de 16 ans. "A cause de la prison...."
La président lui rappelle que "l'évasion (en 2013) vous a empêché de finir votre formation, c'était pas une bonne idée?"
Soumah: "Je sais que c'était pas une bonne idée mais au moins j'ai vu ma mère mourir dehors, dedans je serais devenu fou je sais pas..."
#Soumah interrompt la présidente: "Je vous embête deux minutes.
Je voulais vous dire madame que j’aimerai présenter toutes mes condoléances et dire pardon aux familles des victimes, et aux victimes de ce qui est arrivé vous voyez..." #Jawad
Soumah continue: "Sans le savoir, c’est un peu de ma faute. J’étais pas au courant, mais ça reste un peu de ma faute, vous voyez ..."
- "Je voulais remercier la justice les journalistes. Au début, ils ont dit que j’étais un terroriste et après ils ont rétabli la vérité. Ça aurait été dans un autre pays, peut-être, qu’ils auraient pas fait leur travail."
- La présidente lui répond "merci monsieur"
#Jawad Bendaoud, veste de sport rouge du #PSG, cheveux ramassés en catogan, tête baissée, souffle
La président interroge Soumah sur son quotidien. Trafic de stupéfiants + « galérer avec ses potes ».
La présidente rappelle que Mohamed Soumah et #jawad Bendaoud ont été co-detenu à la prison de Val-de-Reuil
- #Jawad Bendaoud devait 150€ à Soumah: « il m’a carotte »
- La présidente : « c’était des crédits à la consommation de cannabis ». Elle raconte que Soumah en a beaucoup voulu à Bendaoud
Début 2016, après son interpellation, Soumah raconte qu’il faisait du trafic de stup avec #Jawad Bendaoud. Il a écopé de deux ans de prison, Bendaoud un an: « il a peut être été plus malin ». Bendaoud le regarde en rigolant
On parle des déclarations de Soumah en garde à vue. « Vous avez menti à peu près sur tout », lui lance la présidente avant de lui demander pourquoi
#Soumah: « moi, j’ai rien à voir avec ces trucs terroristes islamistes. J’ai eu la poisse d’être embarqué dans ce truc (...) j’ai jamais été confronté à tout ce tralala. J’ai un peu paniqué »
Pour #Soumah, trois catégories de personnes: les gens biens « comme tous les gens dans cette salle, les voyous et les terroristes. « Moi je suis dans la case voyous, racaille »
La présidente lui assure que « jamais » elle dira à un prévenu que c’est « une racaille »
On parle du 16 novembre quand Hasna Ait Boulahcen est venu voir Soumah pour de la drogue et un logement. Il accepte: « en lui rendant ce service là, elle va peut être me présenter d’autres clients (...) peut être couché avec elle »
On lui redemande pourquoi il accepte de l’aider: « on est en hiver, elle pleure. J’aime pas voir une femme pleurer »
Le débat sur les box vitrés s’immisce dans le procès: #Jawad Bendaoud essaie de parler avec son avocat. On le fait s’asseoir: « Faudrait baisser la vitre », lance-t-il à la présidente
#Jawad Bendaoud s’agace sur le montant de la dette qu’il doit à Mohamed Soumah
Entre septembre et novembre 2015, Mohamed #Soumah et #Jawad Bendaoud ont eu plus de 200 contacts « c’est à dire presque tous les jours »
« On fait du business madame », assure Soumah qui fournissait boulette de cocaine à Bendaoud pour le transformer en crack
Soumah interrogé sur le fait qui se porte garant de Hasna Ait Boulahcen. Pourtant c’était la première fois qui la rencontrait : il la trouve « un peu touchante »
Instant #gentleman : « Quand on est gentil avec une fille, voilà... Faut les traiter comme une princesse. Oui je voulais coucher avec elle. En étant gentil, voilà... »
La présidente demande à Soumah pourquoi il a conseillé à Hasna de prendre le studio: "Je sais pas moi, je suis pas Stéphane Plaza"
Pour rappel, #Jawad Bendaoud est devenu la risée du web qui le surnomme "Stéphane Plaza" ou "Century 21"
Sur les faits, la présidente demande à Soumah s'il à aucun moment il a fait le lien avec le 13-Novembre: "Ok, il s'est passé un truc très très grave, le truc le plus grave depuis la 2nde guerre mondiale (...) mais la vie criminelle continue, il y a du business à faire"
La présidente demande à Soumah pourquoi s'il a été si serviable avec Hasna, pourquoi elle ne lui a pas dit qu'elle cherchait à loger #Abaaoud et Akrouh: "Franchement c’est une très bonne question." 1/2
- Soumah continue: "Je me suis dit elle m’a utilisée, elle m’a baisé la gueule. (...) Elle m’a charmé, elle avait des secrets pour moi. Elle m’a pris pour un con. (...) Vous seriez à ma place madame, vous l'auriez pris comment."
- La présidente: "Là tout de suite j’ai pas envie"
La présidente rappelle qu'Hasna Aït Boulahcen a parlé à plusieurs personnes qu'elle cherche un logement pour son cousin. Pourquoi elle ne l'aurait pas dit à Soumah?
Soumah: "Je sais pas sinon madame je vous l'aurais dit. Si elle m’avait parlé de ses cousins, je vous dirais que oui elle m'a parlé de ses cousins. Mais je sais pas qui c’est ses cousins"
Hasna contacte Soumah pour lui dire que sa "gynécologue" lui a fait parvenir de l'argent. Le tribunal lui demande comment il a compris le terme "gyneco": "Gynéco ? c’est peut-être de l’argot à Aulnay" pour parler d'une copine (Hasna venait d'Aulnay)
On parle des messages envoyés par Hasna Aït Boulahcen à Mohamed Soumah et à d'autres interlocuteurs. Elle parle souvent "des Feux de l'amour", l'enquête a conclu qu'elle parlait des reportages sur #Abaaoud
Quand Hasna lui demande si Soumah a compris la référence au Faux de l'amour. Soumah répond non que c'est un pote qui regarde, puis répond oui. On passe ensuite à un échange surréaliste....
- "C’est quel pote qui regarde", demande la présidente
- "On a tous regardé les Feux de l’amour"
- Ca passe le matin, c'est ça?"
- "Oui, avant c’était l’après-midi à 14h"
- "Pour les gens qui travaillent, c’est compliqué" Ca continue encore
Soumah poursuit: "Je lui dis que j’ai compris mais en fait j’ai rien compris... J’aurais pu dire ouais Victor Newman ou Nikki... Baldwin" (désolée si c'est pas la bonne orthographe...)
Mohamed Soumah est super à l'aise dans ses réponses. Il a enlevé l'une de ses vestes, lui est plutôt team #InterMilan La présidente l'encourage, les échanges sont assez drôles
La présidente rappelle les échanges les 16 et 17 novembre entre Hasna et "Mouss". Ca parle notamment de l'aide apportée par Soumah pour trouver un taxi ou VTC pour (on le saura après) conduire #Abaaoud de sa cachette à Aubervilliers jusqu'au squat de Saint-Denis
Le 17 au soir, Hasna appelle #Soumah car elle ne trouve pas le squat de #Jawad.
Il lui dit d'appeler "le mec" donc Jawad. Hasna lui passe son "frère". "J'étais pas bien, Moi, j’ai envie de la baiser, je voulais pas parler à son frère."
La présidente lit un échange de messages entre Mohamed Soumah et #Jawad Bendaoud. Ce dernier acquiesce de la tête à chaque phrase.
Ah #Jawad Bendaoud n'est pas d'accord sur une des phrases. "J'ai pas dit ça!", lance-t-il à la présidente.
Cours d'argot depuis la 16e chambre correctionnelle: "michto", "narvallo", "talmort" (quand on sait qu'#Abaaoud est dans le squat...). Le dernier, pour Soumah, ça veut dire "t'es au max".
"Ah ça je comprends", répond la présidente
Audience suspendue. On passe à #Jawad Bendaoud à la reprise
L'audience a repris avec l'interrogatoire de #Jawad Bendaoud. Il décrit son parcours scolaire et professionnel un peu chaotique
Depuis qu'il est à l'isolement, il s'est inscrit à un diplôme d'accès à l'université mais il s'est arrêté: "Je pouvais pas me concentrer là-dessus malgré que mon prof dit que mon travail est correct"
#Jawad Bendaoud parle vite et parle de son "interpellation sur BFM": "Ici ce n'est pas BFM, c’est le tribunal. Il y a un dossier d’instruction, ce sont vos déclarations que j’écoute", lui rétorque la présidente
#Jawad Bendaoud parle aussi de ses enfants: "Je n'ai pas pu le reconnaître parce que j'ai passé ma vie en prison". Il a été condamné à 8 ans de prison pour la mort de son meilleur ami lors d'une bagarre. La présidente égraine ses autres condamnations
#Jawad Bendaoud dit porter la veste du #PSG qu'il avait quand #Abaaoud et Akrouh sont arrivés au squat. Il assure que pour lui tous les terroristes étaient morts
Je reprends le #LT. Interruption pour cause d'écriture d'article. #Jawad Bendaoud parle beaucoup, et très vite
#Jawad Bendaoud parle de sa rencontre avec Hasna Aït Boulahcen, par l'intermédiaire de Soumah. Il interpelle Youssef Aït Boulahcen: "Je ne veux pas te manquer de respect, je suis désolée pour ce qu’il s’est passé. Si ta sœur m’avait dit, je lui aurais pas trouver de logement"
Hasna aurait raconté à #Jawad Bendaoud: "J’ai mon frère qui s’est pris la tête avec sa femme et ma mère veut pas le prendre chez elle" Ils se mettent d'accord sur 150 euros les 4 jours
#Jawad Bendaoud parle beaucoup mais vraiment beaucoup et très vite: "Il y a eu 130 mort des 400 blessés je vais pas raconter des trucs comme un vol de sac à main"
#Jawad Bendaoud assure qu'il ne louait pas à n'importe qui et qu'il faisait des vérification. "On essaie de me faire passer pour l’auberge espagnole, tout le monde rentre, c'est la fête. Pump it up"
C'est pas très clair, il parle de la soeur de son pote Toufik qui est marié avec Lassana Diarra, #Jawad demande aussi à la présidente d'imaginer que "Snoop dog il fait des soirées à avec Ben Laden, bah il est là Snoop Dog", en montrant Soumah
Le ton est monté également entre #Jawad Bendaoud et Mohamed Soumah quand le premier se trompe en disant que c'est Soumah qui lui a demandé dans quelle direction il faut faire la prière. Il voulait parler d'#Abaaoud
Même #Jawad n'arrive pas à suivre ce qu'(il raconte. Il demande à la présidente "j'en étais où?". "Je ne vais pas vous lire vos déclarations", répond-elle
#Jawad Bendaoud nomme à plusieurs reprises Mohamed Soumah pour Abdelhamid Abaaoud: "Pardon madame, ça fait 27 ans que je suis à l'isolement, j'ai un peu de mal"
#Jawad Bendaoud parle d'une policière de la BAC, "une petite chinoise, bagarreuse", surnommée "katsuni". On passe au maire de Saint-Denis, "un menteur fini", qui le fait passer pour "Pablo Escobar""
On passe aux quatre contacts téléphoniques entre Hasna Aït Boulahcen et #Jawad Bendaoud: "C’est impossible que je sois resté en ligne 3 minutes avec elle. Qu’est-ce que je vais lui dire", lance-t-il avant de demander à la présidente d'"être sérieuse"
La présidente lui demande de se calmer
"Si on était aux USA, je serai avec une combinaison orange, en train de m’accoupler avec des chiens..." Il repart sur cet appel de 3 minutes avec Hasna: "Ça fait 60 secondes + 60 secondes + 60 secondes"
On continue sur cet appel. Il explique qu'il oublie souvent de raccrocher avant de raconter une anecdote: "Une fois ma femme elle m'appelle, j'étais avec une fille, je balance le téléphone, la fille me demande 'où est mon string', j'étais grillé"
Hilarité générale dans la salle
#Jawad Bendaoud assure ne pas avoir de doutes sur les personnes qu'il a logé: "Mohamed Soumah c’est pas quelqu'un qui est con au point de se mettre dans une histoire de Daesh pour 150 euros"
#Jawad Bendaoud a lui aussi du mal à suivre "excusez-moi je déconnecte"
Petit cours de consommation de cocaïne: "vous savez comment c'est (...) parmi les avocats il y en a qui consomme (...) Je prends un trait, deux traits, trois traits, après on peut pas s’arrêter. Je prends un gramme, pic et pic et colégram"
La présidente l'interroge sur l'un des appels d'Hasan Aït Boulahcen qui lui précise qu'elle sera avec son frère et son cousin. "C’est là que je vous dis que j’ai été con, assure #Jawad C’est facile maintenant qu’il y a eu l’assaut."
#jawad Bendaoud nous raconte aussi sa soirée après avoir ouvert son squat aux terroristes. "Je suis rentré chez moi, j'ai mangé un sandwich escalope boursin, j'en ai donné un morceau au chien, j'ai fumé un joint, j'ai invité un ami à regarder un film en 3D"
#Jawad Bendaoud assure qu'il faudrait qu'il soit vraiment "antipathique" pour être détendu le 17 novembre s'il avait sur qu'il logeait des terroristes. "C’est pas du sang qui coule c’est de la glace"
Gros moment de tension. #Jawad Bendaoud demande à la présidente "ça veut dire quoi pour vous frère". "Si vous n'avez pas remarqué, ce n'est pas vous qui m'interrogez". #Bendaoud répond "Madame vous faites ce que vous voulez, vous ne m’impressionnez pas"
Ca continue avec un avocat des parties civiles, Me Nogueras, l'avocat de #Jawad Bendaoud intervient. Bilal Mokono, une victime du SDF, s'adresse à Jawad (on entend pas) juste "reste calme". Jawad Bendaoud est en boucle: "je mens pas"
Son avocat Me Nogueras tente de faire une observation, il est coupé par #Jawad Bendaoud. "C'est bon là Jawad", s'agace l'avocat avant de lui demander de se calmer
On est reparti sur le fond et notamment les écoutes téléphoniques où on parle des "3 jours de fils de pute" que les gens que #Jawad Bendaoud a logé viennent de passer". "je pensais que c’est parce qu’il s’est pris la tête avec sa femme"
Jawad reparle qu'il n'étais pas au courant qu'il y avait des terroristes en fuite: Je ne regarde pas la télé". Le 13 novembre, il raconte: "Je tape deux-trois cuillères de lentilles au bœuf. Il y a une pancarte avec plein d’explosions (...) mais je connais pas Paris.
#Bendaoud explique que pour lui Paris c'est "Place Clichy, Champs-Elysées, bar à strip tease, mojito en terrasse". Donc pour lui, impossible de savoir "Comment des kamikazes vont venir dormir chez moi, par l’intermédiaire d’un ami, avec un rebeu qui fume des Malboro light"
La présidente insiste sur la manière dont il trouve des locataires qu'il ne connait pas. "Madame, je fais ça depuis longtemps, c'est l'activité que je fais", explique #Jawad.
- "comment vous les recrutez?"
- par le bouche à oreille et par le bouche à bouche"
#Jawad Bendaoud explique avoir fait le rapport entre ses locataires et #Abaaoud quand il a été placé en détention provisoire: "Il m'a dit t'as hébergé un mec, le croque-mort de Daesh (...) Personne m'a mis au courant. On m'a vendu un boeuf bourguignon, j'ai fini avec un couscous"
La présidente rappelle que Chakib Akrouh portait une ceinture explosive composée d'écrous. #Jawad Bendaoud a-t-il remarqué quelque chose: "Madame j’ai passé 5 minutes avec. Je n’ai jamais vu de détonateur et tout. La seule fois où j’ai vu des explosifs c’est dans Jack Bauer"
#Jawad Bendaoud a besoin de parler. Son avocat tente de l'interrompre quand il part dans une nouvelle digression: "C’est pour que la juge elle comprenne, Xavier. J’ai pas dormi des nuits et des nuits…"
Côté look, #Jawad Bendaoud c'est: "Du gel Vivel dop béton, un tshirt Kenzo, une veste Japan Rags, du parfum Diesel"
On parle de l'emploi du temps de #Jawad Bendaoud le soir du 17 novembre. Sa version ne concorde pas avec celle de sa mère: ""Je ne sais pas pourquoi elle a dit ça, c'est une maman qui veut couvrir son fils"
Sinon vers 23h07, quand Hasna Aït Boulahcen rappelle #Jawad Bendaoud, à ce moment là, il était " tout nu, rempli de mousse"
La présidente parle de l'ADN de #Jawad Bendaoud sur un morceau de scotch qui a servi à fabriquer le détonateur de la ceinture explosive d'Akrouh. Le prévenu explique l'avoir appris à la télé: "Un mec des attentats de Magnanville, il m’appelle par la fenêtre, il m’a dit mets LCI"
#Jawad Bendaoud continue en expliquant qu'il n'a pas aider à fabriquer cette ceinture: "Salut ça va, on se voit 5 minutes, viens on fabrique des détonateurs. Mon concevoir un détonateur, je touche ça madame. Jamais de ma vie je m’amuserais avec ça."
Tension entre les avocats quand Me Nogueras, l'avocat de #Bendaoud, observe que l'ADN de son client a été retrouvé dans un mélange avec celui d'Akrouh.
Les parties civiles s'agacent. "Le mélange gêne les parties civiles", lance Me Marie Pompei Cullin
L'un des assesseurs de la présidente demande à #Jawad"quand vous savez qu’Hasna Aït Boulahcen ne va pas venir seule mais avec deux autres personnes". "Je me souviens plus, chef!", répond Bendaoud avant de se rappeler que c'était "dès le premier jour"
L'audience est terminée. #Jawad Bendaoud a eu une dernière requête: retrouver "une femme avec un calepin, c'était une journaliste je crois" qu'il a rencontré lors de l'assaut du Raid. Il lui aurait demandé une photo des terroristes...
De retour à la 16e chambre correctionnelle du tribunal de Paris pour le procès de #Jawad Bendaoud, Mohamed Soumah et Youssef Ait Boulahcen
Petit rappel de la journée d’hier avec le « spectacle » de #Jawad Bendaoud bfmtv.com/police-justice…
Aujourd’hui, une dizaine d’avocats des parties civiles vont poser des questions aux prévenus. Ce sera ensuite le tour des avocats de la défense
Beaucoup de « robes noires » - les avocats - arrivent devant la 16e chambre correctionnelle de Paris pour la poursuite de l’interrogatoire de #Bendaoud et Soumah
#Jawad Bendaoud vient d’arriver, en sweat jaune, cheveux toujours bien attachés en catogan. Mohamed Soumah, pull gris et veste noire, porte des lunettes de vue
Les interrogatoires n’ont pas commencé mais #Jawad Bendaoud se lève quand il voit un rouleau de scotch qui était dans l’appartement des terroristes. Son ADN a été retrouvé dessus, mélangé à celui de Chakib Akrouh
« Quand je le vois, je crois qu’il était déjà dans l’appartement. Il faudrait retrouver l’ancien propriétaire (...) C’est un Tunisien, je crois » La présidente lui répond que « c’est un peu tard » pour chercher cet homme
Une avocate pose une question sur les versions différentes données par Soumah et #Bendaoud sur la demande d’Hasna Ait Boulahcen. Soumah dit qu’elle cherchait un appart pour elle pour 3 semaines, Bendaoud pour 2 hommes pour 3 jours
Soumah: «  Hasna elle savait très bien que j’étais pas le propriétaire, elle voulait peut être pas que j’en sache + que le propriétaire » Il charge ensuite #Jawad en disant qu’il a déjà varié de versions sur d’autres questions
#Jawad Bendaoud a l’air d’avoir du mal à rester calme, il ferme les yeux comme pour se calmer, il n’arrête pas de secouer la tête
L’échange entre Soumah et l’avocate se poursuit. Elle lui fait remarquer qu’il y en a un qui ment
- « oui, il y en a un qui ment »
- « Vous ne mentez pas?
- «  non »
- « donc c’est lui (#Jawad Bendaoud) qui ment »
- « oui c’est lui qui ment »
Soumah rappelle aussi qu’il est « le seul à ne pas avoir de documentation radicalisée ». « Je suis l’un des plus normal dans le box ». Pour rappel, ils sont 2 dans le box: lui et #Jawad Bendaoud
Mohamed Soumah interpelle Me Maktouf, avocat des PC pour lui demander pourquoi elle aavait dit qu'il était "un maillon" lors d'un itw TV. "On dirait que je lui ai fait quelque chose de mal", se plaint-il
Me Holleaux, avocat des PC, interroge #Jawad Bendaoud. Il le décrit comme quelqu'un d'"énergique". "Vous êtes quelqu’un d’intelligent, extrêmement capable d’argumenter sur sa défense. J’ai une impression très positive"
Ca monte entre Me Holleaux et #Jawad Bendaoud:
"Vous êtes un voleur de mobylettes (...), lance Bendaoud. Je sais pas ce que vous essayez de faire. Attention à ce que vous dites. Vous essayez de faire quoi.
Parce que moi je vais venir vous voir à votre cabinet"
Tous les avocats parlent en même temps, Me Holleaux, Me Nogueras, Me Mouhou, on ne comprend plus rien. #Jawad Bendaoud crie "je suis pas un lâche, moi"
L'audience est suspendue....
Mohamed Soumah et #Jawad Bendaoud sont dans le box. Ils discutent avec leurs avocats. La présidente du tribunal a précisé, avant de suspendre l'audience, que les propos de Jawad Bendaoud seront "actés" dans la procédure
Pour revenir au comment on en est arrivé là: Me Holleaux interroge #Bendaoud sur ses habitudes avec ses enfants. Il les prends le samedi "chez leur mère". "Ils ont leurs gâteaux préférés, leur Granola, leur Pepito. Ma fille, elle aime les chips à la cacahuète, elle a ses curly"
Le samedi 14 novembre 2015, il n'a pas pris ses enfants? Il s'est resté seul, il s'est défoncé. Avec ses questions, l'avocat sous-entend qu'il savait peut-être qu'il y avait des terroristes. "Une nana venait de m'apprendre qu'elle était enceinte de moi la veille"
L'audience reprend! La présidente explique que l'incident est clos
#Jawad Bendaoud prend la parole: "Je voudrais m’excuser pour l’incident qu’il y a eu. Ca fait 14 mois que je sors pas de ma cellule."
Il continue: "Je ne peux pas parler avec des gens qui disent que je suis lamentables à la télévision. Je me réserve le droit au silence. Je ne parle pas aux gens qui font le procès de la télévision"
Me Holleaux reprend sur l'appel de 3 minutes qu'il aurait eu avec Hasna Ait Boulahcen le 17 novembre. #Bendaoud l'interrompt immédiatement... "J’ai pas dit ça. Modifiez pas ce que j’ai dit"
#Jawad Bendaoud continue: il s'excuse auprès de la présidente si hier il lui a dit "vous ne m'impressionnez pas".
- "C'était pas un manque de respect (...) Il n’y a rien entre nous madame"
- "M. Bendaoud je vous le confirme, il n'y a rien entre nous"
Me Holleaux poursuit avec une question. "Madame la juge, j’ai été claire avec vous. Il est là pour me descendre, répond #Jawad Bendaoud. J’ai demandé le droit au silence mais j’arrive pas à rester sur ma chaise."
Son intervention se poursuit: "On me fait passer pour un comedy show. Il y a des gens qui se seraient coupés les testicules et ils les auraient mis dans une barquette..."
"Me Holleaux ironise : "Laissez moi finir ma question, pour exercer votre droit au silence" #jawad Bendaoud l'interrompt une nouvelle fois.... "J'aime la vie moi walahou (...) Taisez-vous! Taisez-vous!"
#Jawad Bendaoud revient sur la soirée du 17 novembre: "j'ai regardé un film en streaming avec un pick up et une blonde. J’ai rien compris, je me suis endormi (...)"
C'est de plus en compliqué de comprendre quelque chose. Me Holleaux continue de poser des questions. Réponse de #Jawad Bendaoud: "J’ai aucun problème de conscience Quand je me lève le matin, je me regarde dans la glace et je vois quelqu’un qui dit la vérité"
#Jawad Bendaoud poursuit et lance à Me Holleaux: " Comment vous avez le culot de porter cette robe. Les avocats, c'est pas ça. La plupart le font parce qu’ils sont payés pour ça..."
Me Holleaux fait une démonstration sur le morceau de scotch qui a servi à relier des fils au bouton de la ceinture explosive retrouvée sur Chakib Akrouh. Il fait part de ses regrets dans la manière où les prélèvements ont été réalisés par les policiers
Le débat est technique: "On n’a pas fait les prélèvements ADN par morceau sur cette pièce à conviction. Sur un morceau de scotch, on fait des prélèvements par portion. Les ADN sont mélangés par la technique." Pour rappel: l'ADN de #Bendaoud a été retrouvé sur ce morceau de scotch
En gros, si j'ai bien compris, Me Holleaux pose la question de savoir où on a retrouvé l'ADN de #bendaoud sur le morceau de scotch.
#Jawad Bendaoud est interrogé pour savoir si un élément aurait pu l'alerter sur l'identité de ses locataires. Il parle de Chakib Akrouh: "Avant les faits, il était en mode détente, dé-con-trac-té"
#Jawad Bendaoud, après une énième question coupée, se rassoit, dit qu'il ne répond plus " fin de la récréation". Une avocate des PC lui rappellent qu'il y a des victimes des attentats qui suivent les débats depuis d'autres salles
#Jawad revient sur les déclarations de Soumah hier qui s'est excusé. Lui non. "Moi ça me choque de voir des gens blessés venir et comme si on cherche à dire que je suis le responsable. Quand vous avez un mort sur la conscience vous n’avez pas envie d’en rajouter 130"
"#Bendaoud repart sur son passage à la pizzeria après avoir accueilli ses locataires au squat: "J’ai insulté les terroristes de fils de pute. J’ai même dit que c’est à cause de gens comme eux qu’on ne peut plus rouler sans permis et vendre de la drogue."
Me Seban, qui défend la ville de Saint-Denis, raconte qu'à sa sortie de prison, Soumah a menacé #Jawad Bendaoud:
- "Vous avez dit: j'ai insulté sa mère, j'ai sorti un flingue, je lui ai donné des coups de crosse et j'ai même pissé dessus"
- "J'en ai peut-être un peu rajouté"
- "Vous dites de votre ami qu’il fait le proxénète", note Me Seban
- "C’est pas vrai", réagit #Jawad Bendaoud
- "Comment dire il avait plusieurs activités", répond Soumah
- "Y’a une différence entre pigeonner une femme et lui faire faire la pute", répond #jawad
Me Seban demande à Soumah ce qu'il aurait fait s'il avait été au courant pour les terroristes.
"Je lui aurais mis une grosse baffe. J’aurais mis des coups de pieds dans sa tête comme un ballon de foot et je lui aurais dit "casse toi de ma cité. Ca ramène les flics et tout."
Soumah continue: "Je lui aurais dit 'nique ta mère'"
Youssef Aït Boulahcen - frère d'Hasna - intervient: "sa mère, elle y est pour rien" (première fois qu'on l'entend depuis son interrogatoire mercredi)
On reparle du soir du 13 novembre 2015. #Jawad Bendaoud raconte qu'il était "en train de danser sur les Magnolias de Claude François quand il y a eu le boom au Stade de France". Musique qui sortait d'une voiture garée dans la rue
#Jawad revient sur les accusations de proxénétisme: "C'est différent d'avoir des copines qui font de l’escort... Un proxénète c’est un peu lâche comme profession. J’ai loué des appart à des prostituées."
"C'est passible de poursuites pénales ça", lui rappelle la présidente
Mohamed Soumah assure qu'il savait les plans d'Hasna Ait Boulahcen: "Hasna elle me demande de la coke et un appartement. Elle m’a pas demandé une kalachnikov, un taser, un Tmax… Elle n’est pas voilée, elle boit, elle ne passe pas à la télé (...) Je ne suis pas devin"
Me Seban interroge #Jawad Bendaoud sur ses anciens locataires, des mafieux russes: "Il y a une différence entre des mafieux russes et des terroristes. Les mafieux russes ils tapent des boutiques Hermès, ils volent les bijoux, les montres mais ils ne tuent personne" rétorque Jawad
#Jawad Bendaoud continue: il dit qu'il ne savait pas qu'il logeait des terroristes.
"Si j’avais été au courant je l’aurais dit cash. Vous savez faute avouée, faut à moitié condamnée. On me traite de la même manière que si j’étais au courant."
Analyse médias de #Jawad Bendaoud: "Y’a peut-être 20% de personne qui pensent que je suis innocent, 10%, 30% peut-être. Je comprends mieux pourquoi Macron il laisse les journalistes sur le paillasson quand il visite une usine"
#Jawad Bendaoud parle aussi de ses projets d'avenir: "Je suis fini, que je mente ou pas je suis fini. Je fais quoi dehors, qui va m’embaucher? J’avais un nouveau projet de faire un nouveau point de vente de cocaïne. Qui va vouloir s’associer avec moi?"
Me Reinhart, avocat des PC s'avance pour poser des questions
- "N’essaies même pas de t’approcher", lance #Jawad Bendaoud
- "Me Bendaoud, asseyez-vous et exercez votre droit au silence"
Interrogé sur le fait qu'il ne savait pas qu'il logeait des terroristes, #Bendaoud estime que c'était pas possible car ils étaient amenés par un "pote": "C’est comme si vous pêchiez une baleine dans une piscine, c’est pas possible"
Si sur le fond, c'est compliqué d'avoir des réponses, #Jawad Bendaoud est interrogé sur sa personnalité par Me Reinhart, avocat PC. Il nous livre dossier médical...: "Le médecin m’a dit que j’avais l’impulsivité explosive. Quand on me touche j’explose."
La présidente du tribunal ordonne que la vitre du box des prévenus soit baissée de 20 centimètres. #Jawad dit quelque chose. "Si vous parlez de sortir de votre cellule, au moment où on parle de baisser la vitre, ça pose problème (...)
"Au moindre mouvement, je donne l’ordre aux gendarmes derrière vous de vous neutraliser et de vous exclure", prévient la présidente avant de suspendre l'audience pour 10 minutes
L'audience a repris avec les questions de Me Reinahrt. En préambule, il assure que "les parents qui pleurent encore leurs enfants ne confondent pas M. #Bendaoud avec les terroristes dont un seul est encore en vie".
Comme pour apaiser les tensions d'avant la suspension, l'avocat poursuit: "Nous ne cherchons ni à vous provoquer, ni à obtenir de vous des aveux mais à donner une vérité judiciaire.(...)Je vous invite à nous donner des réponses les plus courtes possibles et à ne pas vous énerver"
Me Reinhart s'interroge sur les déclarations de #Jawad Bendaoud le 18 novembre au matin. Il avait déclaré: "Ils sont hébergés chez moi, dans mon appartement."
- "Est-ce qu’on doit comprendre que vous aviez eu subitement le tilt dans la nuit du 17 au 18?", demande l'avocat
- "Il a mal parlé aussi à la télé", lance #Jawad Bendaoud alors que Me Chemla s'apprête à prendre la parole
- "Vous le dénoncez là", s'amuse la présidente du tribunal
La question que pose l'avocat est de savoir à quel moment il a compris que les terroristes du 13-Novembre venaient de Belgique
- "En garde à vue", répond #Jawad
L'avocat note que le matin de l'assaut quand Jawad appelle sa mère, il parle à plusieurs reprises de la Belgique
Le procureur pose des questions. #Jawad Bendaoud est interrogé sur les signes qui auraient pu lui faire penser que c'était des terroristes: "C'est comme je parle avec vous, je vois que vous êtes un peu efféminé, c'est pas pour ça que je vais dire 'lui il est homo'"
Me Nogueras à la parole. L'avocat de #Jawad Bendaoud, "compte tenu de la tension de ces trois derniers jours", demande à poser une question ce soir et de poursuivre les interrogatoires lundi. Demande acceptée
Me Nogueras demande à ce qu'un papier de l'AFP soit versé aux débats. Il s'agit de celui-ci making-of.afp.com/le-rire-apres-…
Dans ce papier, la journaliste explique que #Jawad Bendaoud est venu la voir lors de l'assaut du Raid à Saint-Denis. Il lui demande des photos des terroristes, raconte qu'un "pote" lui a demandé de loger des gens. "Ils voulaient juste de l'eau et un endroit où faire la prière"
La défense veut s'en servir pour prouver que #Jawad Bendaoud n'avait pas fait le lien entre les terroristes et ses locataires
C'est terminé pour aujourd'hui. Les débats reprendront lundi à 13h30
« J’ai besoin d’avoir un procès sain et pas un théâtre », dit Bilal Mokono, victime du Stade de France qui demande à #Jawad d’assumer. « Faute avouée, faute à moitié condamnée », rappelle-t-il
De retour au tribunal de Paris pour la deuxième semaine du procès de #Jawad Bendaoud, Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen
Youssef Aït Boulahcen est déjà dans la salle, de nombreux avocats des parties civiles s'installent sur les bancs de la 16e chambre correctionnelle #Jawad
L'audience doit débuter avec les questions des avocats de la défense aux deux prévenus, #Jawad Bendaoud et Mohamed Soumah. L'audience avait été interrompue vendredi après une journée marquée de tensions
Mohamed Soumah, pull noir, vient d'arriver. Suivi de #Jawad Bendaoud, sweat jaune et noir aux couleurs de l'équipe allemande du Borussia #Dortmund
Me Nogueras, l'avocat de #Jawad Bendaoud, prend la parole: il dénonce les propos de Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, dimanche, qui a réagi au comportement "inqualifiable" de Jawad dans une interview. On parle de ça >> rtl.fr/actu/politique…
Nous espérons que l’essentiel des débats se fassent dans ce tribunal, insiste Me Nogueras, l'avocat de #Jawad Bendaoud qui fait part de son "indignation, son étonnement et son inquiétude face une situ qui semble unique". Il craint aussi que "ce soit une atteinte à l’impartialité"
#Jawad Bendaoud interrogé sur son "calme" lors des appels téléphoniques au moment de l'assaut: "Je suis très calme. Je savais même pas qu’il y avait le raid, que ça tire 5000 cartouches. Je ne sais pas que ce sont des terroristes, je peux pas avoir conscience que c’est un assaut"
#Jawad Bendaoud est plus calme. Il écoute son avocat qui lui demande quand même de "vraiment vraiment se concentrer" pour écouter les questions. Là on parle d'une conversation avec sa mère le matin de l'assaut. Il lui dit que "les mecs" qu'il a logés "viennent de Belgique"
Réponse de #Jawad Bendaoud: "Si Abaaoud me dit qu’il vient de Belgique et je sais qu’ils viennent de Belgique, je suis con de pas tilter." Traduction de son avocat: "Vous essayez d’indiquer que cette précision n’est pas en lien avec les attentats"
"Vous êtes tellement intelligent que vous me coupez l’herbe sous le pied. Vous répondez avant que je vous pose les questions", lance Me Nogueras à #Jawad Bendaoud qui a recommencé à le couper
"Vous voyez les Merah et compagnie, vous logez des gars qui font 40 fois pire, est-ce que vous pensez que ça peut vous arriver", lance #Jawad Bendaoud
#Jawad Bendaoud, interrogé sur un appel avec sa compagne qui lui parle de "ceinture explosive": Juste je savais pas, vous pouvez me lyncher et tout, jusqu’à la fin de mes jours j’ai la conscience tranquille"
#Jawad Bendaoud redit qu'il ne savait pas: "Si Hasna et Mohamed Soumah ne s’étaient pas portés garants, je les aurai pas hébergés. Vous rajoutez 3 zéros derrière, 150 000 euros je les aurai pas hébergés, je sais ce que c’est le terrorisme"
Me Nogueras tente de montrer les incohérences entre les déclarations de #Jawad Bendaoud et les faits: "Excuse moi de te couper Xavier. Est-ce que vous rendez-compte? Il y a rien de logique dans cette histoire. Yen a ils auraient fui en Alaska, ils seraient tombés dans les pommes
#Jawad Bendaoud raconte son quotidien en prison: "Je n’ai pas eu de contacts humains, à part avec mon père, mon frère, ma copine escort girl là, depuis 27 mois"
#Jawad Bendaoud est à l'isolement depuis 27 mois. Il parle des autres détenus qui crient depuis leur fenêtre "Ils disent "Ouais, c'est Jawad de BFM. Ils crient Allahou akbar, je ferme la fenêtre tout de suite."
#Jawad Bendaoud: "Ils essaient de me faire pour un mec qui s’amuse. J’aimerai bien qu’ils me voient quand je suis en cellule pleurer pendant une heure, deux heures. Ca me fait rire, ça me fait pleurer. Parfois j'allume pas la TV pendant 3-4 jours, j'écoute la musique en boucle"
Me Nogueras demande à #Jawad s'il a changé depuis le début de cette affaire: "Mon frère, il me dit 'Quand je viens t’es excité, tu parles fort, on parle d’un truc, tu parles d’un autre truc. A chaque fois qu’on veut parler, tu parles d'Abaaoud, Akrouh'" Comme pendant le procès
"C’est moi qu’ils auraient tué. Si je m’étais rendu compte, ils m’auraient tué", crie #Jawad Bendaoud, en parlant des terroristes
Mohamed Soumah est interrogé sur le terrorisme: "J’aime pas trop les policiers mais je les respecte. S’il y a pas de policiers qui va nous défendre contre ces fous. Ces mecs là, ils nous auraient tué. On est des mécréants pour eux. Ces gens-là ils sont prêt à tuer leur mère."
Mohamed Soumah est interrogé sur ce qu'il pense d'Hasna Aït Boulahcen: "Elle est tactile, elle dit que je suis beau. Je me dis elle veut que je la baise, elle. Une meuf vous venez de la connaître, elle va pas vous faire des éloges. Normalement, c’est le mec qui drague."
Soumah poursuit sur Hasna: "Elle me fait vraiment des appels de phare. Combien d’hommes ils ont trompé leur femme? Même François Hollande il a trompé sa femme."
Mohamed Soumah et #Jawad Bendaoud se prennent la tête: ils ne sont pas d'accord sur la teneur d'une conversation téléphonique qu'ils ont eu à propos d'Hasna et de sa recherche de logement
Le tribunal passe aux interrogatoires de personnalité des trois prévenus. On commence avec Youssef Aït Boulahcen
Youssef Aït Boulahcen se penshe sur le micro et demande à bien tourner le dos à la salle d'audience:
- "je ne voudrais pas être photographié ou dessiné"
- "photographié, ça c'est impossible", répond la présidente (Il est interdit de faire des photos pendant un procès)
"Vous pouvez dire gentiment aux dessinateurs que vous ne voulez pas être dessiné", lui propose la présidente
Youssef Aït Boulahcen exsplique avoir obtenu son diplôme d'ambulancier. Il n'a pas de casier judiciaire. "Je vis seul, je suis célibataire je n'ai pas d'enfants" Seulement un chat qui vit chez sa mère. L'interrogatoire est terminé.
La présidente lit les mentions au casier judiciaire de Mohamed Soumah: "Il est un peu long mais on va le lire pour être clair". Ca commence en 2005 lorsque le prévenu avait 16 ans
La présidente est passée aux incidents en prison. Bagarres, carte sim, clé USB retrouvés dans sa cellule... Pour ça il a écopé de 15 jours sans pouvoir faire du sport: "Quand vous voyez tout le monde allé au sport, vous avez un peu les boules"
En octobre 2017, on a retrouvé sur Soumah une batte de baseball en plastique lors d'un fouille. La présidente rappelle que la première audience-relais en lien avec le procès en cours avait eu lieu. "Ça n’a rien à voir avec le procès", assure Soumah.
Soumah explique: " A la maison d'arrêt de Rouen, les autres détenus m’ont traité de sale noir. Les arabes ils me disent « sale noir, t’es pas d’ici, t’habites à Paris ». S’ils me sautent dessus, je sors ça, ça va peut être les dissuader"
Mohamed Soumah lève la jambe pour montrer un problème de santé.
- "Levez pas trop votre jambe vers M. #Bendaoud", lance la présidente.
En 2012, il a souffert d'une fracture au tibia après avoir reçu une balle dans la jambe
-" Je marchais dans la rue, dans un quartier, on m’a agressé. On a du me confondre par erreur"
- "ce n'était pas pour récupérer un point de drogue"
- "..." Soumah nie de la tête
Il doit se faire réopérer. "Je sais pas ce qu'ils vont faire, ils vont rouvrir et casser" Il doit se faire opérer dans un hôpital à Paris, "c'est mieux qu'à Saint-Denis"
- "Ah bon c'est mieux? Vous faite un classement des hôpitaux", lance la présidente
L'expert psychiatrique décrit Soumah comme"un sujet calme avec un discours cohérent, une pensée logique". Il n'est "ni triste, ni dépressif, ni suicidaire, pas de signes d'un individu maniaque, individu d'une humeur stable." Pas d'anomalie mentale ou psychique.
La présidente lit le rapport d'expertise, c'est pas facile de comprendre: "Tout se passe comme si sa propre existence ne s’inscrit ni dans la durée, ni dans la sécurité (...) mais dans des phases de transitions"
Soumah comprend pas ce que ça veut dire:
- "Vous ne vous inscrivez pas dans un projet, un futur (...) Bref est ce que ça vous plait de passer votre vie en prison."
- "Là j’ai mûri, la jeunesse est finie. J’ai envie de me marier, d’avoir des enfants"
Soumah: "Là, j’ai vraiment envie de m’occuper de mon petit frère et de ma petite sœur. Ils me respectent mais ils ne voient jamais
On va dire que moi j'avance à gauche, je voudrais qu'ils avancent à droite"
- "on va dire tout droit", lance la présidente
Mohamed Soumah a 28 ans, il a passé 9 années en prison
La cour est passé à l'interrogatoire de personnalité de #Jawad Bendaoud. On commence avec la lecture de son casier judiciaire
La présidente l'interroge sur les incidents en prison et notamment un outrage à magistrat: "J’étais en prison, le greffier il est venu me voir j'avais demandé une permission de sortie. Ca faisait sept ans que j’étais en prison, mon fils il avait 4 ans, je l'avais pas vu dehors"
"Sa demande a été refusée: "Tu diras au juge qu’il ira bien se faire enculer. C’était indirectement. Je réagis à chaud, jamais je vais faire ça dans un tribunal", assure #Jawad Bendaoud
Lors de sa détention, il a été mis un mois en confinement: "pas de radio, pas de télé, ils m'ont tout pris (...) J’ai même fini en pyjama en papier, j’avais cassé la fenêtre"
#Jawad Bendaoud: "Ils me laissent rien passer. Ils pensent que je suis un terroriste. J'ai pas parlé avec mon père pendant six mois à cause d'un téléphone. Mon père il a 70 ans, il est malade"
Le rapport de détention à Beauvais est bon. Pas d'incidents notés, seulement à son arrivée: "T’es un sketch, t’es une parodie, on va jouer", aurait lancé un surveillant à #Jawad Bendaoud
#Jawad raconte aussi les puces qu'il cache en cellule: "J’avais pris un livre de 400 pages, elle était toute petite, je l’avais scotchée et ils l’ont trouvée. Je sais pas comment ils ont fait les mecs"
"Ils ont l’habitude et ils sont compétents", répond la présidente
#Jawab Bendaoud ne souffre d'"aucune anomalie mentale ou psychique"
Le psychologue qui a vu #Jawad Bendaoud "m'a demandé pourquoi je portais la barbe. Je porte la barbe comme ça, c'est pas pour faire le musulman. Je vais au parloir une fois par mois, ça sert à quoi que je me rase"
#Jawad Bendaoud parle d'un de ses frères: "C’est lui qui m’a acheté la veste Pierre Cardin, la même que François Fillon"
#Jawad Bendaoud sur son avenir: "J'ai une idée, mais mon frère il m'a dit de rien dire car c'était une très très bonne idée. j'ai trouvé le nom, le concept et tout. Mon frère, il m'a dit 'franchement l'isolement ça te va bien, si tu sors ton idée ça va cartonner'"
Message de service de #Jawad Bendaoud: "les journalistes ils passent tous les messages, je veux remercier tous les gens de Villepinte"
#Jawad Bendaoud sur une fille qui lui a annoncé le 13 novembre qu'elle était enceinte de lui: "Je vous jure madame la meuf c’est un mannequin. Les mecs de la rue, ils me disent comment t’as fait. Sur 10 je lui donne 9,5."
#Jawad Bendaoud parle aussi de ses condition de détention et parle des prisons qui sont insalubres. "Il y a un rat qui est venu à la fenêtre, il me regarde, je le regarde, il se met debout. Avec sa petite patte, il fait 'file moi le fromage'"
#Jawad Bendaoud assure que s'il sort il ne fera "plus rien d'illégal". Il revient sur des déclarations de vendredi et assure que ça a été mal compris.
Il parle de ça >>
"Mais madame la juge, vous êtes magistrat, je vais pas vous prendre pour un lapin de six semaines. Le mensonge il prend l’ascenseur et la vérité arrive par les escaliers." #Jawad
#Jawad Bendaoud rappelle qu'il "ne savais pas" pour les terroristes: "Je préfère prendre six ans et que la vérité faite, que de faire 3, 4 ans ou la relaxe et qu'on me prenne pour un menteur"
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.
This content can be removed from Twitter at anytime, get a PDF archive by mail!
This is a Premium feature, you will be asked to pay $30.00/year
for a one year Premium membership with unlimited archiving.
Don't miss anything from @justinecj,
subscribe and get alerts when a new unroll is available!
Did Thread Reader help you today?
Support us: We are indie developers! Read more about the story
Become a 💎 Premium member ($30.00/year) and get exclusive features!
Too expensive?
Make a small donation instead. Buy us a coffee ($5) or help for the server cost ($10):
Donate with 😘 Paypal or  Become a Patron 😍 on Patreon.com
Trending hashtags
Did Thread Reader help you today?
Support us: We are indie developers! Read more about the story
Become a 💎 Premium member ($30.00/year) and get exclusive features!
Too expensive?
Make a small donation instead. Buy us a coffee ($5) or help for the server cost ($10):
Donate with 😘 Paypal or  Become a Patron 😍 on Patreon.com