, 35 tweets, 14 min read Read on Twitter
#Cuivre épisode 2 c'est parti.
Rappel du premier épisode : threadreaderapp.com/thread/1116041… après un peu de chimie et de #reglementation on va rentrer dans le vif du sujet #toxicologie.
D’ailleurs, je m’aperçois que je suis allé un peu vite dans ma démarche.
Petit rappel sur l’évaluation des risques :
Préliminaire, différence entre dangers et risques, je la fais tout le temps celle là mais il faut bien comprendre. #danger : propriété intrinsèque d’une substance, #risque : probabilité d’être exposé à cette substance.
Donc risque = Danger x exposition.
Ceci étant dit : la démarche d’évaluation des risques :
1 – Identification des dangers (par les études, publications, etc…)
2 – Caractérisation du danger : dérivations des doses de références toxicologiques
3 – Estimation de l’exposition : par calculs ou mesures
4 – Evaluation des risques : comparaison des expositions aux doses de référence et identification d’une présence ou d’absence de risque potentiel.
Donc nous en étions restés sur le 1 –identification des dangers du #cuivre.
Je vous ai déjà parlé des dangers après administration unique. Pour ce qui est du reste. Je résume l’avis de
l’@EFSA efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.29…
Pour des administrations chroniques : Les organes cibles sont le foie, les reins, l’estomac et le sang chez le rat. La souris est moins sensible aux effets toxiques, par contre le chien l’est plus du fait d’une différence dans son métabolisme.
Il a été considéré que le rat était plus proche de l’homme au niveau de son métabolisme et cette espèce a été choisie pour identifier les risques. La dose sans effet dérivée d’une étude de 90 jours chez le rat est de 16 mg/kg/jour.
Plus intéressant, une étude de 28 jours par inhalation a montré des effets sur les poumons et les ganglions lymphatique à
partir de 2 mg/m3 avec une dose sans effet de 0,2 mg/m3 avec de l’oxide de cuivre (peu soluble).
L’@EFSA conclue que des précautions particulières doivent
être prisent pour la protection des utilisateurs qui utilisent des composés peu
solubles par pulvérisation…
Encore plus intéressant : des résultats équivoques ont été observés in vivo dans un test d’aberration chromosomiques. En gros cela pourrait provoquer des dégâts sur l’ADN si la régulation normale du corps humain était dépassée (à noter et retenir pour plus tard).
Mais la conclusion de l’@EFSA est plutôt rassurante : il est peu probable que le
cuivre soit génotoxique dans des conditions normales d’utilisation.
Autant vous dire que ce genre de conclusion est assez rare,
une substance autre * serait passée à la trappe directement.
Pas d’effets dans les études de cancérogénicité ni dans les études de fertilités . Des effets ont été observés sur le développement chez la souris et le lapin : baisse du poids des fœtus, augmentation de la mortalité et de l’incidence des anomalies fœtales chez la souris.
Depuis le temps que le #cuivre est connu on a aussi quelques effets reportés chez l’homme. A noter, il existe deux maladies génétiques qui perturbent l’homéostase (régulation naturelle de l’organisme) du cuivre :
Maladie de Wilson et Maladie de Menkes
Maladie de Wilson, une petite vidéo upload.wikimedia.org/wikipedia/comm…,
on parle de l’atteinte du foie et des reins, mais le cuivre peut également s’accumulerau niveau du cerveau et engendrer des troubles psychiques ou neurologiques (des symptômes semblables à la maladie de #Parkinson…)
Pour la maladie de Menkes, c’est une mutation génétique codant pour protéine de transport du cuivre. Donc dérèglement de l’homéostase du cuivre et neurodégénérescence progressive.
On voit donc bien que le cuivre peut être neurotoxique s’il est mal régulé.
Il est également cité dans les conclusions de l’EFSA un lien de causalité possible entre une perturbation de l’homeostase et la maladie d’#Alzheimer. Quelques liens :
ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28161940
ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28889269
ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29173477
Il n’est pas cité dans les conclusions de l’EFSA un possible lien avec #Parkison, pourtant des publications existent :
ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26957644
ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29189118
ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24954801

Je n'ai pas accès à toutes ces publis en intégralité, je ne peux pas commenter.
Une autre pathologie à été également décrite dans quelques publications dans les années 80 au portugal d’une seule équipe la « Vineyard Sprayer’s lung » lésions pulmonaires ressemblant à une silicose +hépatite.
Une petite étude cas-témoins de 2005 rapporte aussi un lien entre la
bouillie bordelaise et les cancers du poumon google.fr/url?sa=t&rct=j…
On ne peut pas en tirer grand-chose étant donné la faible population
exposée.
De plus les études épidémiologiques actuelles à grande échèle ne
confirment pas d’augmentation du cancer des poumons chez les agriculteurs AHS, AGRICAN. A l'époque le cuivre n'etait peut être moins pur que maintenant. Les impuretés majeures sont #cadmium #arsenic #plomb #nickel
Les données humaines (source OMS) montrent que des doses
répétées supérieures à 30 mg par jour sont toxiques, entre 10 et 30 mg/j ne
montrent pas d’effets sur la santé et les doses plus faibles n’ont pas d’effets
sur l’homéostase du cuivre.
Donc revenons au 1-identification des dangers, on voit bien que le
#cuivre, ce n’est pas tout rose (en l’occurrence c’est plutôt bleu-verdâtre) et
que les dangers sont réels pour une substance #naturelle. Mais je le rappelle #danger ne veut pas dire #risque, on y reviendra...
2- Caractérisation des dangers
Rappel : La dose journalière admissible (DJA) est la dose que l’on peut manger toute sa vie sans effets néfastes pour la santé.
La DJA du cuivre est fixée à 0.15 mg/kg par jour. Sur la base des données humaines de l’OMS.
Là tous les experts ne sont pas d’accord. (et comme je le dis souvent
quand on met 15 experts autour d’une table on a 15 avis différents, voir plus
quand il y en a des schizophrènes comme moi ;) mais comme on le dit aussi « y a que les cons qui ne changent pas d’avis »…
je vous laisse méditer la dessus.
Donc 2 comités d’experts ne sont pas d’accord avec cette DJA : le Scientific Commitee for Food en Europe propose une dose maximale tolérée de 5 mg/Cu par jour ce qui correspond à la moitié de la DJA proposée par l’EFSA
car ils ont pris un facteur de sécurité de 2. Ceci a été pris en compte et discuté
à l’EFSA mais ils sont restés sur 0.15 mg/kg/j, pour éviter les carences (je
résume un peu).
Je précise que la DJA est une dose à ne pas dépasser tous les jours par
voie orale. Elle est utilisée pour faire l’évaluation des risques pour les
consommateurs.
Il y a une autre valeur de référence (en fait 3 autres mais 2 ne concernent pas le cuivre) qui permet de faire l’évaluation des risques des utilisateurs, travailleurs et résidents (habitants proches des champs traités).
L’Acceptable Operator
Exposure Level (AOEL) je ne traduis pas en Français c’est moche. C’est la dose
acceptable quand l’on peut supporter (je n’ai pas dit manger) pendant une partie de sa vie (nous ne sommes pas exposés tous les jours).
Elle est calculée sur des études en général semi-chroniques. C’est une dose interne, c’est-à-dire la dose qu’on peut retrouver dans la circulation sanguine (à voir plus tard pourquoi). Comme elle est dérivée à partir de doses administrées par voie Orale,
il faut faire une correction par l’absorption orale de la substance. Dans le cas du cuivre c’est très très compliqué (voir mon premier #thread) car l’absorption orale varie en fonction des besoins…
L’EFSA à pris une moyenne de 50 % d’absorption orale. Discutable, ce n’est pas le pire cas mais bon pourquoi pas, ça ne me choque pas. Et l’EFSA à pris comme dose de référence la DJA de 0.15 mg/kg/j. Donc on arrive à une AOEL de 0.15 x 50% = 0.075 mg/kg/j, arrondie à 0.08 mg/kg/j
Là normalement j’ai perdu la moitié de l’audience… pour ceux qui n’ont pas compris je peux réexpliquer.
Et maintenant que l’on connaît les dangers, qu’on les a caractérisés, on va pouvoir passer à l’étape suivante : évaluation des expositions et évaluation des
risques.
Tout ça dans le troisième épisode de la trilogie #cuivre à sortir bientôt…
Qui me fait un threadreader ? je ne sais toujours pas comment ça marche, pas assez geek...
Missing some Tweet in this thread?
You can try to force a refresh.

Like this thread? Get email updates or save it to PDF!

Subscribe to Antony Fastier
Profile picture

Get real-time email alerts when new unrolls are available from this author!

This content may be removed anytime!

Twitter may remove this content at anytime, convert it as a PDF, save and print for later use!

Try unrolling a thread yourself!

how to unroll video

1) Follow Thread Reader App on Twitter so you can easily mention us!

2) Go to a Twitter thread (series of Tweets by the same owner) and mention us with a keyword "unroll" @threadreaderapp unroll

You can practice here first or read more on our help page!

Follow Us on Twitter!

Did Thread Reader help you today?

Support us! We are indie developers!


This site is made by just three indie developers on a laptop doing marketing, support and development! Read more about the story.

Become a Premium Member ($3.00/month or $30.00/year) and get exclusive features!

Become Premium

Too expensive? Make a small donation by buying us coffee ($5) or help with server cost ($10)

Donate via Paypal Become our Patreon

Thank you for your support!